AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


mercredi 16 septembre 2020

Conseils à un jeune chrétien

 


Conseils à un jeune chrétien




Il y a quelques années, le nouveau converti que j'étais alors avait reçu d'une grande sœur en Christ une cassette audio qui m'a été d'un grand secours. Cet enseignement avait pour titre : "Les quatre piliers de la vie chrétienne". Il parlait des quatre choses qu'il fallait observer sans négligence pour progresser harmonieusement dans la foi. Avec l'expérience de nombreuses années passées dans la foi et au service du Seigneur, je peux attester que cet enseignement est inspiré et extrêmement important pour le jeune chrétien. Il a été d'un grand secours pour la suite de ma marche chrétienne. 

Le Seigneur, durant son séjour terrestre en Palestine, comparait la vie chrétienne à la construction d’une maison (Mathieu 7.24), une maison dont Il était la pierre angulaire, « la principale de l’angle » (Mathieu 21.42 ; Actes 4:11 ; I Pierre 2.7). Pour bien comprendre cette analogie entre la "vie chrétienne" et la " maison bâtie", il faudrait avoir une idée précise du modèle architectural des maisons en usage en Israël au temps du ministère physique du Seigneur en Palestine. En effet, contrairement à d’autres peuples, les Juifs, majoritairement, ne construisaient pas leurs habitations individuelles en adobes (briques faites de paille et d’argile avec une certaine quantité de sable), en terre battue, en paille, en bambou ou avec des branches de palmier ou de cocotier tressées. Ils construisaient le plus souvent avec des briques en terre cuite et des pierres brutes ou taillées et tirées des roches ( Lévitique 14.34-45 ; ). De ce fait, leurs constructions avaient besoin d’une pierre angulaire pour débuter son édification, pour en assurer un alignement géométrique régulier et pour donner une grande stabilité au bâtiment par la suite.

La pierre angulaire est une « pierre de construction, généralement de grandes dimensions, placée à l’angle d’un bâtiment et jouant un rôle primordial dans le soutènement de celui-ci ». Le soutènement est «  le fait de maintenir quelque chose en place en en recevant la poussée sans fléchir ». La pierre angulaire ne se pose pas sur du sable mais sur un roc ou un rocher. C’est elle qui soutient le fondement ou la fondation de la maison chez les Juifs. Et, à partir du fondement, on élève des piliers en pierre brute, en pierre taillée, en airain ou en bois dur. Les piliers qui s’élèvent dans les quatre angles étaient les plus volumineux et les plus solides. Car, à cause de la pierre de l’angle, les maisons étaient des parallélogrammes de forme carrée ou rectangulaire. Relativement à la pierre angulaire et au fondement, la Bible déclare :

Éphésiens 2.20 : « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. »

Actes 4.11 : « Jésus est la pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de l'angle. »

I Pierre 2.7 :  «L'honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle, et une pierre d'achoppement et un rocher de scandale ; »

Eu égard à ces versets, nous comprenons donc bien que c’est le Seigneur Jésus-Christ seul qui rend possible la construction de la maison de Dieu qui est l’Église, mais aussi la construction de la maison de chaque chrétien. Et chaque chrétien doit comprendre aussi qu’il ne peut s’écarter de l’enseignement des apôtres pour se mettre à prêcher un autre évangile (Galates 1.6-9).

Les piliers de l’angle sont les quatre choses fondamentales sans lesquelles la vie en Christ ne peut prospérer. Il s’agit de :


-La prière

-La lecture de la Bible

-La louange

-Le témoignage (de l’œuvre de Christ à la croix)


Ces quatre piliers de la foi chrétienne sont aussi semblables aux quatre roues d’une berline. Si une seule roue venait à manquer, cette voiture ne peut rouler. Et très souvent dans notre marche avec le Seigneur, il nous arrive, pour des raisons diverses, que nous n’ayons pas suffisamment de temps pour rester en Sa présence pour prier, pour méditer Sa Parole, pour le louer. Même nos réunions d’église ou d’assemblée sont chronométrées. N’ayant plus le temps pour adorer le Seigneur, il est évident que notre témoignage de son œuvre à ceux qui ne le connaissent pas soit rare et peu puissant.

Et chemin faisant, nous perdons toutes forces pour résister à la tentation et par ricochet au mal (Mathieu 26.41).

Celui qui s’est laissé vaincre ainsi par le mal est devenu un serviteur de Satan (I Jean 3.4-10). Sa part n’est plus avec Dieu au ciel mais avec Satan, l’ennemi de nos âmes.

 «  Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. » (II Jean 1.8)

Veillons donc à garder ces quatre piliers sans faiblir.


Pasteur Dewis HILLAH






vendredi 4 septembre 2020

Le chrétien victorieux

 

Le chrétien victorieux


« Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » (II Timothée 4.6-8 ) ; telles furent les déclarations du grand apôtre Paul au soir de sa vie.

Oui, malgré notre position d’autorité dans ce monde (Matthieu 10.1 ; Marc 3.15 ; Luc 9.1 ; Luc 10.19 ; Marc 16.17) où Satan est le prince, le maître (Jean 14.30), malgré les nombreuses victoires auxquelles nous avons eu gratuitement accès par notre foi en Jésus-Christ (Romains 6.1-23), malgré notre délivrance grâce au sacrifice expiatoire du Seigneur à la croix à Golgotha (Colossiens 2.8-17), il y a encore un combat de la foi à mener contre le mal, avant la concrétisation définitive de notre victoire éternelle sur Satan et ses enfants comme nous pouvons le lire ci-dessous :

Apocalypse 3.5 : « Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. »

Ces paroles sont bien celles du Seigneur Jésus-Christ transmises à l’apôtre Jean sur l’île de Patmos soixante trois ans(63) après son ascension, c’est-à-dire son départ de la Palestine pour le Ciel.

Est-ce à dire que nous ne sommes pas encore définitivement victorieux sur Satan et les siens ? Nullement !

Cela ne veut pas du tout dire que la protection inviolable dont nous jouissons en tant qu’enfant de Dieu peut nous être enlevée par Satan ou par les sorciers, par les magiciens ou par les autres agents de ce monde des ténèbres. 

 

Que dit la Bible ?

 

La doctrine biblique est claire à ce sujet :

  I Jean 2:14 : «Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin. » 

Cela veut simplement dire qu’il y a un combat de la foi à mener pour demeurer ferme jusqu’à la fin dans la grâce qui nous a été offerte. Cette grâce nous indique le chemin à emprunter pour garder notre invulnérabilité devant Satan et ses agents :

 Tite 2.11-14 : «  Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. » 

 

La stratégie de Satan

 

Satan sait mieux que les enfants de Dieu que celui qui pèche est du diable (I Jean 3.4-10) et que Dieu n’exauce point les pécheurs (Jean 9.31). S’il peut vous amener à violer les commandements de Dieu de manière récurrente, il est assuré que vous serez déchu de votre position d’autorité sur lui et les siens. 

 

Ses méthodes

 

Pour vaincre Ève dans le Jardin d’Éden, il n’a pas usé de violence mais de séduction pour l’amener à désobéir à son Créateur (Genèse 3.1-7 ). Il n’en pouvait pas être autrement : Satan sait bien que s’il tentait de forcer un enfant de Dieu l’Ange de l’Éternel qui campe autour de ceux qui craignent Dieu (Psaume 34.8) lui infligerait des dommages qui mettront fin à ses activités comme ce fut le cas des anges qui n’ont pas gardé leur dignité  :

 II Pierre 2.4 :«  Car, si Dieu n'a pas épargné les anges qui ont péché, mais s'il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement ; »

Jude 1.6 : «  ... qu'il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n'ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure ; » .

Satan, dans sa grande intelligence, a compris très tôt l’avantage qu’il avait à instiller dans la pensée des hommes de méchants sentiments de jalousie, de haine, de convoitise, de rivalité, de cupidité, d’orgueil, afin de les utiliser pour accomplir ses desseins. Il mène une véritable guerre aux hommes en les torturant avec la convoitise des richesses de ce monde (I Pierre 2.11 ). Et son unique ambition, c’est d’empêcher les hommes à accéder au ciel d’où il a été chassé après sa rébellion contre Dieu (Ésaïe 14. 45-20; Ézéchiel 28.12-19 ; Apocalypse 12.4)

 

Les armes de Satan

 

Immensément rusé, Satan a, dans son arsenal, tout une panoplie d’armes qu’il met en œuvre par ses anges déchus et par des agents humains dont il a voilé l’intelligence (II Corinthiens 3.3,4 ). Il se cache derrière (Jean 8.44) :

-Les mensonges ;

-Les manipulations de masse ;

-Les fausses religions ;

-Les faux dons spirituels ;

-Les fausses visions et prophéties  ;

-L’occultisme et la magie ;

-L’échelle des valeurs en honneur parmi les hommes ;

-La promotion des valeurs anti-bibliques dans les communautés ;

-Les us et coutumes contraires à la volonté de Dieu ;

-Les violences ;

-Les crimes rituels ;

-Les pillages ;

-Les guerres ;

-Les rébellions ;

-Les émeutes ;

-Les querelles ;

-Les vanités ;

-L’avarice ;

-Les biens de luxe futiles ;

-Le racisme ;

-L’orgueil des grands de ce monde ;

-Les plaisirs coupables ;

-Les persécutions religieuses ;

-L’impudicité ;

-L’adultère ;

-Les fornications ;

-Les avortements ;

-…

Non, Satan n’agit pas à visage découvert ; autrement tous l’abandonneront. Car il n’y a sur cette terre personne qui veuille aller dans le feu éternel.

Il procède d’abord par séduction puis, s’il y a échec, par persécution. Il se sert alors de son bras armé qui est le grand groupe des égarés pour pourrir la vie des chrétiens authentiques. Au menu :

-Injures ;

-Diffamations ;

-Moqueries ;

-Rejet ;

-Mépris ;

-Haine ;

-Violation de conscience ;

-Violence ;

-Tortures ;

-Meurtre ;

-Privations de liberté

-Destruction de biens privés ;

-Bannissement ;

-…

Tout, presque tout ce qu’il y a de méchants, d’abominables, d’inhumains y passe ; des plus grossiers aux plus raffinés. Les agents de Satan redoublent d’ingéniosité pour faire le mal, pour décourager, pour briser le pauvre chrétien. La Rome antique a servi Satan dans ce domaine avec ardeur. En lisant les récits de ces moments ténébreux, on en est profondément choqué (Actes 12..2,3 ; Actes 14.19 ; I Corinthiens 4.9-13 ; II Corinthiens 11.25). Mais tout cela n’est qu’une plaisanterie à côté des six cents ans (600) d’inquisition. Devant autant de sauvagerie, d’inhumanité, si l’on n’y prend garde, la haine gagne vite le cœur et le désir de vengeance nous submerge au point où certains font naufrage par rapport à la foi et prennent les armes. 

 

Les armes de Dieu contre les attaques de Satan


1- Le pardon et l’amour du prochain

Ces hommes et femmes au service de Satan ne sont pas bien conscients de l’extrême gravité de leurs actes. Ils n’ont pas non plus la révélation qu’ils se battent contre leurs propres intérêts. Voilà ce pourquoi, la Bible nous rappelle que nous n’avons pas à combattre les agents humains du Diable mais au contraire à prier pour eux afin qu’ils voient briller les splendeurs de l'Évangile. Par contre, nous devons affronter violemment les démons selon leurs rangs ( les principautés, les dominations, les autorités, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes) qui, en réalité, les utilisent pour nous combattre. Il n’est donc pas question de prier pour leur mort ; ils sont, tout comme nous-mêmes, des victimes de la méchanceté de Satan :

II Corinthiens 10 : 3-4  « Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. » 

 Éphésiens 6:11-12 :«  Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

Pour nous délivrer du piège de la haine que Satan utilise pour nous faire perdre le bénéfice de la Vie Éternelle (I Jean 3.15), le Seigneur Jésus-Christ nous avertit du caractère inévitable de la persécution  et des grandes bénédictions que nous obtiendrons si nous la supportons patiemment :

II Timothée 3.12 : « Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. »

Mathieu 5.10-12 : « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux! Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. »

  I Pierre 4.12-14 : «  Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous. »

Il nous enseigne aussi à triompher d’elle afin d’être parfait comme notre Père Céleste est parfait ( Mathieu 5.43-48) :

Romains 12.17-21 : «  Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S'il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à boire ; car en agissant ainsi, ce sont des charbons ardents que tu amasseras sur sa tête. Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien. »

I Timothée 5.15 : « Prenez garde que personne ne rende à autrui le mal pour le mal ; mais poursuivez toujours le bien, soit entre vous, soit envers tous. »

I Pierre 3.9-12 : « Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d'hériter la bénédiction. Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu'il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses, qu'il s'éloigne du mal et fasse le bien, qu'il recherche la paix et la poursuive ; car les yeux du Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière, mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal.»

Cependant, nous devons mettre en œuvre ce pardon et cet amour du prochain en nous rappelant des avertissements que le Seigneur nous a donnés dans Sa parole (Mathieu 10.16-25). Il ne s’agit donc pas d’un amour naïf et sans sagesse. Il s’agit d’une compassion mêlée de tristesse. Car ils ne sont nullement disculpés devant Dieu. Au contraire, ils porteront la peine de leurs péchés.

2- Le port de l’armure spirituelle


Le Seigneur, conscient que nous devons riposter et non rester les bras croisés devant ces attaques incessantes et douloureuses des enfants du diable, révèle les différentes pièces de l’armure spirituelle dont nous devons nous revêtir pour tenir ferme dans les moments d’épreuve dans Éphésiens 6.10-18 :

«Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ;  mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. »

 

Les éléments de l’armure



a-La vérité (Eph.6.14b)

La vérité, c’est la Parole de Dieu ; c’est notre Seigneur Jésus-Christ (Jean 1.1 -18; Jean 14.6 ; Jean 17.17  ) ; c’est aussi la saine doctrine de Christ c’est-à-dire son enseignement ().

Il faut donc être né de nouveau pour utiliser la vérité comme ceinture. Il faut aussi ne pas être dans un mensonge doctrinal (Apocalypse 14.2-5) qui touche à la nature de Dieu ou à la nature de Christ. Car, selon leur gravité, ils peuvent vous empêcher d’avoir accès à la vie Éternelle.

b-La justice (Eph.6.14c)

Il y a la Justice de Dieu et il y a la justice de l’homme. La Justice de Dieu est Sa sainteté incorruptible, tandis que la justice du chrétien lui vient de sa foi en Jésus-Christ. Cette justice, acquise par la foi, l’oblige à rechercher et à pratiquer la Justice de Dieu c’est-à-dire la volonté de Dieu qui le conduit à la sainteté (Romains 10.1-10).

c-La prédication de l’Évangile (Eph.6.15)

Le zèle de l’Évangile de paix est la pratique active et inspirée du témoignage chrétien dans le cadre de l’exercice du ministère de la réconciliation (Romains 10.12-15 ; II Corinthiens 5.18-20 ).

d-La foi (Eph.6.16)

La foi qui sauve c’est-à-dire celle qui croit en la divinité et au sacrifice expiatoire de Jésus-Christ pour être sauvé n’est pas celle dont parle ce verset. Il s’agit de la foi pour obtenir de Dieu par la prière (Jacques1.5-8 ; Mathieu 14.22-31 ; Mathieu 15.22-28 ; Mathieu 21.18-21 ) Cette foi est basée sur la connaissance de la souveraineté de Dieu, son omniscience, sa toute-puissance, sa fidélité et sa bonté. C’est en étudiant la Bible assidûment dans la prière qu’on parvient à la profonde révélation de la nature de Dieu, notre Créateur.

e-Le salut (Eph.6.17a)

Philippiens 2.12  : « Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ». Cette invite de la Bible n’indique pas que le salut est progressif ou doit faire l’objet d’une recherche continuelle. Ce verset nous invite à garder l’assurance du salut dans une conscience pure et sans tâche. Car l’assurance du salut nous place dans une position très confortable dans le combat contre les forces ténébreuses. Il est donc très important de veiller sur sa marche chrétienne :

I Thessaloniciens 5.8 : « Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut ; »

f-La Parole de Dieu (Eph.6.17b)

L’utilisation de la Parole de Dieu comme une épée suppose que nous l’étudions assidûment et que nous maîtrisons les promesses qui s’y trouvent. Nous devons utiliser les versets appropriés pour répondre à Satan comme le Seigneur lui-même les a employés pour fermer la bouche à Satan (Mathieu 4.1-11). Il faudrait confesser chaque fois que le besoin se fait sentir, la parole de Dieu pour éloigner le doute et l’inquiétude. Rappeler à Dieu ses promesses dans la prière pour avoir de l’assurance et obtenir la victoire sur Satan et ses démons.

g-La prière et des supplications persévérantes et ferventes (Eph.6.18)

Le Seigneur nous a lui-même invités à prier afin de ne pas tomber en tentation (Mathieu 26.41). La prière est " la respiration de l’âme" ; c’est elle qui maintient la foi vivante et rayonnante. Elle est le moment privilégié où nous rencontrons Dieu pour exprimer nos besoins et celui des autres. La prière associée au jeûne est souvent nécessaire pour venir à bout de certaines possessions démoniaques (Mathieu 17.21). La prière des saints est particulièrement agréable au Père Céleste. C’est un parfum d’agréable odeur (Apocalypse 8.2-4). Elle est très efficace pour détruire les plans du diable. Celui qui ne prie pas pour l’avancement de l’œuvre de Dieu et la paix des saints est un serviteur de Satan qui s’ignore.

Pour que cette armure soit efficace contre les attaques sournoises de Satan, il faut veiller à la présence effective de chaque élément. Si un élément venait à manquer les autres seront inopérants ; cela est encore plus vrai si le casque du salut venait à faire défaut.

Le chrétien qui est ainsi équipé spirituellement ne peut être vaincu par Satan ; comme les apôtres de Jésus-Christ, il traversera les zones de turbulence dans sa vie chrétienne sans aucune crainte.

La vie chrétienne n’est pas un long fleuve au cours tranquille. C’est une vie de combat.

Jude 24-25 : « Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l'allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles! Amen! »


 


Pasteur Dewis HILLAH













DES ORIGINES DE LA MALADIE

 

 

 

DES ORIGINES DE LA MALADIE


Lamentations 3


Par ces temps de pandémie mondiale au coronavirus, où les supputations vont bon train sur les probables origines de la Covid-19, de nombreuses personnes se posent également la question existentielle de l’origine de la maladie.

La maladie est-elle une invention du Créateur, de Dieu, dans le but de s’en servir pour châtier ceux qui n’obéissent pas à sa volonté ? Ou est-elle une œuvre du diable et de ses démons  destinée à tourmenter les enfants de Dieu ? Ou encore est-elle d’origine naturelle résultant du dysfonctionnement de l’organisme humain, d’une agression d’origine biologique ou psychique ?

Toutes ces questions ont en elles-mêmes une partie de la réponse. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons-nous cette vérité : la perception que nous avons du monde est colorée par nos origines, notre niveau d’instruction, notre culture ou notre religion.

Pour nous, chrétiens, c’est à la lumière des Saintes Écritures, à l’aune des versets bibliques que nous formons nos opinions sur les difficultés et appréhensions que nous rencontrons dans notre marche en ce bas-monde.

En nous référant donc à la Bible, nous notons que l’apparition de la maladie dans le genre humain remonte à la désobéissance de l’homme dans le Jardin d’Éden (Genèse 3). C’est suite à la consommation du fruit de l’arbre de la Connaissance du Bien et du Mal que la mort et par ricochet la maladie sont entrées dans le genre humain :

Gen 3 : 19 : « C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »

La mort est l’absence du souffle de vie dans un corps animé. Elle peut survenir, c’est vrai, suite à un accident, une violence physique, un suicide, un empoisonnement ou une cause naturelle. La mort naturelle signifie que les dysfonctionnements du corps ont entraîné l’arrêt des fonctions vitales empêchant le souffle de vie de Dieu de demeurer en nous, c’est-à-dire dans le corps humain.

Ces dysfonctionnements, quelles qu’en soient les causes, sont ce que la Bible appelle maladie comme nous pouvons le voir dans les passages suivants :

II Rois 17:17 : « Après ces choses, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade, et sa maladie fut si violente qu'il ne resta plus en lui de respiration. »

Jean 5 :1-9 : « Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l'eau ; car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l'eau ; et celui qui y descendait le premier après que l'eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. Jésus, l'ayant vu couché, et sachant qu'il était malade depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri? Le malade lui répondit : Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine quand l'eau est agitée, et, pendant que j'y vais, un autre descend avant moi. Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son lit, et marcha. »

La maladie peut avoir, selon sa provenance, une origine naturelle, une origine humaine, ou une origine spirituelle.

Les maladies d’origine naturelle sont celles qui résultent du vieillissement naturel du corps, des dysfonctionnements d’origine génétique, des affections microbiennes ou virales, indépendamment de toute action imputable à l’homme, aux forces ténébreuses ou à Dieu.

I Rois 14 : 4 : «  La femme de Jéroboam fit ainsi ; elle se leva, alla à Silo, et entra dans la maison d'Achija. Achija ne pouvait plus voir, car il avait les yeux fixes par suite de la vieillesse. »

Les maladies d’origine humaine sont celles qui proviennent de l’action de l’homme lui-même ou de sa mauvaise manière de vivre. Personne ne peut directement les imputer à Dieu ou au diable.

Citons à titre illustratif, les maladies résultant :
  • de la prise de stupéfiant, d’alcool, de nourritures et produits impropres à la consommation ;

  • des comportements sexuels déviants entraînant des MST et autres affections ;

  • des maladies liées au stress, au manque de repos ou aux soucis du siècle ;

  • du manque d’hygiène ;

  • des armes bactériologiques, chimiques ou conventionnelles ;

  • des empoisonnements chimiques, médicamenteux ou alimentaires ;

  • des privations excessives de nourritures pour diverses raisons ;

Les maladies d’origine ténébreuse sont celles découlant des envoûtements, des malédictions, des sorts jetés à une ou plusieurs personnes et de l’action de puissances occultes. Ces puissances occultes ne sont autres que les anges déchus ou démons qui peuvent s’attaquer à un homme pour une raison ou une autre. Les versets suivants sont très édifiants à cet égard :

Luc 13 :11-17 : «  Et voici, il y avait là une femme possédée d'un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. Lorsqu'il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit : Femme, tu es délivrée de ton infirmité. Et il lui imposa les mains. A l'instant elle se redressa, et glorifia Dieu. Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. Hypocrites ! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire? Et cette femme, qui est une fille d'Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat? Tandis qu'il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu'il faisait. »

Marc 9 :17-27 : « Et un homme de la foule lui répondit : Maître, j'ai amené auprès de toi mon fils, qui est possédé d'un esprit muet. En quelque lieu qu'il le saisisse, il le jette par terre ; l'enfant écume, grince des dents, et devient tout raide. J'ai prié tes disciples de chasser l'esprit, et ils n'ont pas pu. Race incrédule, leur dit Jésus, jusques à quand serai-je avec vous ? jusques à quand vous supporterai-je ? Amenez-le-moi. On le lui amena. Et aussitôt que l'enfant vit Jésus, l'esprit l'agita avec violence ; il tomba par terre, et se roulait en écumant. Jésus demanda au père : Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive? Depuis son enfance, répondit-il. Et souvent l'esprit l'a jeté dans le feu et dans l'eau pour le faire périr. Mais, si tu peux quelque chose, viens à notre secours, aie compassion de nous. Jésus lui dit : Si tu peux le croire, tout est possible à celui qui croit. Aussitôt le père de l'enfant s'écria : Je crois ! viens au secours de mon incrédulité ! Jésus, voyant accourir la foule, menaça l'esprit impur, et lui dit : Esprit muet et sourd, je te l'ordonne, sors de cet enfant, et n'y rentre plus. Et il sortit, en poussant des cris, et en l'agitant avec une grande violence. L'enfant devint comme mort, de sorte que plusieurs disaient qu'il était mort. Mais Jésus, l'ayant pris par la main, le fit lever. Et il se tint debout.»

Les maladies d’origine divine sont les maladies envoyées par Dieu pour :

  • Garder Ses enfants du péché

Job 33 : 14-22 : « Dieu parle cependant, tantôt d'une manière, tantôt d'une autre, et l'on n'y prend point garde. Il parle par des songes, par des visions nocturnes, quand les hommes sont livrés à un profond sommeil, quand ils sont endormis sur leur couche. Alors il leur donne des avertissements et met le sceau à ses instructions, afin de détourner l'homme du mal et de le préserver de l'orgueil, afin de garantir son âme de la fosse et sa vie des coups du glaive. Par la douleur aussi l'homme est repris sur sa couche, quand une lutte continue vient agiter ses os. Alors il prend en dégoût le pain, même les aliments les plus exquis ; sa chair se consume et disparaît, ses os qu'on ne voyait pas sont mis à nu ; son âme s'approche de la fosse, et sa vie des messagers de la mort. »
 
II Corinthiens 12 : 7 : « Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir. »
  • Exercer des jugements de grâce en faveur des pécheurs pour les amener sur la voie du Salut


Actes 3 : 1-11 : « Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l'heure de la prière : c'était la neuvième heure. Il y avait un homme boiteux de naissance, qu'on portait et qu'on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu'il demandât l'aumône à ceux qui entraient dans le temple. Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l'aumône. Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit : Regarde-nous. Et il les regardait attentivement, s'attendant à recevoir d'eux quelque chose. Alors Pierre lui dit : Je n'ai ni argent, ni or ; mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ; d'un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu. Tout le monde le vit marchant et louant Dieu. Ils reconnaissaient que c'était celui qui était assis à la Belle porte du temple pour demander l'aumône, et ils furent remplis d'étonnement et de surprise au sujet de ce qui lui était arrivé. Comme il ne quittait pas Pierre et Jean, tout le peuple étonné accourut vers eux, au portique dit de Salomon. »


Actes 9 : 1-18 : «  Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s'il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem. Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Il répondit : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur dit : Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Tremblant et saisi d'effroi, il dit : Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire. Les hommes qui l'accompagnaient demeurèrent stupéfaits ; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne. Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien ; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas. Il resta trois jours sans voir, et il ne mangea ni ne but. Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananias. Le Seigneur lui dit dans une vision : Ananias ! Il répondit : Me voici, Seigneur ! Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, va dans la rue qu'on appelle la droite, et cherche, dans la maison de Judas, un nommé Saul de Tarse. Car il prie, et il a vu en vision un homme du nom d'Ananias, qui entrait, et qui lui imposait les mains, afin qu'il recouvrât la vue. Ananias répondit : Seigneur, j'ai appris de plusieurs personnes tous les maux que cet homme a faits à tes saints dans Jérusalem ; et il a ici des pouvoirs, de la part des principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom. Mais le Seigneur lui dit : Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël ; et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom. Ananias sortit ; et, lorsqu'il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant : Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint Esprit. Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé ; » 
 
Nombres 12 : 1-15 : «  Marie et Aaron parlèrent contre Moïse au sujet de la femme éthiopienne qu'il avait prise, car il avait pris une femme éthiopienne. Ils dirent : Est-ce seulement par Moïse que l'Éternel parle ? N'est-ce pas aussi par nous qu'il parle ? Et l'Éternel l'entendit. Or, Moïse était un homme fort patient, plus qu'aucun homme sur la face de la terre. Soudain l'Éternel dit à Moïse, à Aaron et à Marie : Allez, vous trois, à la tente d'assignation. Et ils y allèrent tous les trois. L'Éternel descendit dans la colonne de nuée, et il se tint à l'entrée de la tente. Il appela Aaron et Marie, qui s'avancèrent tous les deux. Et il dit : Écoutez bien mes paroles ! Lorsqu'il y aura parmi vous un prophète, c'est dans une vision que moi, l'Éternel, je me révélerai à lui, c'est dans un songe que je lui parlerai. Il n'en est pas ainsi de mon serviteur Moïse. Il est fidèle dans toute ma maison. Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes, et il voit une représentation de l'Éternel. Pourquoi donc n'avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse ? La colère de l'Éternel s'enflamma contre eux. Et il s'en alla. La nuée se retira de dessus la tente. Et voici, Marie était frappée d'une lèpre, blanche comme la neige. Aaron se tourna vers Marie ; et voici, elle avait la lèpre. Alors Aaron dit à Moïse : De grâce, mon seigneur, ne nous fais pas porter la peine du péché que nous avons commis en insensés, et dont nous nous sommes rendus coupables ! Oh ! qu'elle ne soit pas comme l'enfant mort-né, dont la chair est à moitié consumée quand il sort du sein de sa mère ! Moïse cria à l'Éternel, en disant : O Dieu, je te prie, guéris-la ! Et l'Éternel dit à Moïse : Si son père lui avait craché au visage, ne serait-elle pas pendant sept jours un objet de honte ? Qu'elle soit enfermée sept jours en dehors du camp ; après quoi, elle y sera reçue. Marie fut enfermée sept jours en dehors du camp ; et le peuple ne partit point, jusqu'à ce que Marie y fut rentrée. »
  • Exercer des jugements de colère envers les méchants de sorte à les retrancher de la terre



    II Chroniques 21 : 11-19 : « Joram fit même des hauts lieux dans les montagnes de Juda ; il poussa les habitants de Jérusalem à la prostitution, et il séduisit Juda. Il lui vint un écrit du prophète Élie, disant : Ainsi parle l'Éternel, le Dieu de David, ton père : Parce que tu n'as pas marché dans les voies de Josaphat, ton père, et dans les voies d'Asa, roi de Juda, mais que tu as marché dans la voie des rois d'Israël ; parce que tu as entraîné à la prostitution Juda et les habitants de Jérusalem, comme l'a fait la maison d'Achab à l'égard d'Israël ; et parce que tu as fait mourir tes frères, meilleurs que toi, la maison même de ton père ; - voici, l'Éternel frappera ton peuple d'une grande plaie, tes fils, tes femmes, et tout ce qui t'appartient ; et toi, il te frappera d'une maladie violente, d'une maladie d'entrailles, qui augmentera de jour en jour jusqu'à ce que tes entrailles sortent par la force du mal. Et l'Éternel excita contre Joram l'esprit des Philistins et des Arabes qui sont dans le voisinage des Éthiopiens. Ils montèrent contre Juda, y firent une invasion, pillèrent toutes les richesses qui se trouvaient dans la maison du roi, et emmenèrent ses fils et ses femmes, de sorte qu'il ne lui resta d'autre fils que Joachaz, le plus jeune de ses fils. Après tout cela, l'Éternel le frappa d'une maladie d'entrailles qui était sans remède ; elle augmenta de jour en jour, et sur la fin de la seconde année les entrailles de Joram sortirent par la force de son mal. Il mourut dans de violentes souffrances ; et son peuple ne brûla point de parfums en son honneur, comme il l'avait fait pour ses pères. »


Jérémie 16 : 1-21 « La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots : Tu ne prendras point de femme, et tu n'auras dans ce lieu ni fils ni fille. Car ainsi parle l'Éternel sur les fils et les filles qui naîtront en ce lieu, sur leurs mères qui les auront enfantés, et sur leurs pères qui les auront engendrés dans ce pays : Ils mourront consumés par la maladie ; on ne leur donnera ni larmes ni sépulture ; ils seront comme du fumier sur la terre ; ils périront par l'épée et par la famine ; et leurs cadavres serviront de pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes de la terre. Car ainsi parle l'Éternel : N'entre pas dans une maison de deuil, n'y va pas pleurer, te lamenter avec eux ; car j'ai retiré à ce peuple ma paix, dit l'Éternel, ma bonté et ma miséricorde. Grands et petits mourront dans ce pays ; on ne leur donnera point de sépulture ; on ne les pleurera point, on ne se fera point d'incision, et l'on ne se rasera pas pour eux. On ne rompra pas le pain dans le deuil pour consoler quelqu'un au sujet d'un mort, et l'on n'offrira pas la coupe de consolation pour un père ou pour une mère. N'entre pas non plus dans une maison de festin, pour t'asseoir avec eux, pour manger et pour boire. Car ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël : Voici, je ferai cesser dans ce lieu, sous vos yeux et de vos jours, les cris de réjouissance et les cris d'allégresse, les chants du fiancé et les chants de la fiancée. Lorsque tu annonceras à ce peuple toutes ces choses, ils te diront : Pourquoi l'Éternel nous menace-t-il de tous ces grands malheurs ? Quelle est notre iniquité ? Quel péché avons-nous commis contre l'Éternel, notre Dieu ? Alors tu leur répondras : Vos pères m'ont abandonné, dit l'Éternel, ils sont allés après d'autres dieux, ils les ont servis et se sont prosternés devant eux ; ils m'ont abandonné, et n'ont point observé ma loi. Et vous, vous avez fait le mal plus encore que vos pères ; et voici, vous suivez chacun les penchants de votre mauvais cœur, pour ne point m'écouter. Je vous transporterai de ce pays dans un pays que vous n'avez point connu, ni vous, ni vos pères ; et là, vous servirez les autres dieux jour et nuit, car je ne vous accorderai point de grâce. C'est pourquoi voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où l'on ne dira plus : L'Éternel est vivant, Lui qui a fait monter du pays d'Égypte les enfants d'Israël ! Mais on dira : L'Éternel est vivant, Lui qui a fait monter les enfants d'Israël du pays du septentrion et de tous les pays où il les avait chassés ! Je les ramènerai dans leur pays, que j'avais donné à leurs pères. Voici, j'envoie une multitude de pêcheurs, dit l'Éternel, et ils les pêcheront ; et après cela j'enverrai une multitude de chasseurs, et ils les chasseront de toutes les montagnes et de toutes les collines, et des fentes des rochers. Car mes yeux sont attentifs à toutes leurs voies, elles ne sont point cachées devant ma face, et leur iniquité ne se dérobe point à mes regards. Je leur donnerai d'abord le double salaire de leur iniquité et de leur péché, parce qu'ils ont profané mon pays, parce qu'ils ont rempli mon héritage des cadavres de leurs idoles et de leurs abominations. Éternel, ma force et mon appui, mon refuge au jour de la détresse ! Les nations viendront à toi des extrémités de la terre, et elles diront : Nos pères n'ont hérité que le mensonge, de vaines idoles, qui ne servent à rien. L'homme peut-il se faire des dieux, qui ne sont pas des dieux?
C'est pourquoi voici, je leur fais connaître, cette fois, Je leur fais connaître ma puissance et ma force ; et ils sauront que mon nom est l'Éternel. »

II Rois 5 : 20 : « Guéhazi, serviteur d'Élisée, homme de Dieu, se dit en lui-même : Voici, mon maître a ménagé Naaman, ce Syrien, en n'acceptant pas de sa main ce qu'il avait apporté ; l'Éternel est vivant ! je vais courir après lui, et j'en obtiendrai quelque chose. Et Guéhazi courut après Naaman. Naaman, le voyant courir après lui, descendit de son char pour aller à sa rencontre, et dit : Tout va-t-il bien ? Il répondit : Tout va bien. Mon maître m'envoie te dire : Voici, il vient d'arriver chez moi deux jeunes gens de la montagne d'Éphraïm, d'entre les fils des prophètes ; donne pour eux, je te prie, un talent d'argent et deux vêtements de rechange. Naaman dit : Consens à prendre deux talents. Il le pressa, et il serra deux talents d'argent dans deux sacs, donna deux habits de rechange, et les fit porter devant Guéhazi par deux de ses serviteurs. Arrivé à la colline, Guéhazi les prit de leurs mains et les déposa dans la maison, et il renvoya ces gens qui partirent. Puis il alla se présenter à son maître. Élisée lui dit: D'où viens-tu, Guéhazi ? Il répondit : Ton serviteur n'est allé ni d'un côté ni d'un autre. Mais Élisée lui dit : Mon esprit n'était pas absent, lorsque cet homme a quitté son char pour venir à ta rencontre. Est-ce le temps de prendre de l'argent et de prendre des vêtements, puis des oliviers, des vignes, des brebis, des bœufs, des serviteurs et des servantes ? La lèpre de Naaman s'attachera à toi et à ta postérité pour toujours. Et Guéhazi sortit de la présence d'Élisée avec une lèpre comme la neige. »
  • Manifester sa gloire

Jean 11 :1-4 : « Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa sœur. C'était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c'était son frère Lazare qui était malade. Les sœurs envoyèrent dire à Jésus : Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n'est point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. » 
 
Jean 9 :1-3 : « Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle? Jésus répondit : Ce n'est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » 
 
  • Punir l’iniquité des pères sur les enfants


Exode 20:1-6 : «  Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant : Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude. Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'à la millième génération à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements. »  

II Samuel 12 : 1-16 : « L'Éternel envoya Nathan vers David. Et Nathan vint à lui, et lui dit : Il y avait dans une ville deux hommes, l'un riche et l'autre pauvre. Le riche avait des brebis et des bœufs en très grand nombre. Le pauvre n'avait rien du tout qu'une petite brebis, qu'il avait achetée ; il la nourrissait, et elle grandissait chez lui avec ses enfants ; elle mangeait de son pain, buvait dans sa coupe, dormait sur son sein, et il la regardait comme sa fille. Un voyageur arriva chez l'homme riche. Et le riche n'a pas voulu toucher à ses brebis ou à ses bœufs, pour préparer un repas au voyageur qui était venu chez lui ; il a pris la brebis du pauvre, et l'a apprêtée pour l'homme qui était venu chez lui. La colère de David s'enflamma violemment contre cet homme, et il dit à Nathan : L'Éternel est vivant ! L'homme qui a fait cela mérite la mort. Et il rendra quatre brebis, pour avoir commis cette action et pour avoir été sans pitié. Et Nathan dit à David : Tu es cet homme-là ! Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël : Je t'ai oint pour roi sur Israël, et je t'ai délivré de la main de Saül ; je t'ai mis en possession de la maison de ton maître, j'ai placé dans ton sein les femmes de ton maître, et je t'ai donné la maison d'Israël et de Juda. Et si cela eût été peu, j'y aurais encore ajouté. Pourquoi donc as-tu méprisé la parole de l'Éternel, en faisant ce qui est mal à ses yeux ? Tu as frappé de l'épée Urie, le Héthien ; tu as pris sa femme pour en faire ta femme, et lui, tu l'as tué par l'épée des fils d'Ammon. Maintenant, l'épée ne s'éloignera jamais de ta maison, parce que tu m'as méprisé, et parce que tu as pris la femme d'Urie, le Héthien, pour en faire ta femme. Ainsi parle l'Éternel : Voici, je vais faire sortir de ta maison le malheur contre toi, et je vais prendre sous tes yeux tes propres femmes pour les donner à un autre, qui couchera avec elles à la vue de ce soleil. Car tu as agi en secret ; et moi, je ferai cela en présence de tout Israël et à la face du soleil. David dit à Nathan : J'ai péché contre l'Éternel! Et Nathan dit à David : L'Éternel pardonne ton péché, tu ne mourras point. Mais, parce que tu as fait blasphémer les ennemis de l'Éternel, en commettant cette action, le fils qui t'est né mourra. Et Nathan s'en alla dans sa maison. L'Éternel frappa l'enfant que la femme d'Urie avait enfanté à David, et il fut dangereusement malade. David pria Dieu pour l'enfant, et jeûna ; et quand il rentra, il passa la nuit couché par terre. »

I Rois 14 : 1-13 : « 
Dans ce temps-là, Abija, fils de Jéroboam, devint malade. Et Jéroboam dit à sa femme : Lève-toi, je te prie, et déguise-toi pour qu'on ne sache pas que tu es la femme de Jéroboam, et va à Silo. Voici, là est Achija, le prophète ; c'est lui qui m'a dit que je serais roi de ce peuple. Prends avec toi dix pains, des gâteaux et un vase de miel, et entre chez lui ; il te dira ce qui arrivera à l'enfant. La femme de Jéroboam fit ainsi ; elle se leva, alla à Silo, et entra dans la maison d'Achija. Achija ne pouvait plus voir, car il avait les yeux fixes par suite de la vieillesse. L'Éternel avait dit à Achija : La femme de Jéroboam va venir te consulter au sujet de son fils, parce qu'il est malade. Tu lui parleras de telle et de telle manière. Quand elle arrivera, elle se donnera pour une autre. Lorsque Achija entendit le bruit de ses pas, au moment où elle franchissait la porte, il dit : Entre, femme de Jéroboam ; pourquoi veux-tu te donner pour une autre ? Je suis chargé de t'annoncer des choses dures.
Va, dis à Jéroboam : Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël : Je t'ai élevé du milieu du peuple, je t'ai établi chef de mon peuple d'Israël, j'ai arraché le royaume de la maison de David et je te l'ai donné. Et tu n'as pas été comme mon serviteur David, qui a observé mes commandements et qui a marché après moi de tout son cœur, ne faisant que ce qui est droit à mes yeux. Tu as agi plus mal que tous ceux qui ont été avant toi, tu es allé te faire d'autres dieux, et des images de fonte pour m'irriter, et tu m'as rejeté derrière ton dos ! Voilà pourquoi je vais faire venir le malheur sur la maison de Jéroboam ; j'exterminerai quiconque appartient à Jéroboam, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël, et je balaierai la maison de Jéroboam comme on balaie les ordures, jusqu'à ce qu'elle ait disparu. Celui de la maison de Jéroboam qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux du ciel. Car l'Éternel a parlé. Et toi, lève-toi, va dans ta maison. Dès que tes pieds entreront dans la ville, l'enfant mourra. Tout Israël le pleurera, et on l'enterrera ; car il est le seul de la maison de Jéroboam qui sera mis dans un sépulcre, parce qu'il est le seul de la maison de Jéroboam en qui se soit trouvé quelque chose de bon devant l'Éternel, le Dieu d'Israël. »
  • Rendre justice aux opprimés et venger son peuple

Deutéronome 7:15 : «  L'Éternel éloignera de toi toute maladie ; il ne t'enverra aucune de ces mauvaises maladies d'Égypte qui te sont connues, mais il en frappera tous ceux qui te haïssent. »

Dieu, selon les Saintes Écritures, est le maître absolu de tout ce qui arrive sur la terre ; Il sait tout à l’avance, Il contrôle tout et aucun homme ne peut s’opposer à Sa Volonté comme l’attestent les versets suivants :

Lamentations 3: 37-38 « Qui dira qu'une chose arrive, sans que le Seigneur l'ait ordonnée? N'est-ce pas de la volonté du Très Haut que viennent les maux et les biens? »

Cependant, malgré tout ce qui vient d’être dit quant à la Souveraineté de Dieu, sachons tout de même que Dieu ne trouve aucun plaisir dans les souffrances de l’homme. Bien au contraire, Il s’en afflige. Il permet seulement que certaines choses arrivent afin de nous ramener vers Lui. Les maladies qui viennent de Dieu sont des actes d’amour de sa part pour nous délivrer du mal selon qu’il est écrit que :

Hébreux 12 . 6, 10, 11 : «  Car le Seigneur châtie celui qu'il aime, et il frappe de la verge tous ceux qu'il reconnaît pour ses fils.

Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté.
Il est vrai que tout châtiment semble d'abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. »
 
 Comme le dit la Bible dans :


Lamentations 3 : 22-25 : «  Les bontés de l'Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande ! L'Éternel est mon partage, dit mon âme ; c'est pourquoi je veux espérer en lui. L'Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l'âme qui le cherche. »

Lamentations 3 : 40, 41 : « Recherchons nos voies et les sondons, et retournons à l'Éternel ; élevons nos cœurs et nos mains vers Dieu qui est au ciel »

Ne cessons pas d’espérer en l’Éternel ; prions sans cesse. Soyons compatissants et miséricordieux.

Tournons nos regards vers le Seigneur Jésus-Christ et Il nous accueillera dans son amour. Il nous protégera et nous guérira.

(I Corinthiens 10. 9)

Pasteur Dewis HILLAH