AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


vendredi 2 octobre 2020

Le prophète et l’enchanteresse

 

 

 

Le prophète et l’enchanteresse


L’histoire d’Élie et des prophètes de Baal (I Rois 18.17-46) est un véritable classique dans les églises de Jésus-Christ.

Ce récit biblique est illustratif de la grandeur souveraine de Dieu sur les faux dieux des nations païennes. Il met au prise, le prophète Élie et les prêtes de la divinité phénicienne Baal. C’est un récit épique qui ne laisse personne indifférent. Même nos enfants qui, d’ordinaire, sont si portés à la distraction, n’acceptent pas se laisser distraire par quoi que ce soit lorsqu’on parle de cet évènement historique. Les faits ont eu lieu en Israël sous le règne du très mauvais roi Achab (I Rois 16.30,31), fils du non moins mauvais roi Omri (I Rois 16.25,26). Ces prêtes de Baal étaient arrivés en Israël à la suite du mariage d’Achab avec la princesse Jézabel, fille d’un roi phénicien de Tyr et Sidon nommé Ethbaal (I Rois 16.31). Jézabel dont le nom signifie "Baal est l’époux" est la véritable personne derrière la scène qui a combattu Elie.

Jézabel était une femme dominatrice, méchante et corrompue (I Rois 21.1-16). Grâce à ses artifices, elle était arrivée à soumettre son mari à sa volonté et à prendre dans l’ombre le pouvoir en Israël (I Rois 21.25,26). Rusée et très habile, elle est arrivée à imposer, avec la complicité de son mari, le culte de Baal et d’Astarté à tout Israël (I Rois 16.31-33).

D’origine païenne, Jézabel ne connaissait pas l’Éternel des Armées et ne croyait qu’aux divinités Baal et Astarté.

Elle leur fit construire des temples, les équipa, et fit venir des prêtres dont elle pourvoyait à l’entretien pour officier ce culte (I Rois 18.19). Elle fit tuer un grand nombre de serviteurs de Dieu qui s’opposèrent à ce culte (I Rois 18.3,4 ; I Rois 19.14) contraire aux ordonnances de Dieu reçues par le Prophète Moïse (Exode 20). Progressivement, à force de violence et de persuasion, elle réussit dans son entreprise.

Au moment où elle s’y attendait le moins, Dieu suscita un homme, prophète de son état, Élie le Thischbite, pour mettre fin à ce culte abominable (I Rois 17.1).

Élie pria Dieu de fermer le ciel pour montrer au peuple d’Israël l’incapacité de ce culte païen de Baal et d’Astarté à donner la pluie(Jacques 5.17). La Bible nous relate les faits :

Élie alla se présenter devant Achab pour annoncer qu’ il n’y aura ni pluie ni rosée jusqu’à ce que lui, Élie, ne l’ordonne (I Rois 17.1).

Une grande sécheresse s’abattit sur le pays d’Israël. Elle dura trois ans et six mois (Jacques 5.17). Au fur et à mesure que le temps passait, la sécheresse devenait de plus en plus dure dans le pays. Achab fit chercher partout Élie afin de le contraindre par le corps à mettre fin à cette sécheresse (I Rois 18.10), car la famine était grande à Samarie (I Rois 18.2). Au terme des trois ans et demi, Dieu envoya Élie parler à Achab (I Rois 18.1) pour qu’il invite les prophètes de Baal et le peuple à le rencontrer sur la montagne du Carmel (I Rois 18.19,20). Au jour fixé, Élie harangua les enfants d’Israël et les engagea à choisir entre l’Éternel des Armées et Baal. Puis il lança un défi aux prophètes de Baal :

« I Rois 18:21  Alors Élie s'approcha de tout le peuple, et dit : Jusqu'à quand clocherez-vous des deux côtés? Si l'Éternel est Dieu, allez après lui ; si c'est Baal, allez après lui! Le peuple ne lui répondit rien.

I Rois 18:22  Et Élie dit au peuple : Je suis resté seul des prophètes de l'Éternel, et il y a quatre cent cinquante prophètes de Baal. 

I Rois 18:23  Que l'on nous donne deux taureaux; qu'ils choisissent pour eux l'un des taureaux, qu'ils le coupent par morceaux, et qu'ils le placent sur le bois, sans y mettre le feu ; et moi, je préparerai l'autre taureau, et je le placerai sur le bois, sans y mettre le feu. 

I Rois 18:24  Puis invoquez le nom de votre dieu ; et moi, j'invoquerai le nom de l'Éternel. Le dieu qui répondra par le feu, c'est celui-là qui sera Dieu. Et tout le peuple répondit, en disant : C'est bien! »

Bien entendu, les prophètes de Baal ne purent faire descendre le feu sur leur holocauste après de longues heures malgré tous leurs sortilèges. Élie, construisit un autel avec douze grosses pierres d'après le nombre des tribus des enfants d'Israël et creusa tout  autour un fossé ayant une contenance d'environ 23,4 litres*. Il plaça du bois sur l'autel puis mit en morceaux son taureau qu'il disposa dessus. Il demanda ensuite  aux enfants d'Isrël d'y verser quatre(4) jarres d'eau trois(3) fois de suite, soit douze(12) jarres d'eau, de sorte que, et les morceaux du taureau, et le bois qui doit servir de combustible, et les pierres, et le sol, soient mouillés à l'extrême de manière à couper court à toute pensée de supercherie. A son tour, Elie pria à peine, et l’Éternel l’exauça. Le feu divin tomba sur l'holocauste d'Elie, consumant d'un seul coup et offrande et autel. Le peuple, subjugé par cette manifestation glorieuse de Dieu, se repentit et se tourna vers son Dieu, l'Eternel des Armées (I Rois 18.25-39).

Élie fit arrêter tous les prophètes de Baal et les égorgea tous (I Rois 18.40).
Et dans les minutes qui suivirent, la pluie tomba sur le royaume d’Achab 
(I Rois 41-45).
Achab en informa Jézabel, et elle chercha à tuer Élie, en vain
(I Rois 19.1,2).

Élie continua, malgré ses menaces, à prophétiser (I Rois 21.17-26).
Malgré la multitude des sortilèges de Jézabel, malgré toute la puissance de l’armée d’Achab, elle ne put lui mettre la main dessus et encore moins le tuer ; et ce, jusqu’à ce que Élie soit enlevé vivant de la terre... La fin de Jézabel fut à la hauteur de sa haine contre Élie : elle mourut misérablement selon les paroles prophétiques d'Elie ( II Rois 9.30-37).

                                                                                                    Pasteur Dewis HILLAH


*Dans I Rois 18.32 le mot Mesure en hébreu est סְאָה (Séa). Il est égal à 1/3 d'épha qui vaut 35 litres, soit 11,70 litres. Deux meures font donc 11,7 litres x 2.















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.