AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


Edification


LE CHRÉTIEN ET LE VÊTEMENT

Quelle fonction pour le vêtement ?



L es origines du vêtement remontent au jardin d’Éden quand Adam et Ève péchèrent en mangeant du fruit de ‟l’arbre de la connaissance du bien et du mal″, en violation de ce commandement de Dieu :
Genèse 2. 15-17 : « L'Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. L'Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. ».
        En effet, avant cette désobéissance, nos tout premiers ancêtres étaient nus, sans aucune honte, car ils n’avaient pas connaissance du mal :
Genèse 2. 25 : « L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. ».
Mais suite à leur péché, ils prirent conscience de leur nudité et par là-même du mauvais usage qui peut être fait du sexe (Genèse 3. 6-12).
Dieu voyant qu’ils avaient dorénavant connaissance de leurs nudités, leur confectionna des vêtements en peau d’animaux(1) comme cela est écrit dans Genèse 3. 21 : 
« L'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et Il les en revêtit. »
Ainsi débuta l’usage du vêtement.

Les tout premiers vêtements, c’est vrai, avaient une fonction morale : Couvrir la nudité ; mais ils avaient aussi et avant tout une fonction spirituelle : Rappeler à l’homme son vêtement de justice (Apocalypse 19. 7, 8) perdu dans le jardin d’Éden à cause de sa désobéissance. Par la suite le vêtement a acquis très rapidement une fonction biologique, conséquence naturelle de la malédiction divine de Genèse 3. 17-19 : Protéger l’homme contre les rigueurs du climat (soleil, froid, humidité). Ce n’est que bien plus tard sous l’Ancienne Alliance, avec la création des vêtements sacrés pour les sacrificateurs, que la fonction religieuse du vêtement apparut (Ex. 39. 1-31). Cette fonction religieuse n’existe plus de nos jours avec la fin de l’Ancienne Alliance consacrée par le sacrifice expiatoire de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ à la croix. Ceux qui aujourd’hui, sous cette dispensation de la grâce, s’acharnent à créer des vêtements sacerdotaux, des habits de cérémonies, se trompent grandement.
 Ainsi se vêtir est un impératif divin se fondant sur la nécessité absolue de soustraire sa nudité aux regards des autres afin d’éviter le péché sexuel. Aussi le vêtement, quelle que soit la fonction que chacun voudrait lui assigner (spirituelle, morale, religieuse, biologique, sociale ou esthétique), ne doit en aucun cas inciter à la convoitise sexuelle.
Le nudisme intégral qui s’observe donc de nos jours en Europe, en Amérique et parfois en Afrique, dans les lieux réservés à cet effet est une abomination aux yeux de Dieu.
            Dieu exige que les hommes cachent leurs nudités. Personne sous le prétexte d’un retour à la 
« vie naturelle » ( ?) ne doit se dénuder en public offrant ainsi en spectacle une partie de son corps, ou pire son sexe. Cette manière d’agir est de l’impudicité sexuelle, c’est un péché puni par Dieu
(1 Corinthiens 6. 9-10 ; Apocalypse 21. 8)Par conséquent le port des maillots de bain ou d’autres accoutrements du même genre est à proscrire formellement.
Le chrétien qui va de la sorte exposer sa nudité à la piscine ou à la plage commet un adultère ou une fornication, si un tel acte est commis dans un cadre où il n’y a que des célibataires des deux sexes.
A côté de ce nudisme intégral qui est obligé à cause de la loi (délit d’atteinte à la pudeur) de se cacher, il y a un nudisme déguisé, un nudisme sournois, un nudisme qui ne dit pas son nom. Ce nudisme-là est en train de se répandre à vive allure.
Au nom de la fonction esthétique du vêtement, au nom donc de la mode, les hommes et les femmes de ce siècle exposent leurs sexes à la vue de tous en portant des habits transparents, collants et/ou courts.
         On parle de phénomène de mode là où l’on doit dénoncer la dépravation des mœurs et la violation des commandements de Dieu.
Les mini-jupes, les collants, les profonds décolletés, les maillots de bain, les dos nus et autres sans manches n’ont rien d’esthétique.
Parfois même ils sont franchement ridicules lorsqu’ils sont portés par des femmes d’un certain âge. Qu’y-a-t-il de glorieux à exposer son anatomie à la vue de tous ?
Pourquoi ce qui doit être réservé au conjoint est montré à tous ? En réalité, c’est un esprit de prostitution qui est actuellement à l’œuvre. Ce que les femmes et les jeunes filles portent aujourd’hui, les prostituées des années 70 (1970) et même 80 en auraient eu honte. Souvenez-vous de ces années-là. Quelle femme aurait eu le courage de sortir à demi-nue en portant de telles choses ?
          Le monde devient fou et l'Église se corrompt ; Dieu punira du châtiment éternel les femmes qui se livrent à ces péchés sous la conduite active du diable.
Comme si cela n’était pas suffisamment grave, les femmes de ce siècle s’acharnent à porter des vêtements d’homme et certains hommes à s’habiller comme des femmes, contrairement aux commandements de Dieu contenus dans Deutéronome 22. 5 :
« Une femme ne portera point un habillement d’homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel, ton Dieu. »
            Cette manière d’agir était propre aux seuls adorateurs de certaines divinités de l’antiquité. Le chrétien qui s’habille comme le monde est sans le savoir sous l’autorité des démons de la mode. Il porte des vêtements étrangers au royaume de Dieu ; en temps opportun la colère de Dieu l’atteindra :
Sophonie 1. 8 : « Au jour du sacrifice de l'Éternel, Je châtierai les princes et les fils du roi, et tous ceux qui portent des vêtements étrangers. »
           Il y a de nos jours des femmes qui ont plus de pantalons et de chemises que certains hommes ; délaissant les robes et autres jupes et corsages décents, elles provoquent les passions sexuelles qui expliquent la multiplication du péché abominable et honteux qu’est le viol. Entre-nous, sincèrement parlant, pouvons-nous dire qu’il existe aujourd’hui une différence entre une prostituée et une femme à la mode ? La réponse est non.
Ce sont les mêmes tenues vestimentaires, les mêmes déhanchements à demi-nue, haut perchée sur des talons de plus de trois (3) cm, avançant à petits pas, le regard effronté. C’est la même assurance ; le même mépris de la pudeur ; et c’est aussi, hélas, le même vagabondage sexuel. Le mépris de la fonction morale du vêtement explique sans doute ce pourquoi l’adultère tend à se généraliser, sans parler du SIDA. Aujourd’hui, la fonction esthétique du vêtement et dans une moindre mesure sa fonction sociale ont pris le pas sur ses fonctions légitimes. Peu de gens s’offusquent du dérèglement vestimentaire qu’on observe. Les parents qui doivent redresser leurs enfants sont les premiers à promouvoir cet état de chose. Eux-mêmes donnent le mauvais exemple à leurs progénitures. Trêve d’hypocrisie ! N’est-ce pas sous les yeux des parents, sous le toit paternel ou maternel que ce dérèglement s’observe ? Qui procure à ces jeunes gens l’argent servant à l’acquisition de telles choses ?
Que chacun commence par mettre de l’ordre chez lui et la vertu reprendra sa place dans la société ; et de nouveau on fera la différence entre une prostituée et une femme vertueuse.
Certaines personnes légères et dénuées de bon sens diront que cette manière de s’habiller ne gêne en rien la morale. N’en croyez rien. Si Dieu trouvait bien que l’homme continue d’aller nu après la chute d’Adam et d’Ève pourquoi alors a-t-il créé le vêtement ?
Le vêtement décent est celui qui est ample, opaque et non suggestif. Le dos, le ventre et les genoux ne doivent en aucun cas être nus. Un vêtement qui ne couvre pas le dos, les genoux ou le ventre conformément à sa destination doit être simplement passé par le feu ; quant aux vêtements collants et suggestifs (qui provoquent l’excitation sexuelle), œuvres des démons, chaque chrétien authentique sait ce qu’il convient d’en faire : Au feu.
De plus, il faut mettre un terme à cet orgueil débordant qui pousse les uns et les autres à engloutir des sommes folles dans des toilettes, dans des vêtements futiles et indécents. Cette folie, hélas, a gagné aussi l'Église à la grande satisfaction de Satan. Et pourtant il est écrit :
1 Timothée 2. 9-10 : « Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, mais qu’elles se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu. »
1 Pierre 3. 3-4 : « Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. »
Jacques 5. 1-2 : « A vous maintenant, riches ! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. » 
A l’image du mauvais riche de Luc 16, certains chrétiens fortunés de ce siècle ne pensent qu’à eux-mêmes et presque jamais aux pauvres. Aussi Dieu les frappe-t-Il de nombreuses maladies et de grandes malédictions :
Proverbes 28. 27 : « Celui qui donne au pauvre n’éprouve pas la disette, mais celui qui ferme les yeux est chargé de malédictions. »
Il est mauvais de vouloir s’élever aux yeux des hommes par le port de beaux et coûteux vêtements : c’est de l’orgueil ; c’est de la vanité. Cette fonction dite sociale du vêtement engendre beaucoup d’iniquités. Chacun est traité selon la richesse de sa toilette et non selon sa valeur morale. C’est une manière détournée d’exprimer son mépris envers les pauvres :
Jacques 2. 1-6a : « Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ soit exempte de toute acception de personnes. Supposé, en effet, qu’il entre dans votre assemblée un homme avec un anneau d’or et un habit magnifique, et qu’il y entre aussi un pauvre misérablement vêtu ; si, tournant vos regards vers celui qui porte l’habit magnifique, vous lui dites : Toi, assieds-toi ici à cette place d’honneur ! et si vous dites au pauvre : Toi, tiens-toi là debout ! ou bien : Assieds-toi au-dessous de mon marche-pied !— Ne faites-vous pas en vous-mêmes une distinction, et ne jugez-vous pas sous l’inspiration de pensées mauvaises ? Écoutez, mes frères bien-aimés : Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, et héritiers du royaume qu’Il a promis à ceux qui l’aiment ? Et vous, vous avilissez le pauvre ! ».
C’est pécher que d’agir de la sorte (Proverbes 14. 21).
Le chrétien authentique doit refuser de se laisser entraîner par cette folie collective.
En réaction contre ce débordement de vanité, d’autres, surtout des jeunes, se sont réfugiés dans une attitude contestataire qui les amène à adopter le mode vestimentaire des adeptes du rastafarisme, du rock, du punk, et des drogués de Harlem qu’ils voient dans les séries télévisées. Cela est aussi mauvais.
A quoi sert-il de porter un blue-jean, un blouson ou un tee-shirt collant ?
A quoi sert-il de porter des vêtements puants, crasseux et repoussants ?
A quoi sert-il de porter des dreadlocks ou tout juste une touffe de cheveux au milieu du crâne ?
Ce mal n’est-il pas plus grand que le premier ? Connaissez-vous l’origine spirituelle de ces choses ? Pourquoi ne pas s’habiller plus simplement ? Connaissez-vous un président, un ministre de Dieu qui affectionne ce mode vestimentaire ? Les hommes de valeur ne font jamais cela. Jésus-Christ n’a jamais porté de telles choses.
N’imitez personne ; restez donc vous-mêmes ! Comportez-vous comme des personnes douées d’une grande intelligence. Ne vous laissez pas manipuler. Ces vedettes que vous imitez, connaissez-vous leurs vies privées ? Il suffirait que vous passiez un mois avec certains d’entre eux pour déchanter. Voulez-vous être taxés de superficiels ? Voulez-vous être traités de personnes sottes ?
Honorez donc Dieu en protégeant votre corps par des vêtements décents. Ne le jetez pas en pâture aux dépravés :
Romains 12. 1-2 : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. ».
Abandonnez aussi le tatouage de vos corps de même que la cigarette.
C’est le moment de crier à Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde pour qu’Il vous délivre de ces choses abominables et folles. C’est le moment de Lui confesser vos péchés et de Lui donner votre vie afin qu’à votre mort vous puissiez aller au ciel. Vous pouvez vous adresser à Jésus-Christ qui est mort pour vos péchés de la manière suivante :
« Seigneur Jésus, je sais que je suis un pécheur et que j’ai besoin d’être sauvé du jugement dernier. Je crois que Tu es mort pour mes péchés sur la croix et que Tu es ressuscité effectivement le troisième jour. Seigneur, je Te prie de bien vouloir pardonner mes péchés de nudisme, d’impureté sexuelle, d’adultère, de travestisme, de tatouage, de tabagisme, d’alcoolisme… (Citez tous les péchés dont vous vous souvenez)
Fais de moi Ton enfant ; écris mon nom dans le livre de vie ; délivre-moi des mains de Satan. Je T’ouvre désormais mon cœur, et m’engage, en comptant sur Ta grâce infinie, à faire de Toi seul le maître de ma vie et à suivre les commandements de Dieu. »
Si tout en regrettant ta mauvaise vie passée, tu as fait cette prière d’un cœur sincère, tu es effectivement sauvé.
Écris-nous afin que nous puissions te conseiller une Église du Seigneur. Que Dieu te protège. Amen !


Pasteur Dewis HILLAH
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

©Dewis Goubié HILLAH

Tous droits réservés pour tous pays. Ne sont autorisées que les copies à usage privé. 
                                                                                                                       
                                                                                             Haut de page             Retour à Catégories   



                                                                                                                                                   





QUE PERSONNE NE VOUS SÉDUISE!

Peut-on perdre son salut ?





L
a réponse à cette question quoique toute simple a fait couler beaucoup d’encre et de salive.
Pour les uns il est clair comme l’eau de roche que le chrétien qui pratique le péché peut perdre le salut. Pour d’autres le salut ne se perd jamais. Cette dernière conception, à savoir l’impossibilité de perdre le salut, renvoie à la doctrine de la sécurité éternelle inconditionnelle du chrétien.
La doctrine de la sécurité éternelle inconditionnelle du chrétien trouve ses origines dans les écrits de certains réformateurs qui voulaient mettre un coup d’arrêt aux hérésies catholiques relatives au salut. Elle déclare que celui qui est effectivement né de nouveau ne peut en aucun cas perdre son salut pour se retrouver dans l’étang ardent de feu et de soufre que plusieurs appellent enfer.  Cette doctrine, hélas, n’a pas son origine dans la Bible.
En vérité, tout au long des Écritures, Dieu s’est attaché à avertir Son peuple des conséquences du péché. Aussi le Saint-Esprit a-t-Il poussé l’auteur de l’épître aux Hébreux à écrire ceci :
Hébreux 10. 26-29 : « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.
Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins ; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé au pied le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? »
Pour bien comprendre le passage ci-dessus cité, il convient d’essayer de répondre à la série de questions suivantes :
Qui sont ceux qui sont sanctifiés par le sang de Jésus ?
Les pécheurs non repentants le sont-ils également ?
Les non convertis ont-ils été déjà sanctifiés par le sang de Jésus ?
Aucun chrétien sensé, évidemment, ne peut déclarer que les non convertis sont déjà sanctifiés par le sang de Jésus. Il s’agit bien dans Hébreux 10. 26-29 de convertis c’est-à-dire de chrétiens.
Donc, clairement, la Bible affirme que le chrétien qui pèche volontairement n’obtiendra plus de pardon et sera jeté dans le feu éternel. Certains comme d’habitude refuseront de voir l’évidence en déclarant que seuls ceux qui ne sont pas effectivement nés de nouveau pratiquent le péché.
Cette ultime échappatoire ne résiste pas à 2 Pierre 2.
Il est écrit :
« Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point.
Car, si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais s’Il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement ; s’Il n’a pas épargné l’ancien monde, mais s’Il a sauvé  Noé, lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu’Il fit venir le déluge sur un monde d’impies ; s’Il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, les donnant comme exemple aux impies à venir, et s’Il a délivré le juste Lot, profondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dissolution (car ce juste, qui habitait au milieu d’eux, tourmentait journellement son âme juste à cause de ce qu’il voyait et entendait de leurs œuvres criminelles) ; — le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement, ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d’impureté et qui méprisent l’autorité. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas d’injurier les gloires, tandis que les anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le Seigneur. Mais eux, semblables à des brutes qui s’abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour être prises et détruites, ils parlent d’une manière injurieuse de ce qu’ils ignorent, et ils périront par leur propre corruption, recevant ainsi le salaire de leur iniquité. Ils trouvent leurs délices à se livrer au plaisir en plein jour ; hommes tarés et souillés, ils se délectent dans leurs tromperies, en faisant bonne chère avec vous. Ils ont les yeux pleins d’adultère et insatiables de péché ; ils amorcent les âmes mal affermies ; ils ont le cœur exercé à la cupidité ; ce sont des enfants de malédiction. Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l’iniquité, mais qui fut repris pour sa transgression : une ânesse muette, faisant entendre une voix d’homme, arrêta la démence du prophète.
Ces gens-là sont des fontaines sans eau, des nuées que chasse un tourbillon : l’obscurité des ténèbres leur est réservée. Avec des discours enflés de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d’échapper aux hommes qui vivent dans l’égarement ; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier. »
L’étude minutieuse de ce passage, dans la prière venant d’un cœur sincère, permet de faire le constat suivant :
Ces faux prophètes qui introduiront des enseignements pernicieux dans l'Église et qui ainsi vont égarer plusieurs ne sont pas des non convertis mais d’authentiques chrétiens nés de nouveau qui ont renié le Seigneur Jésus-Christ.
En effet le Saint-Esprit déclare que :
1.    Ils ont renié le maître qui les a rachetés (2 Pierre 2. 1) ; ce sont donc des rachetés ;
2.    Ils ont quitté le droit chemin (Jean 14. 6 ; 2 Pierre 2. 15) ; ce sont donc des égarés qui étaient auparavant sur le vrai, le bon, le droit chemin ;
3.    Ils s’étaient auparavant retirés des souillures du monde par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ (2 Pierre 2. 20) ;
4.    Ils ont connu la voie de la vérité, et après l’avoir connue, se sont détournés du Saint commandement  (2 Pierre 2. 21).
Comme vous-mêmes le voyez, ces chrétiens devenus de faux docteurs étaient réellement sauvés par le Seigneur Jésus-Christ. Hélas, ils sont tombés pour de bon (2 Pierre 2. 3, 17) et sont réservés pour le jugement dernier (2 Pierre 2. 9, 12), à cause de leurs iniquités, et de leur marche dans la chair. Ils sont devenus semblables à des brutes c’est-à-dire des bêtes, qui s’abandonnent à leurs penchants naturels (2 Pierre 2. 12).
Ce ne sont plus des justes pouvant s’appuyer avec raison sur Proverbes 24. 15, 16 mais des impies.
Tout chrétien qui s’amuse avec sa sainteté perdra son salut et sera jeté dans l’étang ardent de feu et de soufre comme un non converti.
Voilà ce pourquoi l’apôtre Paul écrivait ceci aux chrétiens d’Éphèse :
Éphésiens 5. 3-7 : « Que l’impudicité, qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints. Qu’on n’entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance ; qu’on entende plutôt des actions de grâces. Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c’est-à-dire idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu. Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c’est à cause de ces choses que la colère du Dieu vient sur les fils de la rébellion. N’ayez donc aucune part avec eux. »
L’apôtre Paul les mettait donc en garde contre la séduction qui consiste à croire que celui qui est effectivement né de nouveau ne risque plus rien en menant une vie de péché ou en laissant certains péchés demeurer dans sa vie.
Le verset 5 d’Éphésiens 5 est sans équivoque et déclare que quiconque est impudique (fornication, adultère, masturbation, etc.), impur (pécheur), cupide (adorateur de l’argent et des biens de ce monde) n’entrera pas au ciel.
Et si quelqu’un n’a pas d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu, il ne peut l’avoir que dans le royaume du diable. C’est l’un ou l’autre. Or le royaume du diable est destiné à la perdition éternelle, à l’étang ardent de feu et de soufre. C’est pourquoi le Saint-Esprit déclare :
Hébreux 12. 4, 14 : « Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché (…). Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. »
A partir de cet instant, comprenons que cette doctrine de la sécurité éternelle inconditionnelle est une doctrine de démon conduisant à des enseignements qui ne sont que de vains discours provenant d’hommes corrompus d’entendement. Apocalypse 3. 5 vient renforcer le fait que le salut se perd lorsqu’on viole les commandements de Dieu.
En effet le Seigneur affirme dans Apocalypse 3. 1-5 que ceux qui vaincront le mal et n’auront pas souillé leurs vêtements par le péché, marcheront avec Lui en vêtements blancs, et ne verront pas effacés leurs noms du livre de vie.
Au sujet de ce livre de vie, il est écrit dans Apocalypse 20. 15 :
« Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. »
Le livre de vie est le livre dans lequel sont écrits les noms de tous ceux qui sont nés de nouveau…
A partir du moment où le nom de quelqu’un n’y figure pas (n’y est pas écrit), cette personne est jetée dans l’étang ardent de feu et de soufre. Le chrétien qui se laisse vaincre par le péché verra son nom simplement effacé par le Seigneur Jésus-Christ.
Si les noms qui sont écrits dans le livre de vie ne pouvaient plus être effacés, le Seigneur ne mettrait pas en garde ceux de Sardes.
Aucune version de la Bible ne vous permettra de dire le contraire ; et certainement pas la version originale grecque (Exode 32. 33). Les inconditionnels de l’impossibilité de la perte du salut vous diront qu’il est écrit ceci :
Jean 10. 27, 28 : « Mes brebis entendent Ma voix ; Je les connais, et elles Me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de Ma main. »
Certainement ces paroles sont du Seigneur ; mais il ne faut pas oublier deux (2) choses :
1.   Avant ces paroles, le Seigneur s’adressant dans Jean 8 aux Juifs qui croyaient en Lui déclare :
« Si vous demeurez dans Ma parole, vous êtes vraiment Mes disciples ; vous connaîtrez la vérité et elle vous affranchira. »
Donc il y a une condition pour continuer par jouir de la vie éternelle : Demeurer dans la vérité.
2.  A ceux qui dans le même passage (Jean 8) s’étonnaient, tout comme certains chrétiens d’aujourd’hui, de la possibilité de perdre la position d’enfant de Dieu (Jean 8. 33), le Seigneur Jésus répondit :
Jean 8. 34, 35 : « Quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours. »
Qui sont les fils ?
Ce sont ceux qui marchent selon l’Esprit de Dieu et non selon la chair (Romains 8. 14).
Or les œuvres de la chair sont manifestes :
 Galates 5. 19-21 : « Ce sont l’adultère, l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, les meurtres, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. »
Celui donc qui se livre au péché se livre au diable (1 Jean 3. 8). Ce n’est point le diable qui vient le ravir de la main du Seigneur, mais c’est lui-même qui souverainement décide de quitter la main du Seigneur pour aller rejoindre le diable. Car il est écrit :
Romains 6. 15-16 : « Quoi donc ! Pècherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ? »
Comme le passage de Romains 6 a été donné par le Saint-Esprit après la résurrection du Seigneur Jésus-Christ, je suis sûr que vous comprendrez aisément que le chrétien qui pèche se fait esclave du diable (1 Jean 3. 8…) et s’exclut lui-même du ciel (1 Jean 3. 14, 15 ; 2 Timothée 2. 11-13 ; Matt. 10. 32, 33).
Ne laissez pas le diable vous murmurer à l’oreille :
Romains 11. 29 : « … Dieu ne se repent pas de Ses dons et de Son appel »
Il cite ce verset hors contexte. Allez-vous me faire croire que le Juif qui est mort sans Christ sera sauvé après sa mort ?
Bien entendu que non. Le Seigneur, par la bouche de l’apôtre Paul, parle ici des promesses que Dieu a faites à Abraham et à ses descendants, quant à l’élection d’Israël, c’est-à-dire quant au choix d’Israël comme Nation Sainte de l’Eternel et quant au fait qu’ils reviendront à Dieu lorsque le libérateur (Le Seigneur Jésus-Christ) les délivrera des mains de l’antéchrist (Romains 11. 26, 27).
C’est en ce moment-là que les Juifs qui, dans leur majorité, ont rejeté le Seigneur la première fois (Actes 3. 13-15 ; Matt. 27. 15-25) reconnaîtront qu’Il est le Messie, l’Oint de Dieu (Zacharie 12. 10 ; Zacharie 13. 1-5).
En quoi ce verset certifie-t-il qu’on ne perd pas le salut ?
Si vous le voulez bien, considérons les notions d’appel et de don dans le cadre de la nouvelle naissance.
L’appel est l’invitation que Dieu envoie en direction des pécheurs afin qu’ils se repentent et parviennent au salut. Pourquoi Dieu regretterait-il d’avoir appelé des pécheurs à la repentance ?
Si, à l’instar de ceux qui sont invités par le roi aux noces de son fils (Matthieu 22. 1-7), des pécheurs refusent de se repentir, ils périront tout simplement. Dieu invite tous les hommes à la repentance (Actes 17. 30, 31) ; mais ce ne sont pas tous qui sont élus ; « Car il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. »  Matthieu 22. 14
                                                                                      
 Ce verset introduit les notions d’élection et de prédestination ; ces deux notions relèvent du dessein de Dieu.
Hélas ! L’homme peut annuler à son égard le dessein de Dieu comme ce fut le cas de beaucoup de pharisiens :
Luc 7. 29, 30 : « Et tout le peuple qui l’a entendu et même les publicains ont justifié Dieu, en se faisant baptiser du baptême de Jean ; mais les pharisiens et les docteurs de la loi, en ne se faisant pas baptiser par lui, ont rendu nul à leur égard le dessein de Dieu. »
Dieu ne désire pas la mort du méchant (Ézéchiel 33. 11) mais qu’il se repente et qu’il vive. En envoyant Jean-Baptiste administrer le baptême de repentance, Dieu voulait que Son peuple se reconnaisse pécheur, se détourne de ses péchés et parvienne à la connaissance du salut par le pardon de ses péchés (Luc 1. 77 ; Marc 1. 4, 5 ;  Actes 19. 4, 5).
De cette façon, ils comprendront plus aisément l’œuvre du Seigneur Jésus-Christ et pourront ainsi entrer dans le royaume des cieux. Pour avoir par orgueil refusé d’aller se faire baptiser par Jean-Baptiste, la majorité des pharisiens s’est exclue du rang des enfants de Dieu.
Un homme peut renoncer au salut qu’il a reçu de Dieu à cause de la séduction du péché selon qu’il est écrit :
Hébreux 3. 1a, 12-14 : « C’est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, (…). Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. Mais exhortez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché. Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement, … »
Et encore :
Hébreux 12. 15-17 : « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés ; à ce qu’il n’y ait ni impudique, ni profane comme Ésaü, qui pour un mets vendit son droit d’aînesse. Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu’il la sollicitât avec larmes ; car son repentir ne put avoir aucun effet. »
Contrairement à ce que vous pouvez penser, le chrétien né de nouveau, l’élu, peut être lié par l’incrédulité. De cela, le Seigneur Jésus en a parlé :
Matthieu 17. 19-20 : « Alors les disciples s’approchèrent de Jésus, et Lui dirent en particulier : Pourquoi n’avons-nous pu chasser ce démon ? C’est à cause de votre incrédulité, leur dit Jésus… »
Comme tel est le cas, relisons ensemble les versets 12 et 14 d’Hébreux 3.
“ Prenez garde, frères nés de nouveau, que personne parmi vous les élus, n’ait un cœur tellement mauvais et incrédule pour renier Christ. Car nous continuons d’avoir part à la vie éternelle tant que nous demeurons fermes dans la foi ”.
Ne laissez donc plus personne vous troubler par de vains discours inspirés par Satan.
Quant à vous tous qui enseignez la sécurité éternelle inconditionnelle, vous faites passer Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ pour un menteur ; puisqu’Il enseigne que l’élu qui pratique le péché sera jeté dans l’étang ardent de feu.
N’avez-vous jamais lu ceci :
Matthieu 24. 45-51 : « Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens pour leur donner la nourriture au temps convenable ? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi ! Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens. Mais, si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : Mon maître tarde à venir, s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. »
La part des hypocrites, c’est l’étang ardent de feu et de soufre, les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Matthieu 13. 42).
En définitive répétons avec l’apôtre Paul :
1 Corinthiens 9. 27 : « … je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres »

Pasteur Dewis HILLAH

                                                                                    
©Dewis Goubié HILLAH

Tous droits réservés pour tous pays. Ne sont autorisées que les copies à usage privé. 

                                                                                             Haut de page             Retour à Catégories 

 


                                                                                                                                                   
  


LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ







     Le péché est la transgression d’un commandement de Dieu. C’est un acte de désobéissance envers Dieu. Le péché, c’est ce qui est contraire à la volonté de Dieu. Il peut être commis en pensées, en paroles ou en actes. Il peut être volontaire ou involontaire ; il demeure toujours péché, car il est écrit :
Lévitique 5. 17 : « Lorsque quelqu’un péchera en faisant, sans le savoir, contre l’un des commandements de l'Éternel des choses qui ne doivent point se faire, il se rendra coupable et sera chargé de sa faute»
C’est une séduction que de croire que Dieu ne punira pas le péché involontaire ou commis par ignorance. Chaque péché qui est commis occasionne une série de conséquences fâcheuses sur :
-                   l’auteur du péché ;
-                   sa famille ;
-                   la société ou la nation ;
-                   l'Église.

LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ SUR L’AUTEUR DU PÉCHÉ

Le péché entraîne une séparation radicale entre l’homme et Dieu. C’est un fossé infranchissable. Celui qui pèche fait la volonté du diable, selon qu’il est écrit :
1 Jean 3. 8-10 : « Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable. Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère. »
C‘est donc un fils du diable. Le lac de feu lui est réservé pour une souffrance éternelle. Celui qui vit dans le péché ne peut prétendre adorer Dieu. Dieu est Saint et il faut que ceux qui L’adorent soient également saints.
1 Jean 1. 5 : «…C’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en Lui de ténèbres. »
 1 Jean 1. 6, 7 : « Si nous disons que nous sommes en communion avec Lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme Il est Lui-Même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le Sang de Jésus-Christ Son Fils nous purifie de tout péché. »
Pour obtenir le pardon des péchés, pour participer à la purification des péchés par le Sang de Jésus, il faut une condition : C’est marcher soi-même dans la Lumière.
Marcher dans la Lumière, c’est marcher hors des ténèbres ; c’est-à-dire ne point pratiquer le péché, ne point garder de péchés conscients. Celui donc qui garde un péché, et qui refuse de l’abandonner, celui-là ne participe plus à la communion avec Dieu. Il marche dans les ténèbres en digne fils du diable. Il ne peut participer à l’aspersion du Sang de Jésus. Il ne peut obtenir le pardon de ses péchés. Car il est écrit (Jean 9. 31) que Dieu n’exauce point les pécheurs.
La place du pécheur étant avec le diable, quel que soit son zèle chrétien, l’enfant de Dieu qui pratique le péché ira en enfer.
 Apocalypse 21. 8 : « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.»

LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ SUR LA FAMILLE DU PÉCHEUR

Le pécheur qui usurpe le nom de chrétien est un obstacle majeur à la conversion de sa famille. Tout d’abord, il n’y a rien en celui-là qui puisse attirer les païens et les amener à la repentance ; bien au contraire, il les repousse par ses comportements en actes ou en pensées. Au lieu d’être une torche vivante, il est celui qui fait une publicité négative à notre Seigneur Jésus-Christ. Par ses actes, il certifie que :
-                   on ne peut pas vivre sans péché, et que Dieu le sait et l’accepte ;
-                  Dieu bénit le pécheur ;
-                  la Bible ne doit pas être prise au sérieux ;
-                  Jésus est incapable de nous affranchir du péché.
Le pécheur non seulement est un mauvais exemple pour sa famille, mais il est également une malédiction pour ses descendants car Dieu dit : « Car Moi, l'Éternel ton Dieu, Je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu’à la millième génération à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. » (Exode 20. 5-6)
Il leur transmet un héritage spirituel négatif. Comme le proverbe le dit, telle mère, telle fille (Ézéchiel 16. 44) et l’adage, tel père, tel fils.  
Le pécheur collabore activement avec le diable pour s’assurer que sa descendance n’ira jamais au ciel. Il prend le ferme engagement de bloquer la porte du salut à sa descendance. Il est le premier (1er) ennemi de sa famille. Le péché de Koré, Dathan et Abiram a coûté tout à leurs familles. Le péché de Salomon, fils de David, a coûté à son fils Roboam la perte de dix des douze tribus (1 Rois 11. 29-36).
Chaque péché que tu commets aura des conséquences néfastes sur tes enfants ou petits-enfants. Les infirmités, les échecs scolaires, la rébellion, la mort, les mauvais actes de tes enfants sont en partie et en partie seulement liés à la vie que tu as menée. C’est vrai que ce qui vient aggraver la situation des enfants, ce sont leurs propres péchés. Néanmoins un père transmettra à ses filles l’esprit de débauche qu’il a contracté en se livrant au vagabondage sexuel. Cependant rien n’oblige ces dernières à se prostituer à leur tour. Dieu ne tiendra jamais leur père pour responsable de leurs prostitutions. Il faut par ailleurs préciser que toute infirmité ou maladie n’est pas toujours le résultat du péché. Dieu dans Sa Souveraineté peut rendre quelqu’un malade en vue de le bénir, de manifester Sa gloire ou de le garder du péché (Jean 9. 1-3).


LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ SUR LA SOCIÉTÉ  OU LA NATION

Dieu dit aux chrétiens : « Vous êtes le sel de la terre. » Matthieu 5. 13. Cela signifie que le chrétien est l’élément qui empêche la putréfaction morale de la société ; et ce, au travers de :
1.                 Sa vie de prière ;
2.                 Sa vie de sainteté ;
3.                 Sa vie de jeûne ;
4.                 Son témoignage ;
5.                 Sa prédication de l’évangile ;
6.                 Son service chrétien.
Non seulement le pécheur est incapable de faire cela, mais en plus, il produit des enfants maudits qui contribuent activement et de manière significative à la destruction de la société.
Deux des filles de Lot ont trouvé grâce aux yeux de Dieu qui les a sauvées de la destruction de Sodome et Gomorrhe. Cependant elles ont hérité de leur père la convoitise des choses de ce monde (Gn. 13. 1-13) et de leur mère un cœur incrédule (Gn. 19. 26).
Lot, en effet, aimait les choses du monde ; c’est la raison pour laquelle il se querella avec Abram (que Dieu appela plus tard Abraham) par leurs bergers interposés. À cause des biens de ce monde, il préféra quitter son parent et bienfaiteur et s’établir parmi des pécheurs. Il alla s’installer à Sodome et Gomorrhe sans en référer à Dieu. Il le fit parce que la plaine de cette contrée était riche et fertile. Son déplacement et son installation à Sodome et Gomorrhe montrent clairement qu’il a perdu le discernement de la volonté de Dieu. Dieu n’a pas et ne pouvait pas désirer que Lot aille demeurer à Sodome et Gomorrhe. Dieu qui est omniscient, et qui connait toute chose avant qu’elle ne fût (Éphésiens 1 ; Psaume 139) savait quand précisément Il sera obligé de détruire Sodome et Gomorrhe à cause de l‘immensité des péchés qu’on y commettait. Comment alors pouvait-Il permettre une telle chose ? Lot a donc péché en allant à Sodome et Gomorrhe. Il a pris une décision charnelle. Les conséquences ne se sont pas fait attendre :
A.                La Bible nous dit dans Genèse 14 que Lot fut enlevé de même que tous ses biens lors de la défaite des rois de Sodome et Gomorrhe, et de leurs alliés ;
B.                 La situation obligea Abram (Abraham) à risquer sa vie ainsi que celle de trois cent dix-huit de ses plus braves serviteurs, nés dans sa maison, pour le libérer. Dieu, par égard pour Son serviteur Abram, permit que ce dernier soit victorieux de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui ;

C.                 La désobéissance de Lot le juste l’a amené à marier deux de ses filles au moins à des hommes de Sodome (Genèse 19. 14). Ces hommes ne craignaient pas Dieu. Aussi refusèrent-ils de quitter Sodome lors de la visite des anges. Ils périrent de même que les filles de Lot. Si Lot ne s’était pas installé là, ses filles mariées auraient-elles péri ? La réponse est : Non ;

D.          Comme Lot était hors de la volonté de Dieu dans cet endroit, il n’a pas pu amener dix hommes au moins à la crainte de Dieu. Si seulement il y avait eu dix justes dans cette ville, Dieu ne l’aurait pas détruite (Genèse 18. 32). Pourtant Lot a réussi matériellement à Sodome. Il était même parmi les notables, autrement il ne serait pas assis à la porte de la ville. Lot a failli périr à Sodome.
En effet la Bible déclare dans Genèse 19. 16 : « Et comme il tardait, les hommes (les anges) le saisirent par la main, lui, sa femme et ses deux filles car l'Éternel voulait l’épargner ; … ». Lot et sa femme, de même que leurs filles ne voulaient pas quitter Sodome et Gomorrhe. Ils avaient le cœur accroché aux biens qui s’y trouvaient ;

E.                 Lot était en parti responsable de la perdition éternelle de sa femme. Sa femme ne craignait point Dieu, sinon elle n’aurait point désobéi en regardant derrière. Elle était incrédule et rebelle. Peut-être qu’elle ne connaissait que le Dieu de bonté et non le feu dévorant. La charge de l’éducation de cette famille incombait à Lot, le chef ;

F.                  Tout cet héritage spirituel négatif fut transmis aux filles de Lot. Aussi ont-elles planifié et exécuté le péché devant Dieu.
1.                 Elles réfléchirent à leurs situations :
o      notre père est vieux ;
o      il n’y a point d’homme dans cette contrée ;
o      nous risquons si notre père meurt d’être seules ;
o      il nous faut des enfants à tout prix (Genèse 19. 32).

2.                  Elles décidèrent de se faire enceinter par leur père ;

3.              Elles exécutèrent leurs forfaits : elles firent donc boire du vin à leur père cette nuit-là et l’aînée alla coucher avec son père ; il ne s’aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva. Le lendemain ce fut le tour de la plus jeune de procéder de même ;

4.           Elles donnèrent naissance à des nations qui s’allièrent au diable contre les enfants d’Israël (Nombres 25. 1-5 ; 2 Rois 13. 20 ; Juges 3. 13 ; Néhémie 2. 10, 19 ; Psaume 83. 1-9) ;

5.                  Ces nations furent exclues de la congrégation de l'Éternel (Deut. 23. 2-4 ; Néhémie 13. 1-3).

Moab et Ammon sont une descendance incestueuse, maudite avant même la conception par Dieu. Ils étaient voués à la destruction (Sophonie 2. 8-10) à cause du péché de leurs mères qui, elles-mêmes, ont hérité cette disposition de cœur de leurs parents : un père aimant les choses du monde plus que Dieu, et une mère profondément incrédule.
Les filles de Lot, par leur acte, ont montré que l’incrédulité était dans leur cœur. Elles ne croyaient pas en la toute-puissance de Dieu. Cet état de chose, qui est la conséquence du péché de leurs ascendants, est la cause de leur ruine morale. Tout cela prouve la Parole de l'Éternel mentionnée dans Exode 20. 5.
Ceux des chrétiens qui avant d’entreprendre un projet ou de s’installer dans une maison, un quartier, une ville, ou un pays ne s’en réfèrent pas à Dieu commettent un péché. David systématiquement demandait l’avis de Dieu avant d’entreprendre ses projets             (1 Sam. 23 ; 2 Samuel 2. 1-2 ; 2 Samuel 5. 17-25).

LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ SUR L’ÉGLISE

L'Église est affectée par le péché d’un membre à deux niveaux :
1.                 Au niveau de la présence du Saint-Esprit ;
2.                 Au niveau du service chrétien.

Au niveau de la présence de Dieu dans l’assemblée

Lorsque Acan a péché, trente-six d’entre les enfants d’Israël ont péri (Josué 7). Et Dieu déclara :
Josué 7. 13 : « Il y a de l’interdit au milieu de toi, Israël ; tu ne pourras résister à tes ennemis, jusqu’à ce que vous ayez ôté l’interdit du milieu de vous. »
Josué 7. 12 : « Je ne serai plus avec vous, si vous ne détruisez pas l’interdit du milieu de vous. »
L’interdit, c’est le péché. De plus le pécheur joue le rôle du levain dans la pâte saine (1Corinthiens 5). Par rapport à la sainteté dans l’Église, il est comme la mangue pourrie qui, dans un panier de mangues saines, finit par tout corrompre (la pureté de l’Église).
Le pécheur étant rendu impur par ses péchés, 2 Corinthiens 6. 17 nous enseigne à ne pas l’accueillir. S’il n’est pas exclu de l'Église, Dieu s’éloigne de l’assemblée.

Au niveau du service chrétien

L’ouvrier pécheur est un chien, un faux prophète. Il est une tragédie pour l'Église. C’est un mercenaire qui abandonne les brebis à la merci du diable (Jean 10). Il est un aveugle qui égare d’autres aveugles. Il fait obstacle à la bénédiction des autres par Dieu. À cause de ses péchés, les brebis paient un lourd prix à l’ennemi.
Lorsque David pécha par adultère, des milliers de Juifs en payèrent le prix lors de la révolte d’Absalom (2 Samuel 12. 11-14). Lorsqu’il pécha par orgueil, ce sont soixante-dix mille (70 000) hommes d’Israël qui perdirent la vie (1 Chroniques 21).
Le service chrétien rendu dans les liens du péché est une abomination. C’est pourquoi fermer les yeux sur les péchés d’un dirigeant est une folie ; ce n’est point de la sagesse. C’est une folie et non de la soumission. Un dirigeant qui refuse la sainteté doit être exclu de l’assemblée.
Le péché affecte la vie de l’individu qui le commet, mais également la vie de sa famille, de ses descendants, de la société, de la nation, du monde et de l’Église.
Il y a des conséquences immédiates et des conséquences lointaines. Dieu donne des avances sur salaires et le solde beaucoup plus tard. La conséquence finale du péché est l’enfer.
Nombreux sont ceux qui dans l'Église de Dieu pèchent volontairement. Ils le font en s’appuyant faussement sur la grâce de Dieu. Ils ont la certitude d’être pardonnés quels que soient les péchés qu’ils commettront. Ils croient que dès qu’ils confesseront de leur bouche leurs mauvaises actions, ils seront pardonnés. Rien de plus mortel que cette croyance. Il est vrai que dans 1 Jean 1. 9, 10, le Saint-Esprit déclare ceci :
« Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous Le faisons menteur, et Sa parole n’est point en nous.»
Cependant ces versets ne nous autorisent point à pécher en toute connaissance de cause, c’est-à-dire volontairement. Car celui qui péchera volontairement n’obtiendra point de pardon, selon ce qui est écrit en Hébreux 10. 26-30 :
« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles… ».
Malgré ces paroles du Seigneur, plusieurs affirment que tout péché est pardonnable et que le salut ne peut être perdu ; c’est ce que certains appellent la doctrine de la sécurité éternelle.
Il est triste que plusieurs frères se soient laissés enchaîner par le diable. Les écritures disent à ce sujet :
1 Jean 5. 16 : « Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne mène point à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère, Il la donnera à ceux qui commettent un péché qui ne mène point à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort ; ce n’est pas pour ce péché-là que je dis de prier. »
Si donc un frère en Christ peut commettre un péché qui mène à la mort spirituelle, c’est que d’une part tout péché n’est pas pardonnable et que d’autre part le salut se perd. Il serait ridicule, pour justifier cette doctrine diabolique selon laquelle celui qui est effectivement né de nouveau ne peut plus perdre le salut, de déclarer qu’il s’agit dans 1 Jean 5. 16 de la mort physique, et ce, en se référant à Actes 5. 1-11. Par ailleurs, Hébreux 12. 15-17 affirme que le chrétien né de nouveau peut se priver de la grâce de Dieu et, à l’instar d’Ésaü, demander en vain le pardon de Dieu :
« Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés ; à ce qu’il n’y ait ni impudique, ni profane comme Ésaü, qui pour un mets vendit son droit d’aînesse. Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu’il la sollicitât avec larmes ; car son repentir ne put avoir aucun effet. »
Si vous êtes toujours confus, lisez Marc 3. 22-30.
Le blasphème contre le Saint-Esprit, c’est le péché commis en toute connaissance de cause.
Cela étant entendu, il faut préciser que même quand le pardon est obtenu de Dieu, parce que le péché n’est pas volontaire (consciemment planifié), Dieu sanctionne. Est-ce de manière systématique qu’il le fait ? Nous croyons que oui.
Les preuves bibliques de ce que nous affirmons ne sont pas rares. En lisant la Bible de Genèse à Apocalypse, vous les trouverez. Citons néanmoins deux qui sont très explicites :
2 Samuel  12. 13-14 : « …David dit à Nathan : J’ai péché contre l'Éternel ! Et Nathan dit à David : L'Éternel pardonne ton péché, tu ne mourras point. Mais, parce que tu as fait blasphémer les ennemis de l'Éternel, en commettant cette action, le fils qui t’est né mourra. »;
Nombres 14. 19-23 : « … Pardonne l’iniquité de ce peuple, selon la grandeur de Ta miséricorde, comme Tu as pardonné à ce peuple depuis l’Égypte jusqu’ici. Et l'Éternel dit : Je pardonne, comme tu l’as demandé. Mais, Je suis vivant ! et la gloire de l'Éternel remplira toute la terre. Tous ceux qui ont vu Ma gloire, et les prodiges que J’ai faits en Égypte et dans le désert, qui M’ont tenté déjà dix fois, et qui n’ont point écouté Ma voix, tous ceux-là ne verront point le pays que J’ai juré à leurs pères de leur donner, tous ceux qui M’ont méprisé ne le verront point. »
Ainsi lorsque vous péchez, soyez certains que les conséquences vous atteindront sûrement, car « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » (Galates 6. 7)

Pasteur Dewis HILLAH

                                                                                  
©Dewis Goubié HILLAH

Tous droits réservés pour tous pays. Ne sont autorisées que les copies à usage privé. 

                                                                                        Haut de page             Retour à Catégories    




                                                                                                                                             


  CONSÉQUENCES NÉFASTES DU JEU DE CARTES

 

           En juillet 1969 la question suivante fut posée dans le journal « l'Appel de Minuit » : « Le jeu de cartes n'est-il pas anodin, tant qu'il n'est pas devenu une passion ? ». La réponse fut :
Celui qui connaît l'origine des cartes à jouer comprendra aussi pourquoi celles-ci peuvent servir à des manœuvres sataniques, telles que la divination ou les conjurations...

      Les cartes à jouer furent inventées en France en 1392 pour l'usage personnel du roi Charles VI, alors qu'il était malade mental. L'inventeur des cartes à jouer était un homme dépravé et méchant, qui se moquait de Dieu et de Ses commandements. Il choisit pour son invention maléfique des personnages bibliques : Le roi représente le Diable ; la dame, Marie mère de Jésus. Ainsi d'une manière blasphématoire, il présenta notre Seigneur comme fils de Satan et de Marie. Cœur et As représentent le Sang du Seigneur ; le Valet ou Maître (je suis horrifié de devoir l’écrire) représente le Seigneur Lui-Même. Le trèfle et les autres signes symbolisent la persécution et l'extermination de tous les saints. Il exprima son mépris pour les dix commandements dans le chiffre 10 de ses cartes. Celui qui connaît cette origine diabolique du jeu de cartes comprend aussi l'influence diabolique qu'il a sur ceux qui jouent. Il n'est pas surprenant que la divination par les cartes réussisse si bien, car ce sont des signes diaboliques.
       Dans le numéro de mai 1971 (épuisé) du même périodique, Abraham Meister, professeur de théologie, mettait aussi en garde contre les cartes à jouer et la cartomancie. Il écrivait entre autre : « Aucun joueur de cartes ne se rend compte de la réalité de Satan et des démons qui sont à l'arrière-plan de ces jeux. » On nous demande souvent d'indiquer les sources. Elles sont trop nombreuses pour pouvoir les énumérer ; de plus, les différentes encyclopédies se contredisent. Cependant il est indubitablement établi que les cartes à jouer furent connues en Europe dès le 14e siècle. On attribue leur invention aux Égyptiens. Dans les pays civilisés plus de 90 % des personnes s'adonnent aux jeux de cartes, tels que le jass, le skat, le bridge, la canasta, le rommé, l'écarté, le poker, la belotte, la loterie etc.
    Nous avertissons avec insistance tout enfant de Dieu. Il ne devrait pas être en contact avec les cartes à jouer qui viennent d'être mentionnées. Nous n'incriminons en rien évidemment les cartes de jeux de famille (fleurs, animaux, poètes...) qui n'ont rien de commun avec les représentations blasphématoires d'origines démoniaques des cartes précitées.
    L'histoire de la magie noire est étroitement liée au développement des cartes à jouer. Il est indéniable qu'elles sont démoniaques à cause de leur origine blasphématoire. De façon tout à fait significative, la nouvelle encyclopédie allemande «Brockhaus» écrit entre autre au sujet de la cartomancie :

         « Pratique très répandue de divination, permettant d'obtenir par les cartes et selon divers procédés des révélations sur l'avenir. C'est une pratique de nature occulte. Les succès réels obtenus par des diseuses de bonne aventure ou des bohémiennes pourraient provenir du fait que, lors du tirage des cartes, des facultés médiumniques seraient stimulées.
          Le premier cartomancien connu, Francesco Marcolini, enseigna son art dans son livre ,Sorti' (Venise 1540). »
          Il est évident que si, à l'approche de l'antichrist, l'occultisme progresse sous diverses formes, les jeux de cartes également exerceront une fascination puissante, non seulement sur les hommes du monde, mais aussi sur les membres de l'Église de Jésus-Christ.
Jetez-les donc et affranchissez-vous au nom de Jésus !
                                                                                                                                                Win Malgo



                                                                                                                           Haut de page             Retour à Catégories    









                                                                                                                                                   

LE CHEMIN DANGEREUX DE LA CRÉMATION


J'ai lu dernièrement dans le cri de guerre hollandais de janvier qu'une adjudante de Haan, du corps de Amersfoort est décédée. J'étais très frappé par cette nouvelle, car je lisais plus loin : « Mardi matin 1er décembre 1970, l'adjudante de Daelnijck à Utrecht a été incinérée. » À cette occasion, j'aimerais avec le plus grand sérieux avertir les croyants au sujet de la crémation qui est antibiblique et pour Dieu une abomination, car le puissant élément feu qui sert à l'homme en maintes occasions dans la vie terrestre est dans la Bible l'image d'un jugement de Dieu. Ce feu tomba du ciel...

  • sur les chefs (2 Rois 1, 10) ;
  • sur les troupeaux des fils de Job (Job 1. 16) ;
  • sur l'Égypte (Exode 9. 23) ;               
  • sur Sodome et Gomorrhe (Genèse 19. 24) ;
  • sur Nadab et Abihu (Lévitique 10, 2) ;
  • sur les fils de Koré (Nombres 16, 35).
En outre les incrédules étaient menacés par le feu comme jugement dans Osée 8. 14, Jérémie 17. 27, Amos 7. 4, sur les Israélites révoltés (Nombres 11. 1).
Cette coutume païenne de la crémation, nous la trouvons chez les païens et chez les Israélites qui tombèrent dans le culte des idoles. Ils faisaient passer leurs fils par le feu en l'honneur de Moloch (Deutéronome 12. 31 ; 2 Rois 17. 17 ; 16. 3 ; 21. 6 ; Ez. 20. 31).
À la lumière du Nouveau Testament, l'abomination de la crémation nous est encore plus clairement montrée. Inspiré par le Saint-Esprit, Paul dit dans 1 Corinthiens 15 que le corps terrestre est semé corruptible et qu'il ressuscite incorruptible (v. 42-44). Cela veut dire pratiquement qu'il y a dans le corps mortel une semence qu'on ne peut pas analyser, mais qui est spirituelle. Lors même qu'on ne peut pas la saisir ; elle est réelle et tellement forte que son immortalité lors de la résurrection du corps se manifeste aussitôt. Nous avons sur la même ligne le fait que le Seigneur ne parlant de Son propre corps a dit : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul, mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit (Jean 12. 24). Lorsque l'âme spirituelle lors de sa mort ici-bas s'en va au séjour des morts ou au Paradis, dans la gloire ou bien dans la nuit éternelle où elle attend jusqu'au jugement dernier (trône blanc), cette âme selon l'enseignement des Saintes-Écritures reste pourtant à cause de cette semence spirituelle liée par un lien invisible au corps enterré jusqu'à la résurrection. Celui qui se fait incinérer intervient d'une manière criminelle et coupable dans l'ordre établi par Dieu et ceci ne reste pas impuni. Le roi Josias a détruit le premier crématoire (2 Rois 23. 10) et le désir de la crémation fut puni de Dieu, déjà dans l'Ancienne Alliance, car ils avaient brûlé les os du roi d'Édom (Amos 2. 1).
Le professeur Schleich explique cette semence spirituelle dont nous parlons dans son livre « Wunder der Seele », dit entre autres ce qui suit :
« Le noyau de la cellule est constitué de nucléine ; le noyau est à la cellule ce que le jaune d'œuf est à l'œuf, c'est-à-dire un cerveau, une âme de la cellule ; il doit être considéré comme la partie essentielle de cette unité vivante microscopique qu'est la cellule.  Ainsi la plus petite unité vivante, le noyau de la cellule, reste en vie dans n'importe quelles conditions ; ici non plus il n'existe pas de mort, mais bien plutôt une persistance semblable à celle des spores (cellules reproductrices), une attente, une sorte de sommeil, jusqu'à ce qu'il remette en valeur dans un merveilleux cycle de vie sa minuscule énergie immortelle au moyen d’une impulsion. Aucun suc digestif, aucun ferment, aucun acide (pourvu qu'il n’ait pas une action trop corrosive) ne peut anéantir cette vie quasi cristallisée. Seul le feu peut la détruire ! Mais cela n'est pas conforme à la nature. La mort des cellules par les flammes est la moins naturelle qu'on puisse imaginer et nous verrons de quelle manière nous devrons en venir à défendre la crémation comme l'une des plus grandes erreurs de la civilisation. Tout noyau cellulaire qui se désagrège librement dans la terre porte en lui et conserve quelque chose de la nature physique et psychique concernant l'être entier qui est décédé. Il existe donc un cycle de vie, une espèce d'immortalité à l’intérieur même de l'organisation du corps. Nous voyons là des raisons suffisantes pour déclarer que l'incinération des morts est un acte inconsidéré de l'homme, puisqu'il intervient sans discernement dans ce cycle de vie bien établi et qu'il contrarie d'une main maladroite le mouvement d'édification et de croissance des êtres vivants vers un niveau toujours plus élevé.  »

Une autre personne qui se place concrètement du point de vue de la foi interprète cette grande vérité de la manière suivante :

« Quand le grain de blé est mis en terre, il germe, il grandit jusqu'à ce qu'apparaisse une tige et un épi, et il porte du fruit. Mais s'il est brûlé, ce processus s'avère être impossible. Bien invisible à l'œil nu et intouchable avec le scalpel, il y a dans notre corps une espèce de semence, un germe de résurrection qui, une fois déposé en terre, mûrit pour la résurrection ; ce germe est au contraire détruit de façon impie lors de la crémation. C'est pourquoi la crémation fait partie du plan d'anéantissement raffiné de Satan ».
Je me limiterai intentionnellement à la Parole de Dieu et je n'approfondirai pas ces témoignages dignes de foi concernant les tourments que subit celui qui se fait incinérer consciemment et volontairement. Il n'en est pas moins vrai que le plus grand chef des anges, l'archange Michel, a disputé le corps de Moïse à Satan (Jude v. 9) ; notre corps doit avoir une nature tout à fait extraordinaire, même après que l'âme spirituelle l'a quitté. Que personne ne vienne maintenant soulever l'argument de ce qui doit arriver aux martyrs qui furent brûlés ; les martyrs sont des hommes qui, pour la cause de Jésus, furent privés de la vie contre leur gré, de force.  Le Seigneur Jésus dit aux pharisiens et aux scribes dans Matthieu 3. 9
« De ces pierres-ci, Dieu peut susciter des enfants à Abraham ».
Notre Seigneur qui prononça ces paroles rendra Lui-Même aux martyrs, à ceux qui furent témoins au prix de leur sang, leur corps de résurrection. N'a-t-il pas sauvé également Ses trois serviteurs fidèles de la fournaise ardente de Nebucadnetsar ? (Daniel 3. 19-27) Et dans Ésaïe 43. 2 nous lisons : 
« Si tu traverses les eaux, Je serai avec toi ; et les fleuves, ils ne te submergeront pas ; si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t'embrasera pas ».
La même promesse est valable pour ceux dont le corps est détruit par l'incendie ou une explosion, ou qui accidentellement meurent brûlés, par des acides violents. Elle est aussi pour ceux qui furent brûlés dans les fours crématoires nazis ou dont le corps est incinéré obligatoirement sous le régime communiste. Cependant l'incinération volontaire se place sur le même plan que le suicide. Celui qui confie son corps au démon de la crémation n'est pas un martyr, loin de la ! Il blasphème et il profane le corps que Dieu son Créateur lui avait confié. Soyez donc avertis en ce qui concerne la crémation !

Que personne ne me dise qu'il n'y a plus de place pour enterrer les morts ! Le Seigneur a dit : « Remplissez la terre ! » La terre n'est pas encore remplie avec les vivants. Et il n'y aurait plus assez de place pour les corps des saints qui dorment !

Jean Schwab



                                                                                              Haut de page             Retour à Catégories    




                                                                                                                                                   









SVPERNA QVAERITE

(Cherchez LES CHOSES qui sont EN HAUT) 

Brochure dédiée aux malades et aux personnes âgées

 
SVPERNA QVAERITE
Qui ne connaît la belle devise de notre chère patrie terrestre, la Confédération helvétique :
« Un pour tous, tous pour un »


devise qui a si souvent été mise en pratique, entre autres, pour ne citer qu'un cas, lors de la guerre entre le canton d'Uri et le duc de Milan en 1478. Uri, se sentant menacé dans son domaine de la vallée de la Levantine, cria à l'aide et s'adressa en particulier à Schaffhouse. À ce moment-là le traité d'alliance avec Schaffhouse n'était conclu que pour 25 ans, parce que les Waldstätten, peuple montagnard, craignaient la prépondérance des villes de Lucerne, Zurich, Berne, Soleure, Fribourg et Schaffhouse. Or les notables de Schaffhouse furent d'avis de ne pas donner d'aide à Uri, puisque ce dernier n’avait pas voulu conclure un traité d'alliance à perpétuité. Mais il se trouva à Schaffhouse un homme sage, le Bourgmestre, Ulrich Trüllerey, qui les fit changer d'avis. Schaffhouse vint ainsi au secours d'Uri et les Milanais furent battus à Giornico, le 28 décembre 1478. « Un pour tous, tous pour un ».
La devise du canton de Vaud :
« Liberté et patrie »

est très belle aussi. Elle fut adoptée au cours de la première séance du Grand Conseil à Lausanne, le 14 avril 1803, jour de l'entrée de ce canton dans la Confédération helvétique.
Mais une devise peu connue est celle de la bonne ville d'Yverdon, la « Capitale du Nord », comme certains se plaisent à l'appeler avec un brin de malice :

« SVPERNA QVAERITE »

deux mots latins qui veulent dire : « Cherchez les choses qui sont en haut »
et qui ont été incontestablement tirés du premier verset du chapitre 3 de l'épître de Paul aux Colossiens. On ne sait pas encore depuis quand cette belle devise existe ; en tout cas des documents du XVIe siècle en font déjà mention et elle était coulée dans les anciennes cloches de la ville.
Dès MDCCLV (1755), elle figure en belles lettres dorées au-dessus du cadran du Temple (voir illustration sur la couverture).
Chers amis malades et affligés, ne perdez pas courage, regardez en haut, cherchez les choses qui sont en haut. Cette magnifique devise de la ville d'Yverdon vous le rappelle.
Si vous ne connaissez pas encore le Seigneur Jésus comme votre Sauveur personnel, oh, venez à Lui avec toute votre misère et votre maladie. Il vous attend, Il frappe à votre porte, ouvrez-Lui. Il ne peut entrer que si vous le désirez.
          Et quant à vous qui le connaissez déjà, souvenez-vous qu’Il ne permet pas que nous soyons éprouvés au-delà de ce que nous pouvons supporter. Rappelez-vous que les souffrances du temps présent ne sont pas dignes d'être comparées avec la gloire qui doit nous être révélée, (Romains 8. 18) et que « si même notre homme extérieur dépérit, l'homme intérieur est renouvelé de jour en jour », « car notre légère tribulation d'un moment opère pour nous en mesure surabondante un poids éternel de gloire » (2 Corinthiens 4. 16-17). À tous Jésus dit : « Venez à Moi vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et Moi, Je vous donnerai du repos » (Matthieu 11. 28)
         Et même si vous marchez par la vallée de l'ombre de la mort, souvenez-vous du Psaume 23 où le doux psalmiste d'Israël peut dire : « ... Je ne craindrai aucun mal, car Tu (le bon Berger) es avec moi, Ta houlette et Ton bâton, ce sont eux qui me consolent ».
         Il y a une catégorie de malades (si on peut les appeler des malades) auxquels je désire m'adresser tout spécialement : ce sont ceux qui sont atteints de dépression nerveuse ou mélancolique, ceux qui voient tout en noir, qui ne sont plus capables de prendre aucune décision, si petite soit-elle, ceux pour lesquels même le plus petit travail est une montagne, qui n'ont qu'une envie, c'est de voir arriver le soir, parce que c'est leur moins mauvais moment et qui, enfin, ne voient qu'une solution, c'est de ne plus exister. À ceux-là je dis d'abord que votre vie ne vous appartient pas, elle appartient à Christ ; Lui seul a le droit de vous la reprendre. L'auteur de l'épître aux Hébreux nous dit (chapitre 12, versets 5 et 8) : « Mon fils (ou ma fille), ne méprise pas la discipline du Seigneur, et ne perds pas courage quand tu es repris par Lui ; car celui que le Seigneur aime, Il le discipline et Il fouette tout fils (ou fille) qu'Il agrée... Mais si vous êtes sans la discipline …alors vous êtes des bâtards et non pas des fils ». Donc, puisque vous souffrez, vous êtes un fils ou une fille que le Seigneur aime. Il vous tient par la main droite (Ésaïe 41. 13) ; vous pouvez avoir lâché la sienne, mais c'est Lui qui tient la vôtre. Ne craignez donc pas.
        À tous les malades et affligés, je peux dire ceci : Acceptez votre épreuve ; c'est parfois difficile et long, je le sais par expérience, mais c'est la bénédiction.
Écoutez ce que dit une femme, L. Juston, dans son excellente brochure dédiée aussi aux malades et intitulée : « Un chant dans la nuit » :

POURQUOI ?
        Lentement, paisiblement, un troupeau chemine sur une route dans les montagnes d'Écosse. Une dame, une promeneuse, le suit à quelque distance. Tout à coup, elle presse le pas, indignée, et s'arrête devant un groupe étrange : le berger est là, debout, et à ses pieds gît une jeune brebis, la jambe cassée par un violent coup de bâton, lancé par le berger lui-même. À peine la dame est-elle arrivée qu'un flot de paroles sort de ses lèvres : « N'avez-vous pas honte de frapper ainsi une bête sans défense ! Est-ce ainsi que vous gardez vos brebis ? Et vous prétendez être un bon berger, alors que vous êtes sans cœur et cruel... Pourquoi agissez-vous ainsi ?
       Le berger écoute sans rien dire les paroles de reproche qui lui sont adressées, et, jetant un regard d'amour à sa brebis, il sort de sa musette ce qu'il avait préparé à l'avance : des attelles, une corde, son couteau ; puis, s'agenouillant à côté d'elle, il se met en devoir de la soigner tout en lui parlant tendrement, répondant ainsi à ses bêlements plaintifs.
La dame le regarde faire, muette, et, lorsque le berger se relève, ses yeux rencontrent un regard étonné et interrogateur.
− Vous êtes indignée, Madame, dit-il, mais écoutez-moi et vous comprendrez pourquoi j'ai frappé ma brebis : je la connais, ajouta-t-il avec un ton très doux ; vive et remuante, malgré tous mes appels, elle s’éloigne sans cesse de moi, s'en va loin du troupeau ; elle a été en danger de se perdre plusieurs fois et risque d'en entraîner d'autres. Je crains qu'elle ne réussisse un jour à s'échapper et je connais les dangers qui la guettent dans la forêt. Que deviendrait-elle ? Pour lui éviter tout cela, je n'avais qu'un seul moyen : c'est celui que je viens d'employer... Certes, je sais combien je la fais souffrir, mais je tiens trop à elle pour ne pas lui éviter ainsi de plus grandes souffrances. Il m'est dur, croyez-le, d'être obligé d'en arriver là. Et maintenant que j'ai dû la frapper, il a fallu que je la panse ; ce n'est pas tout, elle est incapable de marcher seule : c'est moi qui vais la porter jusqu'à la bergerie. Là, elle ne pourra pas se lever pour manger et boire : il faudra que je lui apporte sa nourriture, que je m'occupe tout spécialement d'elle. Elle me donnera beaucoup de peine et je ne la vois pas souffrir sans en souffrir moi-même. Mais, savez-vous quel est mon but en agissant ainsi et quel en sera le résultat ? Elle apprendra à mieux me connaître et s'attachera à moi. Avez-vous remarqué cette autre brebis qui me suit pas à pas ? C'est la brebis la plus fidèle du troupeau, mais pour cela, j'ai dû la frapper comme je viens de le faire pour celle-ci. Comprenez-vous maintenant ? Puis, avec de grandes précautions, le berger prit sa brebis dans ses bras et le troupeau se remit en marche.
Pourquoi ? avait demandé, à juste titre, semblait-il, la dame indignée. Pourquoi ? demandent ceux qui entourent un lit de souffrance. Pourquoi ? demandons-nous souvent, nous qui sommes malades depuis longtemps.
Qui dira tous les Pourquoi ? qui s'élèvent vers le ciel comme un murmure, même de la part des enfants de Dieu ?

Pourquoi ? … parce qu'Il nous aime.

        Nous pouvons ne pas le réaliser et même quelquefois en douter, mais cela n'en est pas moins vrai. Le Bon Berger qui a mis Sa vie pour Ses brebis (Jean 10. 11) pourrait-Il être taxé de cruauté ? L'histoire de la brebis frappée n’est-elle pas une faible image de Son amour pour nous ? « Je connais les miens », dit-Il en parlant de ceux qu'Il a sauvés au prix de Son sang précieux ; comme le berger, Il connaît les dangers qui sont en nous, notre caractère, nos tendances ; Il connaît les dangers qui sont autour de nous ; Il sait que Satan rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer ou qu'il se glisse près de nous comme un serpent pour nous faire tomber. Et alors, voyant une de Ses brebis en danger, dans Son amour et dans Sa sagesse, Il la frappe. Il l'arrête, Il la couche sur un lit de souffrance. « Il l'amène au désert pour parler à son cœur » et souvent ce n'est que là, « au désert », loin d'une activité fébrile, loin des occupations journalières, de l'agitation et de l'entraînement du monde, que nous entendons Sa voix, que nous L’écoutons, qu’Il peut parler à notre cœur.

« Invoque-moi au jour de la détresse (dit l'Éternel) : Je te délivrerai et tu Me glorifieras » (Psaume 50).
  
Enfin, un mot aux personnes âgées : Que dit la Bible aux vieillards ? 

      « Jusqu'à votre vieillesse Je suis le Même (dit l'Éternel) et jusqu'aux cheveux blancs Je vous porterai » (Ésaïe 46. 4) ;
         « Il donne de la force à celui qui est las, et Il augmente l'énergie à celui qui n'a pas de vigueur » (Ésaïe 40. 29) ;
et cette perle du Psaume 103 :
          « Mon âme, bénis l'Éternel et que tout ce qui au-dedans de moi bénisse son saint nom... C'est Lui qui rassasie de biens ta vieillesse, ta jeunesse se renouvelle comme celle de l'aigle ».
Savez-vous comment la jeunesse de l'aigle se renouvelle ? Si vous l'ignorez, le Dr Henry H. Ness va nous le dire dans son traité « L'aigle et les aiglons » :


       À la fin de sa vie, l'aigle devient paresseux et se refuse même à manger toute nourriture. La partie supérieure et recourbée de son bec croît d'une façon démesurée, obstruant ainsi entièrement l'ouverture buccale. Il ne lui reste alors qu'à mourir de faim ; il est prisonnier de son bec. Quand les aiglons voient un de leurs nobles parents en cet état lamentable, ils vont à la recherche de quelque mets favori et étalent aux pieds de l'aigle infortuné une délicieuse nourriture qu'il ne peut que sentir et contempler. Alors, dans un acte de désespoir, le vieil aigle se tourne contre le rocher et se met à battre du bec sur le granit avec une telle force que la partie supérieure du bec s'effrite et tombe, laissant voir un nouveau bec, normal comme l'était le premier au temps de sa jeunesse. L'aigle se jette alors sur la nourriture succulente, et, à partir de ce moment, sa jeunesse est renouvelée, il peut manger à nouveau et acquérir de nouvelles forces.
         Si quelque infirmité ou quelque autre obstacle vous a privé de la lecture spirituelle dont votre âme a besoin, demandez à Dieu, qui entend les prières et en qui tout est amour et puissance, de vous donner la possibilité de vous nourrir de la Bible, qui est la Parole de Dieu. La lecture de la Bible entretient la vie heureuse de l'âme en relation avec Jésus, source de toute bénédiction, de force et de paix. Peut-être Dieu vous enverra-t-Il un parent, un ami, un frère ou une sœur en Christ, qui sera heureux de vous aider en quelque chose, vous faire la lecture et prier avec vous ; vous ferez alors l'expérience de cette parole, déjà citée plus haut, que : « Si l'homme extérieur dépérit, l'homme intérieur est renouvelé de jour en jour ».
            En conclusion, chers amis malades et âgés, souvenez-vous que l'être humain a été créé la tête en haut (du grec « anthropos »), alors que toutes les bêtes ont la tête tournée vers la terre. Donc : « Superna quaerite » : Regardez en haut.
                                                 
                                                                                          P.A.


                                                                                           Haut de page             Retour à Catégories    



                                                                                                                                                   





SALUT OU CATASTROPHE




Ce sont deux mots qui reviennent chaque jour dans les nouvelles des journaux et de la presse parlée. Et quelle importance généralement l’on y attache. Et combien nous éprouvons de la satisfaction en apprenant qu’un tel fut sauvé au dernier moment lors d’une catastrophe. Et est-il nécessaire de le dire, que nous sommes sans cesse en danger. Mais quel réconfort d’expérimenter ce que Dieu nous dit dans Sa Parole :
L’Éternel veille sur les pas de ceux qui l’aiment. 1 Samuel 2. 9
À notre époque, nous avons des assurances sociales pour toutes les circonstances de la vie, mais pourtant, jamais l’homme n’a vécu autant dans l’insécurité, comme aujourd’hui. Car, ce qui est le plus tragique encore, est le fait de n’avoir aucune assurance, ni conviction pour l’Éternité. Car seul notre corps se meurt. La vie qui l’animait ne peut s’éteindre ; la vie est le souffle de Dieu qu’Il nous donne lors de notre naissance et cette vie se poursuit dans l’Éternité. Mais où ? Voilà ce qu’il est important de savoir. Sinon nous avons échappé au vrai sens de notre vie sur la terre. Car nous sommes avant tout sur la terre pour nous préparer et nous former pour l’Éternité. Jésus est précisément venu sur cette terre pour nous indiquer le Chemin et pour nous permettre de le trouver et d’y marcher selon notre destin à tous (Jean 3. 16). Et quelle joie pour ceux qui, après L’avoir rencontré, marchent avec LUI et jouissent ainsi de Son amour en leur cœur, par Sa permanente présence.
Mais ce que beaucoup ignorent est que rien de souillé n’entrera dans la sainte Cité (Hébreux 12. 12-17). Dieu nous a donné Sa Parole, afin que par elle, nous nous laissions instruire, et que cette Parole soit en nous. Car imprégnée de Son Esprit, elle nous apporte la Vie. La négliger ou l’interpréter selon notre propre conception nous place dans le danger de ne pas atteindre le but désiré, et de manquer notre vocation, celle pour laquelle nous avions été destinés. Car nous avons tous d’abord une mission à accomplir ici-bas. Ne pas la rechercher avec ardeur, c’est volontairement se tromper, se leurrer. C’est la raison pour laquelle le Seigneur nous avertit, afin que nous veillions sur notre conduite, et que nous soyons toujours disposés à connaître Sa volonté en toutes choses. —Par Sa Lumière, nous voyons la lumière. Psaume 36. 10
Et il arrive souvent que le Seigneur utilise un frère ou une sœur pour nous rendre attentifs à ce qui parfois nous échappe. Heureux celui ou celle qui acceptera humblement un conseil ou une mise en garde (Proverbes 15. 5). Il m’est plus d’une fois arrivé que le Seigneur m’ait exhorté par un petit enfant. Et combien souvent il est arrivé dans l’histoire de l’Église que Dieu ait voulu parler par un simple frère que l’on n’a pas reçu parce que cette parole apportée n’entrait pas dans le cadre accoutumé. Et pourtant chacun sait que parfois Dieu utilise les choses faibles pour confondre les fortes (1 Corinthiens 1. 27). Et déjà combien de fois, il m’est arrivé d’avoir essuié le mépris en apportant Sa Parole en raison du simple fait que je ne porte pas de titre. Mais peu m’importe, ce qui compte est d’obéir en faisant Sa volonté, en étant à la disposition du Saint-Esprit, pour en être le canal et son expression. Et c’est ainsi que depuis quelques années, je travaille partout où Il m’envoie, pour édifier le Corps de Christ, Son Église, qu’Il aimerait amener à une vie plus conforme à Sa Parole et à Sa révélation, soit par la prédication, soit par la page imprimée, le plus souvent par l’Esprit de prophétie ou de révélation.
C’est ainsi que Dieu est en train de faire par ces écrits sur tous les continents, une œuvre de profond renouveau par Son Saint-Esprit. Des milliers de païens et d’incroyants trouvent le salut et d’autres découvrent une toute nouvelle dimension dans leur vie, par une nouvelle consécration en Son amour et par une libération par la puissance de Sa Vérité, et de son pouvoir d’affranchissement (Jean 8. 32-36). Comme nous sommes à la veille du retour de Jésus, chacun sait que nous ne pouvons pas nous bercer avec des illusions mais qu’Il attend une épouse pure et sans tache. Et qui ne sait que dans cette génération, Il veut encore sauver une multitude pour compléter le nombre des élus. C’est pour cela qu’Il a besoin de pouvoir compter sur des prémices remplies de Sa Vie et de Son Amour et c’est ce qu’Il a toujours cherché au travers des siècles, de toutes les générations, une armée de soldats exercés au combat, remplis du Saint-Esprit (Michée 3. 8). C’est par ces prémices préparées et sanctifiées qu’Il va encore sauver ce qui doit et peut être sauvé. Ce sont ceux qu’Il aura ainsi pu former dans Sa discipline qu’Il va pouvoir utiliser pour ce plan de salut et qui seront aussi prêts pour l’enlèvement de l’Église, Son Épouse. Mais pour le moment, l’œuvre de purification et de sanctification n’a pas encore atteint le degré de formation désiré par le Seigneur. Et combien est grande Sa souffrance de ne pas pouvoir travailler plus rapidement, à cette métamorphose qu’Il veut réaliser en vous (Éphésiens 4. 11-16). Aussi tous ceux qui auront marchandé, sans avoir racheté le temps, se trouveront un jour derrière une porte close. Tout simplement trop tard ! (Hébreux 3. 19 ; 4. 1-2)
Il ne m’arrive pas souvent d’avoir des visions mais chaque fois que le Seigneur me visite, je cherche à fidèlement rapporter la vision et son interprétation (Jérémie 23. 18, 28-29). Et c’est ce qui se passa au début d’août 1983. Le Seigneur sait combien j’ai à cœur que Son Église soit prête, non seulement pour son enlèvement mais avant cela prête à être utilisée pour la dernière phase de Sa moisson, avant que descendent les ténèbres où plus personne ne pourra travailler. J’étais en prière pour Son programme d’amour que je désirais voir se réaliser le plus tôt possible car le temps presse.
Soudainement, je me trouvais dans une immense prairie, là en prière avec un groupe de chrétiens, et, tout-à-coup, je vis que le Seigneur était aussi là au milieu de nous, en Puissance et en Gloire. Et je tremblai devant Lui, comme doivent trembler tous ceux qui sont conscients de Sa présence. Et se tournant vers moi, Il me dit : ‘’Où donc sont ceux qui pour Moi tu as appelés pour être Mes prémices sur lesquelles Je puis compter pour accomplir et achever Mon plan de salut  pour cette génération ? ’’ — Je répondis : ‘’Ce sont ceux qui sont ici avec moi, dans les combats et les souffrances, pour la formation de Ton corps ! ’’ Puis regardant vers le Ciel, Il dit : ‘’L’heure est si avancée à l’horloge du Père ; ce nombre est encore trop restreint, c’est pourquoi appelle et crie à plein gosier, et que beaucoup se décident encore pour s’engager dans ce chemin d’obéissance et de consécration car avec ce nombre de fidèles, Je ne pourrai vaincre, enfoncer les lignes ennemies en remportant la victoire comme il est écrit dans Apoc. 17. 14. Va, Je serai avec toi pour accomplir Ma volonté.’’ Puis subitement mon attention fut attirée par des cris qui venaient de ma gauche. Il y avait là une haute haie, un taillis d’épines et de cactus, et dans ces broussailles se débattaient des gens de toute condition. Je demandai au Seigneur : — ‘’Et qui sont donc ceux-ci ? ’’— Il me dit : ‘’Tu as l’Esprit de révélation et de discernement, tu dois savoir qui ils sont.’’ —‘’Mais Seigneur, j’aimerai que Tu me dises Toi-Même ce que représente tout ce monde’’. Il me répondit : ’’ Ce sont ceux qui sont tombés dans l’apostasie. Ils ne marchaient pas vraiment dans Ma Lumière. Et Satan les a vaincus sans qu’ils s’en aperçoivent. Ils ne m’ont jamais livré toute leur vie. Ils vivaient davantage par l’imagination que par Mon Saint-Esprit.
Et parce qu’ils n’ont jamais réellement accepté Ma discipline, ils sont tombés en état de rébellion contre Moi, contre l’Esprit de Ma Parole. Certains sont même devenus des ennemis de la croix. Ils n’ont pas accepté l’Esprit de révélation et de discernement et c’est ainsi que le péché a pu remplir leur cœur indiscipliné. Toutes ces épines ont poussé en eux et autour d’eux comme des cactus du désert parce qu’ils ont refusé la purification et la sanctification. Ils se sont recouverts du vêtement sale de leur justice et ont refusé d’endosser Ma justice en ne voulant pas mourir avec Moi sur la croix. Il y a parmi ceux-ci beaucoup de prédicateurs qui par leur mauvais exemple en ont fait broncher d'autres qui sont aussi tombés dans le néant de l’incrédulité et de la désobéissance, du mensonge. Certains ont même un jour été visités par Mon Saint-Esprit mais ont été pris dans les filets de l’orgueil et de la paresse. Ce sont aussi ceux dont Je parle dans Matthieu 7. 21-23. Ils ont méprisé les avertissements que Je leur avais donnés et sont ainsi tombés dans les épines de la méchanceté, du manque d’amour pour leurs frères, en refusant de travailler et de prier avec eux pour le salut des âmes, ils ont préféré s’unir avec des infidèles, par leur hypocrisie.
Dans ces épines et ces cactus sont aussi nées des sectes et de fausses doctrines, étrangères à Mon Saint-Esprit. Il y a aussi là de faux messages en langues et de fausses interprétations parce que les ténèbres sont tombées sur leurs cœurs non-régénérés. Ils ont refusé l’Esprit de discernement pour pouvoir faire ce qui leur plaît, refusant ainsi la vraie conduite du Saint-Esprit (Romains 8. 14). Leurs cœurs, s’étant ainsi endurcis, leur vie spirituelle s’en trouve bloquée. Ils sont devenus nerveux, indécis, sans force et sans foi biblique. Et c’est la raison pour laquelle il y a tant de chrétiens qui doivent prendre le chemin des cliniques psychiatriques. Ceux qui sont dans ces épines sont aussi tous ceux qui t’ont méprisé et qui se sont tournés contre toi, méprisant sans se rendre compte l’Esprit de Vérité que J’ai mis en toi, portant aussi atteinte à Ma Gloire. C’est pourquoi, Je dis également que ceux qui œuvrent contre toi, œuvrent aussi contre Moi et contre l’Esprit de Vérité envoyé de la part du Père. Il en est ainsi parce que les broussailles des compromis ont envahi leur cœur et troublé leur vue comme leurs pensées, privées de la vraie clarté et du discernement. Ceux qui sont retenus esclaves de ces épines ont perdu la Lumière de la Vie, aveuglés par l’esprit humain, l’esprit du monde et de l’Antéchrist. Voilà pourquoi, ils ne comprennent plus le pur langage de l’Esprit. Là, sont aussi tous ceux qui n’ont donné aucune importance aux révélations que Je t’ai données pour être publiées dans Mon Église et dans le monde. Heureux tous ceux qui, pénétrés de l’Esprit de Vérité et de Ma Parole M’aiment et aiment tous ceux qui M’ont reçu et qui marchent dans Ma lumière. Priez pour eux, mais la plupart ne reviendront à Moi que lorsque s’accomplira la dernière et grande visitation, la pluie de l’arrière-saison qui doit faire mûrir cette dernière moisson d’âmes. Ils n’atteindront cette maturité qu’au travers de la repentance et de l’humiliation. C’est pourquoi, Je dis dans le Psaume 18. 28 : Je sauve le peuple qui s’humilie mais Je brise le pouvoir des orgueilleux. Il en sera ainsi pour qu’ils ne deviennent pas des instruments de l’Antéchrist et de la Grande Babylone contre Mon peuple que J’aime et qui M’aime. Mais pourtant de ceux-ci, par leur inclination donnent pouvoir à la Bête par leurs facultés (manipulation), par leur ignorance et le pouvoir matériel qu’ils retiennent loin de Moi par l’avarice et l’idolâtrie. Mais Moi Je vous dis : Résistez à Satan et il devra s’enfuir loin de vous ! Priez ensemble et dans le jeûne et l’intercession ; créez partout de petites et grandes cellules de prière afin que ses desseins soient brisés. Que son mensonge soit démasqué et que Mon Esprit de Vérité puisse triompher. Car si vous vivez dans Ma Lumière, sitôt qu’une ombre passe sur vous, vous en devenez conscients et réagissez en Mon Nom. Encore un peu de temps car la fin est proche, où ce monde n’aura plus qu’à accepter l’état tragique de ceux qui auront repoussé Ma Seigneurie, Mon Autorité. Ils deviendront la proie de celui qui les a égarés et qu’ils ont servi sans s’en rendre bien compte dans leur vie superficielle, sans fondement biblique.
Veillez donc à ce qu'aucune racine d’amertume et de méchanceté ne puisse grandir en vous, de peur que Satan soit autorisé à vous tourmenter loin de Ma face. C’est pourquoi, rejetez tout le vieux levain et que le feu de Ma sainteté puisse consumer en vous ce qui subsiste encore en vous de la nature adamique, de pécheur. Rejetez aussi les épines du raisonnement et de la négligence. Recherchez la paix avec tous les hommes et surtout avec tous ceux qui Me recherchent de tout leur cœur. Afin qu’une céleste harmonie vous unisse puisqu'il est écrit qu’il n’y a qu’un seul Esprit qui dirige tout en tous, malgré les diversités de dons, il ne doit plus y avoir au milieu de vous divergence mais une parfaite unité dans l’amour de Celui qui doit régner en Maître dans vos cœurs. Oui, aimez-vous les uns les autres comme Moi-Même Je vous ai aimés (Jean 15. 12 ; 1 Pierre 1. 22 ; 1 Jean 4. 11-12). À chaque occasion, unissez-vous dans l’intercession afin que vienne enfin ce temps de rafraîchissement dont vous avez tant besoin. Persévérez sans relâche dans la prière d’intercession, comme Mes fidèles premiers disciples car vous aussi devez retrouver ce premier amour et que dans cette action d’amour et d’obéissance en Mon Esprit, vous puissiez enfoncer les lignes ennemies de Satan et du monde, et que vous deveniez le marchepied de Mon intervention.
Et en cela, J’aurai restauré Mon Église, redonné en insufflant à Mon Épouse une nouvelle vigueur car Je ne pourrais pas enlever une épouse malade auprès de Moi sur les nuées parce que divisés et faible comme elle l’est aujourd’hui par le manque de Mon essence de l’amour vrai, fruit de Mon Esprit (Romains 5. 3). Car jamais Je ne passerai à côté de Ma Parole car Je suis un Dieu saint, trois fois saint. Et si par décret du Père, Je devais revenir maintenant, de ceux qui réellement M’attendent, les 93 % seraient dans la confusion des vierges appelées folles. Je dis folles parce que celles-ci auront cru que le Dieu de Sainteté se laisserait fléchir au niveau du raisonnement humain et de son imagination. C’est pour cela que Je vous ai parlé, afin que vous tous qui M’écoutez n’ayez pas à subir cette affreuse tragédie que Je vous décris dans Ma Parole et vous rappelle par Mon Saint-Esprit. Laissez-Moi donc vous rappeler encore de vous laisser débarrasser de tout vieux levain en vous laissant purifier et sanctifier par Ma Parole et l’Esprit de Vérité (Jean 16. 13 ; Jean 17. 17-19).
Recevez donc avec des cœurs ouverts cette Parole d’avertissement et d’exhortation et que Je puisse au grand Jour de Lumière vous trouver veillant et priant comme les vierges sages, car c’est à ce glorieux salut que Je vous appelle (Hébreux 2. 3). C’est là votre destin, cette glorieuse apothéose de Ma sainte présence dont plus jamais vous ne serez séparés. Quant à ceux qui voudront se fier à leur propre sagesse en s’appuyant sur le bras de la chair (Esaïe 59. 4), la confusion et la catastrophe des infidèles leur est réservée. Amen !
En Son Nom : Jean Schwab
P.S. : Cette vision et ce message révélé est en quelque sorte la suite du dernier intitulé : O Terre, Terre, écoute Ma voix, … que je vous invite à lire aussi pour mieux saisir la pensée du Seigneur à notre sujet. De même aussi, vous retirerez un grand enrichissement en lisant les autres dix messages déjà confiés par le Seigneur à Son Église afin que partout le Saint-Esprit puisse travailler dans les cœurs pour accomplir Son programme d’amour éternel. J. S.



                                                                                            Haut de page             Retour à Catégories    
                                                                                                                                                   







PROPHÉTIES BIBLIQUES

NE PARIEZ PAS LA-DESSUS !


                                                           
Pendant l'été 1989, Dieu me donna un songe qui a révolutionné ma vie . Ce rêve - je ne veux pas entrer dans les détails - concernait la fin des temps. En gros, Dieu me montrait que Son peuple n'était pas prêt pour les événements qu'il devra affronter dans les derniers jours. Pendant des années, on nous a enseigné la théorie de l'enlèvement ''dans un ciel bleu''. En d'autres termes, tout se passera bien, il n'y aura pas de gros problèmes, et puis, soudainement, en un clin d'œil, nous serons enlevés, arrachés de cette terre. Et après notre départ, l'enfer se déchaînera ici-bas.

Je ne prétends pas que nous éviterons de passer par la grande tribulation ; mais je puis vous affirmer que la théorie de l'enlèvement dans un ciel bleu n'est pas fondée. Je sais qu'il ne fera pas bon vivre ici-bas avant l'enlèvement. Il y aura des temps périlleux, des moments dangereux à vivre. Dès maintenant, nous commençons à subir des catastrophes sur cette terre. Si vous n'avez pas ressenti de tremblement de terre l'an passé, vous risquez d'en avoir un cette année !

Tout va aller de mal en pis dans ce monde. Jésus a prédit qu'il en serait comme pour une femme en travail. Les douleurs de l'accouchement deviendront de plus en plus intenses, de plus en plus rapprochées. Dans mon rêve, le Seigneur me montra que Son peuple n'était pas préparé pour cette éventualité. Les chrétiens n'ont reçu aucune préparation dans ce domaine. Si nous voulons nous préparer sérieusement, nous avons besoin d'atteindre un niveau supérieur  au point de vue spirituel. Et même ce niveau supérieur sera très difficile à maintenir juste avant l'enlèvement. Le Seigneur m'a déclaré que Son peuple n'était pas prêt, et Il me confia la mission de le faire.Que faire pour se préparer ? Eh bien, en étudiant la Bible. S'il y a du gâchis dans votre vie aujourd'hui, si vous avez commencé 1994 avec plein de problèmes dans votre existence, je vous supplie de revenir à la parole de Dieu, car c'est elle qui vous dira comment mettre votre vie en ordre. La Parole  a une réponse à tous les problèmes qui vous tracassent. C'est aussi simple que cela !


Mais il y a autre chose dans la Bible. Elle vous annonce l'avenir avec précision et sans erreur. Je ne fais pas allusion ici à la métaphysique ou  à l'astrologie. Je parle d'hommes de Dieu qui écrivirent sous l'inspiration de l'Esprit du Dieu Tout-Puissant.  Il leur révéla exactement ce qui allait arriver dans l'avenir. Et Il le fit de telle manière qu'aujourd'hui nous pouvons ouvrir nos Bibles et savoir exactement ce qui va se produire. Ainsi Dieu ne nous a pas laissés dans le noir en ce qui concerne la fin des temps. Il a tout prévu pour nous, de sorte que nous n'avons à nous faire aucun souci quant à notre avenir : nous pouvons le connaître ! Et une fois que nous connaissons le futur, ce qu'il nous réserve, nous pouvons nous y préparer. Mais comment pouvons-nous être assurés que les prophéties concernant notre époque vont s'accomplir au jour et au temps fixés ? Tout simplement en considérant l'histoire du passé, car nous constatons que la prophétie biblique s'est accomplie époque après époque jusque dans le plus petit détail.


L' ACCOMPLISSEMENT DES PROPHÉTIES BIBLIQUES :


Je vais vous donner un exemple : Daniel, écrivant sous l'inspiration du Saint-Esprit, prophétisa la succession des quatre grands empires de l'antiquité. Il commença par l'empire babylonien, qui fut suivi de l'empire médo-perse, puis de l'empire grec et enfin de l'empire romain. Il prédit exactement que ces quatre royaumes se diviseraient aussi entre eux . Tout cela est indiqué dans la Bible et ce fut écrit des siècles avant son accomplissement. Aujourd'hui – des milliers d'années plus tard – nous pouvons constater que Daniel avait vu juste. Une autre chose qui m'a toujours stupéfié : Dieu avait prévu des milliers d'années auparavant que Son peuple d'Israël lui serait infidèle et qu'il serait exilé et dispersé. Et lorsque ces événements se produisirent, Dieu annonça une époque où Son peuple serait rassemblé du milieu des nations et reviendrait occuper son  pays et le gouvernerait lui-même.


A ce sujet, j'ai découvert récemment quelque chose qui m'a frappé au cœur par son extraordinaire précision. Je n'ai jamais vu quelque chose de pareil. Revenons un peu sur l'histoire passée. Nous savons que lorsque les enfants d'Israël arrivèrent dans la Terre Promise, après la sortie d'Égypte, Moïse les avertit maintes et maintes fois que s'ils refusaient d'obéir à Dieu ils seraient déportés en exil parmi les nations. En dépit de ces avertissements ils désobéirent de façon lamentable et s'éloignèrent de Dieu. Leur rois devinrent de plus en plus rebelles. Dieu leur envoya un prophète, Jérémie, pour parler à ce peuple.


Pendant quarante ans, Jérémie les avertit que Dieu les jugerait, qu'ils seraient déportés à Babylone s'ils refusaient de se repentir et qu'ils seraient esclaves des Babyloniens, pendant exactement 70 ans. Ceux qui étudient la Bible savent ce qui est arrivé : une fois les 70 ans écoulés, les Juifs retournèrent dans leur pays, grâce au décret du roi Cyrus. Ézéchiel était contemporain de Jérémie. Lui aussi prophétisa qu'Israël tomberait entre les mains de ses ennemis. Mais il prédit que le jugement de Dieu durerait 430 ans. Il semble donc qu'il y ait contradiction, Jérémie parlant de 70 ans et Ézéchiel de 430 ans (Chapitre 4. 4-8). Vous pouvez presque entendre les contemporains dire : '' Ces prophètes ne viennent pas de Dieu, ils ne sont pas d'accord. L'un parle de 70 ans et l'autre de 430 ans '' .


Parfois, vous lisez les prophéties bibliques et vous pensez : '' Cela ne colle pas, il y a tant de choses qui ne correspondent pas.'' Sous prétexte que vous ne comprenez pas, ne mettez pas en doute la prophétie biblique. Voici comment Dieu m'a montré que ces 70 et 430 ans correspondent à une même réalité. Je fus frappé de cette véracité qui me sauta aux yeux. Les Israélites furent exilés à Babylone pendant 70 ans et lorsqu'ils retournèrent dans la Terre Promise commença une période de leur histoire connue sous le nom ''d'asservissement aux nations''. A partir de cette époque, ils ne furent plus jamais indépendants. Leur pays fut gouverné d'abord par les Médo-Perses, puis par les Grecs et finalement par les Romains. En l'an 70 de notre ère, l'Empire romain nivela la ville de Jérusalem et dispersa son peuple parmi toutes les nations du monde, jusqu'au 14 mai 1948. A cette date, Israël devint à nouveau une nation indépendante.


Mais comment les 430 ans de la prophétie d'Ézéchiel s' insèrent-ils là-dedans ? La clé se trouve dans le chapitre 26 du Lévitique. Je vous recommande de lire ce chapitre en entier. Dieu y déclare à Son peuple que s'il ne Lui obéit pas et ne marche pas dans Ses voies, il sera conduit en exil et sera esclave de ses ennemis. Et cela s'accomplit lors de la captivité de Babylone. Au verset 18, Dieu dit  encore :
''Si malgré cela vous ne m'écoutez pas davantage, je vous infligerai pour vos péchés une correction sept fois plus grande '' Ainsi le Seigneur déclare aux Juifs revenus de l'exil que s'ils ne marchent pas dans ses voies, Il multipliera leur châtiment par sept. Quand les Juifs retournèrent de Babylone après les 70 ans de captivité, il y eut une courte période de réveil national. Mais bientôt ils retournèrent à leurs mauvais penchants et rétrogradèrent. C'est pourquoi Dieu décida que leur châtiment serait septuple.
Et c'est là que le Seigneur me montra comment tout cela s'enchaîne et pourquoi la prophétie des 430 ans d'Ézéchiel est absolument digne de foi et très précise. Dans les 430 ans prédits par Ézéchiel sont compris les 70 ans d'exil à Babylone. Retranchez-les des 430 ans, il reste 360 ans pour le châtiment, l'asservissement aux nations, lorsqu'Israël fut gouverné par d'autres peuples et fut finalement dispersé parmi toutes les nations du monde. Si vous prenez 360 ans et multipliez ce nombre par 7 – selon Lévitique 26. 18 – en comptant 360 jours par an (le calendrier israélite se basait sur douze mois lunaires et trente jours) vous arrivez à 1948 en partant de la fin de la captivité à Babylone. C'est la date exacte où l'indépendance du peuple Juif fut restaurée dans la Terre promise. N'est-ce pas étonnant ? Des milliers d'années plus tôt, non seulement Dieu déclara que Son peuple irait en exil mais Il annonça aussi l'année exacte de leur retour en Canaan. Je parie que si nous connaissions le jour précis de leur départ en captivité, la date officielle de leur retour tomberait sur le 14 mai. Vous rendez-vous compte de la précision incroyable de ces
prophéties ?


Tout aussi étonnant est le fait que 19 ans après le début de l'exil le roi Nébucadnestar détruisit le temple de Jérusalem. Et qu'arriva-t-il 19 ans après la restauration de l'Etat d'Israël ? En 1967 lors de la guerre des six jours les Israélites reprirent le contrôle du Mont du Temple ! De nouveau le programme prévu par Dieu s'accomplit à la lettre. Si vous y réfléchissez bien, le retour des Juifs en Israël, est en lui-même un miracle. Supposons que nous, Américains du nord, prenions tous les Indiens résidant au États-Unis et les exilions partout dans le monde. Pensez-vous qu'ils auraient une chance de revenir 200 ans plus tard et de nous reprendre l'Amérique du Nord ? La probabilité serait de zéro. Maintenant imaginez qu'ils puissent revenir 2000 ans plus tard, ce que Dieu fit pour Israël–  ces 2000 ans où ils furent dispersés parmi les nations, persécutés et parfois massacrés ; Dieu les ramena chez eux. Phénoménal !


QUE FAUT-IL EN CONCLURE ?



La conclusion de tout cela c'est tout simplement ceci : quand vous voyez que les paroles de la Bible prononcées dans le lointain passé se sont accomplies avec 100% d'exactitude, le sens commun peut affirmer que les prophéties concernant les temps de la fin s'accompliront aussi à 100%.  Vous allez voir s'accomplir les paroles de jugement divin contre les nations. Ce ne sera pas du tout rose, ce ne sera pas du joli-joli mais cela se réalisera tout de même. Je vous garantis absolument que vous verrez bientôt Jésus de Nazareth, notre Seigneur et Sauveur venir sur les nuées de gloire. Et maintenant, je pose la question : ''Êtes-vous prêts ?'' Il est grand temps de devenir sérieux et de servir le Seigneur. Nous sommes entrés dans le compte à rebours. Je puis vous affirmer sans l'ombre d'un doute que nous appartenons à la génération du jour du Seigneur. Je puis vous dire sans aucun doute que nous verrons tout cela de notre vivant. Mais, me direz-vous, comment le savez-vous ? C'est simple, je lis ma Bible. Elle me donne la compréhension du jour et de l'heure où nous vivons. La Parole de Dieu déclare que quand vous verrez le figuier bourgeonner, ce figuier qui représente Israël, vous saurez que cette génération ne passera pas que tout cela s'accomplisse. TOUT !


Je remercie Dieu de ce qu'Il me montre l'ensemble de Son plan. Alors je ne me soucie pas de ce qui tombera du ciel. Je ne crains pas le jugement de Dieu qui viendra demain sur les nations de ce monde. Peu m'importe que Jésus revienne ce soir, au contraire, cela m'arrangerait car j'ai fait la paix avec Dieu. Et vous ? Qu'en est-il ? Si vous n'êtes pas en paix avec Dieu, ce n'est pas un dollar ou dix ou mille que vous risquez, mais votre destinée éternelle. Je n'aime pas parier sur de telles chances et j'espère que vous ne le faites pas non plus. Je vous demande de nouveau : Êtes-vous prêts ? Peut-être n'avez-vous jamais accepté Jésus comme votre Sauveur. Vous avez remis à plus tard, attendant peut-être une meilleure occasion. Mon cher ami, je vous le déclare, il n'y aura pas de moment favorable.


Et si vous êtes déjà chrétien, attendez-vous des circonstances favorables pour servir Dieu ? C'est maintenant le moment de travailler pour Dieu, de prier pour le réveil et l'effusion du Saint-Esprit. C'est maintenant  le temps favorable pour faire de Jésus, non seulement votre Sauveur, mais encore votre Seigneur, le Maître de votre vie. C'est maintenant le temps de visiter les veuves et les orphelins, les malades et les prisonniers, les gens âgés ; c'est le moment de donner aux sans logis la nourriture et le vêtement. C'est maintenant l'heure d'apporter le message de Jésus à un monde perdu, un monde qui va littéralement en enfer dans un sac à main. C'est le moment d'aller en tête-à-tête avec le Seigneur et lui dire : '' Tout ce que je suis et tout ce que j'ai t'appartient. Que puis-je faire encore d'autre pour Ton Royaume ? ''


Je le demanderai encore une fois : ''ÊTES-VOUS PRÊTS ?                   

John F. STOCKER   RÉSURRECTION MAGAZINE N° 54/55 – Page 7
   
 
  Haut de page             Retour à Catégories    








JE VIS UN RÉVEIL TRÈS PUISSANT


Or à chacun la manifestation
de l'Esprit est donnée pour
l'utilité commune (1 Cor. 12.7)
                                                        

Le service de la fin des temps de
l'Église de JÉSUS,

par l'évangéliste  
Tommy HICKS


Dans la matinée du 25 Juillet 1961, très tôt – il était deux heures et demie – je reçus du Seigneur une vision qui a transformé radicalement ma vie et mon ministère. Il semblait que j'étais à peine endormi lorsque, soudain, pareille à un visage, une silhouette apparut devant mes yeux, et cela non seulement une fois, mais à trois reprises. Ce fut merveilleux de voir réapparaître cette physionomie le 27 juillet, soit deux jours plus tard. Mais ce qui était extraordinaire, tous les détails étaient identiques !


Dans cette vision m'apparut subitement la terre entière. Du ciel sortaient des éclairs et un tonnerre extrêmement puissant ; puis – en rapport avec cette vision – j'entendis une voix claire et limpide. C'était la voix de Dieu.


Je tournai mes regards vers le Nord, et tandis qu'un éclair plus intense illuminait toute la terre, je regardai en bas, et je vis une stature colossale, un énorme géant. J'étais étonné de constater que ce géant recouvrait la terre. Il me semblait que ses pieds atteignaient le Pôle Nord, et que son corps proprement dit s'étendait jusqu'au Pôle Sud. Ses bras recouvraient tous les océans et toutes les mers. A la faveur d'un nouvel éclair particulièrement puissant, je m'aperçus que ce colosse était bien vivant, et cependant – aussi invraisemblable que ce soit – il luttait pour sa propre vie ! – Je m'exclamai alors : ''Oh Seigneur, que signifie cela '' ?


Cet être gigantesque  était  recouvert de débris et semblait être ligoté. Et tandis que je regardais tout cela, il commença à trembler, en faisant des mouvements d'une manière convulsive. Pendant ce laps de temps, j'aperçus des milliers de petites créatures. A chaque fois que le géant bougeait, elles se retiraient de sa présence. Et lorsqu'il s'immobilisait, elles revenaient. Il me fut très clairement démontré ce qu'étaient ces petites créatures. C'étaient des instruments de supplice qui avaient ligoté le Corps de Christ pendant tant de siècles.


Et subitement, la main droite du géant se leva, et en même temps, une voix claire et limpide, semblable au bruit du tonnerre, retentit du haut des cieux. Puis il leva sa main gauche, et je vis ses deux mains levées jusqu'au plus haut des cieux. Et le géant commença lentement à se relever, et de ses mains puissantes, il secoua les débris qui recouvraient entièrement son corps. Je le vis se relever, se tenir debout sur ses pieds, et les deux mains tendues vers le ciel, tandis qu'il avait posé l'un de ses pieds sur les océans et sur les mers et l'autre sur la terre ferme. Je tremblais, car jamais je n'avais eu
une telle vision.
A l'instant même où le ciel se couvrait de nuages, ceux d'entre eux qui paraissaient les plus lourds – ô merveille ! – se transformèrent en nuages d'argent, jusqu'à ce qu'ils se liquéfient en gouttes de Lumière et de force,  jaillissant et se posant sur le géant, que j'observais avec une curiosité accrue. Et je le vis alors tomber sur la terre, comme s'il avait été ''versé'' depuis le ciel. Sa formidable stature sembla se dissoudre, et à la place qu'il occupait précédemment, j'aperçus des millions d'êtres humains. Je criai au Seigneur : ''Qu'est-ce que tout cela signifie '' ? – Alors, une voix claire et parfaitement audible me répondit : '' Je veux vous rendre les années que les sauterelles, les scarabées, la racaille et les voleurs, que je vous avais envoyés, avaient dévoré dans mon grand troupeau ''.


Tandis que j'écoutais cette Voix et que j'observais cette multitude d'êtres humains, de grosses gouttes tombèrent des nuages, semblables à de la lumière liquéfiée ; cette merveilleuse substance céleste permit à toute personne qui en était touchée de perdre sa propre vie, permettant ainsi au Seigneur Jésus de gagner à Lui seul cette même vie. Je ne distinguai plus aucune limite, plus aucune barrière confessionnelle, ni aucune secte, mais seulement la rayonnante Majesté céleste qui reposait sur ces êtres humains, les faisant mouvoir et amenant leurs mains dans la position élevée de la Louange, de l'Intercession et de l’Adoration.


J'essayai de voir alors quels étaient parmi eux ceux qui intercédaient. Et je vis alors une apparition gigantesque sortant des nuages, et pointant ses doigts sur les uns et sur les autres. Visiblement, elle leur donnait des ordres, et ils allèrent là où elle leur ordonnait d'aller : A l'Ouest, à l'Est et dans d'autres directions. Je m'aperçus qu'ils se rendaient dans les villes et dans les villages. Certains d'entre eux traversèrent les déserts, les forêts et jusque dans les jungles. Dieu est ainsi occupé à constituer une communauté qui soit en pleine maturité. Il aura occupé à constituer une  communauté qui soit en pleine maturité. Il aura un Peuple tellement rempli de la force divine au point qu'il ne vivra plus sa propre vie, mais le Christ sera en lui, dans l'Espérance de Sa Gloire. Je vis aussi ces personnes traversant le feu sans en être brûlées ; elles traversaient des fleuves comme s'il n'y avait pas d'eau. Elles franchissaient facilement les océans et les mers ; elles sortaient victorieuses des persécutions comme si une Main les retirait de leur environnement ou de leur entourage immédiat.


Malgré les rugissements des animaux sauvages et les attaques des hommes, disposant pourtant des armes les plus sophistiquées jamais employées jusque-là, RIEN ne semblait leur faire obstacle. Elles traversaient les montagnes et les vallées, courant avec la légèreté des gazelles sur les collines. Leurs visages rayonnaient de Lumière comme les visages des vainqueurs – et ces personnes étaient aussi des vainqueurs.


C'est avec une certaine réticence que je raconte la suite de cette vision, à cause du grand tremblement qui me saisit lorsque tout cela se déroula. Je vis la Stature Blanche tenant un sceptre dans la main. Il sortait de nouveau comme une puissance liquide. Dès qu'elle en touchait une personne, les mains de cette dernière en étaient remplies. Et quand ces personnes reçurent ce ''baume céleste'', elles pénétrèrent dans les hôpitaux, dans les rues et dans les asiles psychiatriques ; elles traversèrent les pays dans toute leur longueur et toute leur largeur. Je les entendis s'exprimer ainsi : '' SELON SA PAROLE, SOIS GUÉRI '' ; tandis que cette force liquide jaillissait de leurs mains, chaque personne qui en était touchée était immédiatement complètement guérie et recouvrait une parfaite santé.


Je vis également des personnes de toute nation complètement transformées : En Sibérie, au Canada et en Afrique, puis sur toute la surface de la terre. Je vis littéralement l'Esprit les emmener dans les nues et les conduire dans leur pays respectif.
Puis j'entendis une voix. Il n'y avait plus de tonnerre, mais c'était une très belle voix profonde et limpide, semblable au bruissement de l'eau s'écoulant dans une rivière : '' Mes petits enfants, je vous
ai donné mes trésors. Vous m'appartenez. Vous êtes à Moi. Je vous ai aimés d'un Amour Éternel. Maintenant, Ma force doit vous pénétrer. Les dons que Je vous ai faits doivent servir à un monde mourant et perdu. Je suis à l'œuvre pour vous reconstituer à nouveau ''. Ces gens se levèrent tous ensemble sous l'impulsion de la Puissance de ce Commandement. Je les vis traverser les océans, le feu et faire face victorieusement à toutes sortes de persécutions, être soulevés de terre par l'Esprit, et être emmenés à de nombreux endroits.


Ils ont été placés là où Dieu les voulait, où Dieu se cherchait un peuple. Ils étaient prêts et armés en conséquence pour le combat. Je reconnaissais que cette vision Toute-Puissante manifestait la démonstration du Royaume de Dieu pour tous ceux qui acceptaient de Le suivre. Je vis constamment avancer les gens tels un fleuve – je vis les humains guérir, les aveugles ouvrir les yeux, les sourds entendre et concrètement comment des milliers de gens accueillirent la Force de la Grande Révélation. Elle semblait agir au-dedans d'eux-mêmes d'une manière liquéfiée. Aucun homme ne fut glorifié, mais seulement ces simples mots furent constamment répétés : '' SELON SA PAROLE, SOIS GUÉRI ''.


Tandis que je regardais cette vision, les jours me paraissaient être des semaines, jusqu'à ce que les mois et les années passent.  Au milieu de ceux qui recherchaient la Face de Dieu se trouvaient aussi certains qui se retirèrent. Je vis la souffrance sur leurs visages: Le Prix était trop élevé. Il leur semblait trop important de garder leur propre vie. Ils ne voulaient pas avancer – et finalement, ils chutèrent. Le Prix était plus grand que ce qu'ils pouvaient supporter et en dernier lieu, ils furent expulsés dans la sombre Nuit Éternelle.


Pendant que je décris ces visions, je me sens faible, très faible devant la vision de la MAJESTÉ ET DE L A PUISSANCE DE LA SCÈNE FINALE. Les jours, les mois et les années semblent s'écouler tandis que j'observe cette scène divine, et cependant tout cela se passa en un court instant, voire même en quelques secondes. Qui le sait ? Aucune langue humaine ne peut décrire ni mesurer la SPLENDEUR, LA MAJESTÉ ET L’ÉCLAT DES ARMÉES D'ANGES, qui se levaient en ce moment. En un clin d'œil, en un court laps de temps, les tombes des saints ressemblaient à un immense champ non ensemencé, et les saints de tous les temps sortirent des océans, des mers, des montagnes, des côtes, de toutes les villes, de tous les villages, de toutes les cités et de tous les endroits imaginables – ils furent réveillés de la mort et se levèrent avec force et puissance ensemble,  afin d'aller à la rencontre du géant. Aucune cuirasse ne recouvrait son corps ; il était vêtu de Majesté et de Puissance Divine, et il avait une si belle apparence, si merveilleuse, si brillante, que des millions de diamants paraissaient bien pâles à côté de lui.


Chaque être était dans la Plénitude de la Perfection. A cet instant, j'entendis à nouveau un puissant tonnerre. Je me retournai et j'eus une vision épouvantable, telle qu'aucun être humain n'a jamais connue : Du haut du ciel fut manifestée la colère de Dieu ! Il me semblait que la Colère et la Justice de Dieu voulaient jaillir à travers de grandes souffrances inexprimables : Les peuples de toute la terre qui avaient rejeté le Christ en reçurent une pleine coupe.


Mon attention fut attirée à nouveau par le Corps Glorieux, lorsque j'entendis une fois encore la Voix – semblable à un puissant tonnerre – : '' VOYEZ, L’ÉPOUX VIENT, SORTEZ, VENEZ A SA RENCONTRE, CAR IL EST LE DIEU DE LA MAJESTÉ ''. '' Abaissez-vous, portes et linteaux, inclinez vos faces, prosternez-vous, adorez l'entrée du DIEU DE TOUTE GLOIRE.'' Et à cet instant précis retentirent, comme par un signal venant du Seigneur, des harmonies d'une musique céleste caractérisée par des sons et des accords exquis et d'une puissance inégalable, d'une richesse incomparable comme jamais aucune oreille humaine n'avait perçue ou même imaginée, tant était merveilleux le chant de l'Agneau superposant le Cantique de Moïse. Cette divine musique ne pouvait être dans sa Perfection que l'Œuvre du Christ, et la puissance allait croissant jusqu'au summum de la beauté et de l’harmonie divines.


Pendant que j'écoutais avec ravissement, j'eus subitement un moment de faiblesse, et pourtant, cette

faiblesse était ma force, parce que je me trouvais dans la PRÉSENCE DU SEIGNEUR ET DU ROI DES ROIS. J'étais rempli et submergé par la PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT, afin de pouvoir  aller en informer toutes les Nations et de porter ainsi le combat en franchissant tous les retranchements  pour apporter cette PUISSANCE à un monde mourant et perdu. Je savais que c'était LA RÉVÉLATION DU ROI DES ROIS, dans toute SA PUISSANCE.


Le Seigneur me montra que le Royaume de Dieu était en vue. L’ESPRIT et la Force de ce ROYAUME me saisirent de telle manière que j'avais la conviction profonde et la détermination inébranlable d'un ENFANT DE DIEU qui avait été enlevé jusqu'au troisième Ciel.


Daniel avait vu le ROYAUME ÉTERNEL – qu'aucune puissance de cette terre ne pourrait jamais détruire. Je vis encore une fois le Corps Glorieux, qui fut enlevé à cet instant dans les Lieux Célestes.


A ce moment précis, je me réveillai. La vision se répéta trois fois de la même manière, et elle coïncidait parfaitement jusque dans les moindres détails, dans cette PERFECTION DIVINE QUI EST L'APANAGE DU ROI DES ROIS.


Dès ces merveilleux moments  et jusqu'à ce jour, Ces paroles résonnent dans mon âme.


                                     '' IL VIENT BIENTÔT - IL VIENT !!! ''


N.B : Et toi, ami lecteur, quelle décision vas-tu prendre après la lecture de cette révélation ? Vas-tu également te dire que le prix de cette consécration est trop élevé ? Ou vas-tu courageusement te décider en priant : '' Seigneur me voici  pour faire Ta volonté. Forme-moi pour ce service de la fin des temps, afin d'être trouvé parmi les vainqueurs, qui avec JÉSUS hériteront le Royaume, et cela au travers d'une nouvelle consécration dans l'obéissance et Son amour ''.  Étant conscient que cette révélation est un message du Seigneur pour nos jours si troublés, nous croyons qu'il est  important que ce texte soit largement distribué dans tous les milieux de notre chrétienté pour laquelle il est grand temps de se retrouver dans les réalités du Dieu d'amour et Saint qui veut redonner la vraie Vie de victoire à Son Peuple .
                 
Jean Schwab

                                                                                        Haut de page             Retour à Catégories    






MARDI 8 DÉCEMBRE 1987   


                                                                 Frère Jean Schwab


          Oui,  ainsi  parle  le Seigneur  votre  Dieu  :  ''J'ai  entendu  votre prière, vos prières étaient vraiment touchantes. Je me réjouis de faire suite à votre désir et de voir que vous prenez aussi vos responsabilités sur vous-mêmes,  que  Je  vous  ai  données,  en tant  que  veilleurs  et que Lumières sur le mur, de voir que vous vous battez et refusez tout ce qui ne vient pas de Moi, de voir que vous apportez  toute chose à la Lumière  et  de  voir  que  vous  travaillez  vraiment  afin  que  tout s’accomplisse   selon   Ma   volonté.   Ma   volonté   est   que   vous combattiez  pour  Ma  vérité  et  Ma  Justice,  afin  que  Ma  volonté s’accomplisse, non seulement pour vous-mêmes, mais pour tous les hommes  auxquels  ces  derniers  jours  Je  me  suis  révélé  et  auxquels J'ai fait la promesse de révéler Ma Puissance. Mais cela ne m'est pas possible  parce  que  vous  n'avez  pas  encore  tout  fait  dans  la  prière d'intercession ;  de  ce  fait  Je  vous  encourage  à  continuer  dans  ce combat, hier comme encore aujourd'hui, parce que Je combats avec vous et Je vous offrirai une Nouvelle Puissance dans l’intercession, parce   que   seulement   dans   la   prière   d'intercession   vous   êtes vainqueurs,  à  condition  que  vous  croyiez  à  Ma  Parole,  que  Je  vais exécuter  Mes  promesses,  alors  vous  serez  en  communion  de pensées  avec  Moi  et  dans  Ma  Volonté.  Dans  ces  conditions  Je pourrai  vous  rencontrer  et  démontrer  Ma  Puissance.  Veillez  sur votre  cœur,  afin  qu’il  ne  se  fatigue  pas  et  afin  que  vous  puissiez 
continuer le combat pour VOTRE SEIGNEUR ET ROI ; '' Car Il est Roi et  règne  sur  tout  l'univers.''  Veillez  et  continuez  à  intercéder  et  ne vous lasser pas, alors vous verrez en peu de temps que Je suis votre DIEU.  Je  me  manifesterai  en  tant  QUE  DIEU  VIVANT,  si  vous  restez totalement dans Ma volonté et si vous faites agir Ma Volonté par le moyen de la prière d'intercession dans l'Esprit que Je vous ai donné, afin que la Lumière soit apportée à tout votre peuple. Je compte sur votre  Fidélité  afin  que  vous  continuiez  à  intercéder  pour  votre peuple  qui  va  dans  l'abîme,  comme  vous  le  constatez  en  ces derniers jours, non seulement dans les choses visibles mais encore plus dans le monde invisible. ‟Ainsi parle le Seigneur : Je ne voudrai plus  parler  de  cette  manière,  mais  cependant  Je  voudrai  vous diriger dans ce plan de salut que Je vous ai préparé. C'est pourquoi comptez sur Ma Parole, qui sera exécutée, alors vous vous réjouirez à l'avenir et pour l’Éternité, de votre obéissance.″  Jérémie 48. 10 
         Et  maintenant  malheur  à  vous  qui  contrariez  l’œuvre  du  Seigneur par  votre  paresse ;  malheur  à  vous  qui  venez  vers  Moi  pour  jouir des  bénédictions  de  Ma  présence ;  mais  Je  veux  vous  avertir  de revenir  dans  Mes  chemins.  Oui,  Je  veux  venir  à  vous,  qui  refusez Mon obéissance et qui demeurez à l'ombre de Ma Croix, mais vous qui ne prenez pas la Croix sur vous pour souffrir avec Moi pour les brebis  perdues,   pour   les   chercher   et   les   conduire   au   Grand Libérateur,  malheur  oui  à  vous,  qui  ne  vous  préoccupez  pas  de  la souffrance de  vos  prochains,  afin  que  Je  puisse visiter  les hommes et les sauver. 
       Et  durant  la  nuit  j'ai  vu  un  fleuve  de  morts,  qui  vinrent  tous  vers nous  et  chaque  mort  était  accompagné  de  ces  mots  :  ''Lui  ou  elle sont  morts  sans  une  prière  et  sans  un  mot  de  votre  part.  Oui, comme une avalanche les hommes meurent et si peu d'enfants de Dieu s'en préoccupent.'' Et j'ai vu l'indifférence des chrétiens envers les  mourants ;  cela  me  devint  clair  que  les  gens  mouraient  ainsi  à cause  du  manque  de  Réveil  Spirituel  qui  aurait  pu  les  atteindre  et les   sauver.   Je   vis   que   c'était   la   principale   raison   de   cette catastrophe. C'était le manque de prières brûlantes pour un Réveil, par manque de consécration personnelle. Et le travail superficiel de certaines  Églises  et  de  certains  chrétiens.  Même  le  pape  qui  me regardait  avec  haine,  parce  que  je  me  trouvais  ici  pour  les  sauver, ceux auxquels il avait accordé l'absolution, par une fausse foi et un faux  enseignement.  Et  je  vis  le  Jugement  venir  sur  ceux  qui  nous critiquent  et  qui  nous  ont  abandonnés  afin  de  vivre  une  vie  plus légère et sur ceux qui se sont refusé à accomplir dans sa totalité le travail  pour  lequel  ils  étaient  appelés.  Ils  perdront  le  salaire  des prémices-travailleurs, l'ENLEVEMENT. 
De ce fait, partagez ces deux manuscrits :  
       1. Suisse aujourd'hui – Suisse demain 
       2.  Es-tu prêt pour le jour de l’enlèvement ? 
J'ai  donné  tout  spécialement  ces  manuscrits  pour  les  chrétiens  et pour le peuple de la Suisse. 

Traduit à la seule gloire de Dieu le 5 mars 1988       
S. MAYOR 
                                                   
     Mission Maranatha Yverdon, Suisse

                                                                                               Haut de page              retour à catégories








 


LA FORCE DE LA PRIÈRE PROUVÉE SCIENTIFIQUEMENT

 

        N.J.   STOVELL,   un   grand   savant   américain,   était   connu précédemment  comme  athée.  Il  travailla  des  années,  avec  d’autres savants,  pour  éclairer  et  apporter  lumière  et  clarté  aux  mystères cachés  de  la  science  atomique.  À  cet  effet,  il  parcourut  des  voies inconnues  jusque-là,  qui  servirent  non  seulement  la  science,  mais qui  modifièrent  ses  conceptions  de  la  vie.  Nous  le  laissons  ici raconter lui-même ses expériences. 
       « J’étais  un  athée  cynique,  qui  croyait  que  Dieu  n’était  pas  autre chose qu’une représentation de l’esprit humain. Je ne pouvais croire en  un  être  vivant  divin,  qui  nous  aime  et  possède  un  pouvoir  sur nous. 
          Un  jour,  je travaillais  dans le  grand  laboratoire  de  pathologie  d’une clinique.  Je  m’occupais  à  mesurer  les  longueurs  d’onde  et  de  force des  radiations  émises  par  le  cerveau.  Ainsi  je  fus  poussé,  avec mes collaborateurs, à faire une expérience épineuse. 
Nous voulions examiner ce qui se passe dans le cerveau humain au moment du passage de la vie à la mort. Dans ce but, nous choisîmes une femme, aux portes de la mort, atteinte d’un cancer du cerveau. Cette  femme  était  tout  à  fait  saine  d’esprit.  Généralement,  sa 
sérénité     et     son     amabilité     journalières     frappaient.     Mais corporellement,  son  état  était  d'autant  plus  grave.  Nous  savions qu’elle  allait  mourir  et  elle  le  savait  aussi.  Nous  étions  au  courant qu’il s’agissait d’une femme qui avait vécu dans la foi en un Sauveur 
personnel Jésus-Christ. 
          Peu  avant  sa  mort,  nous  plaçâmes,  dans  sa  chambre  un  appareil enregistreur  très  sensible.  Cet  appareil  devait  nous  montrer  ce  qui devait se passer dans son cerveau dans les dernières minutes. Nous plaçâmes de plus sur le lit un minuscule microphone pour que nous puissions  entendre  ce  qu’elle  disait  au  cas  où  elle  pourrait  encore 
donner signe de vie. 


           
UNE EXPÉRIENCE CONVAINCANTE 


        Entre temps, nous nous rendîmes dans une chambre contiguë. Nous étions neuf savants sceptiques, parmi lesquels j’étais certainement le plus  sceptique  et  le  plus  endurci.  Nous  attendions  devant  nos instruments,  attentifs, mais  intérieurement  tendus.  L’aiguille  était  à zéro et pouvait atteindre 500 degrés à droite, en position positive et 500   degrés   à   gauche,   en   position   négative.   Quelque   temps auparavant,  nous  avions  envoyé  le  même  appareil  pour  contrôler une station de radio, dont les programmes étaient diffusés avec une force  de  50  kilowatt.  Il  s’agissait  là  d’un  message  qui  devait  être diffusé   sur   tout   le   globe.    Par   cette   expérience,   nous   pûmes constater une mesure positive de 9 degrés.  Les   derniers   moments   de   la   malade   parurent   être   arrivés. 
Soudainement nous entendîmes comment elle priait et commençait à louer Dieu. Elle demanda à Dieu de pardonner à tous les hommes qui avaient été injustes vis-à-vis d’elle dans sa vie. Elle loua ensuite Dieu avec l’expression de sa ferme foi en ces termes : « Je sais que Tu es  la  seule  source  de  force  authentique  de  toutes  les  créatures  et que  Tu  le  resteras.  Elle  Le  remercia  pour  Sa  force  avec  laquelle  Il l’avait soutenue durant toute sa vie et pour la certitude qu’elle avait d’appartenir à Jésus. Elle Lui déclara que, malgré ses souffrances, son amour pour Lui n’avait pas vacillé. Et à la pensée que ses péchés lui 
seraient    pardonnés    par    le    sang    de    Jésus-Christ,    une    joie indescriptible  rayonnait  de  ses  paroles.  Elle  éclata  de  joie  à  l’idée quelle pourrait bientôt voir son Sauveur. 
         Remués,  nous  restions  devant  nos  appareils.  Nous  avions oublié ce que, à vrai dire, nous voulions examiner. L’un regardait l’autre, sans nous  gêner  de  nos  larmes.  J’étais  saisi  par  ces  déclarations  et  je devais pleurer, comme je ne l’avais pas fait depuis mon enfance. Tout à coup, pendant que cette femme priait toujours, nous entendîmes 
tinter  notre  instrument.   Lorsque  nous  regardâmes  nous  vîmes l’aiguille  atteindre  500 degrés  positifs  et  toujours  basculer  à  la limite.  La force de rayonnement devait dépasser notre échelle mais la limite de notre appareil empêchait l’aiguille de monter plus haut. 
         Nos  idées  se  poursuivaient.  Maintenant  nous  avions,  au  moyen  de mesures  techniques,  fait  pour  la  première  fois  une  monstrueuse découverte : Le cerveau d’une femme mourante, qui était en liaison avec Dieu, déployait une force 55 fois plus forte que n’importe quelle émission  d’onde  radio. (...)
       Pour  conduire  nos  expériences  plus  loin,  nous  nous  décidâmes,  un peu  plus  tard,  pour  un  nouvel  essai.   Cette  fois  nous  choisîmes  un homme  à  l’esprit  malade. Après  avoir  de  nouveau  préparé  nos appareils, nous priâmes une sœur d’exciter le malade d’une façon ou d’une  autre.  L’homme  réagit  à  cela  en  grognant  et  en  jurant.   De plus,  il  abusa  du  nom  de  Dieu  d’une  façon  infâme.  Et  de  nouveau notre  appareil  tinta.  Attentifs,  nos  yeux  se  dirigèrent  vers  l’échelle. Comme nous fûmes remués de constater que l’aiguille se trouvait à 500 degrés négatifs et retenue au point limite.  Ainsi nous arrivâmes au but de notre découverte.
        Par des mesures expérimentales, nous avons  pu  établir  d’une  façon  certaine,  ce  qui  se  passe  dans  le cerveau  d’un  homme,  quand  il  viole  un  des  dix  commandements.  
        Nous avions réussi à prouver irréfutablement de façon scientifique, 
la force positive de Dieu, ainsi que la force négative du renégat. Nous établîmes rapidement la lumière sur ce fait que celui qui oriente sa vie  d’après  les  commandements  de  Dieu  et  qui  est  en  liaison  avec Dieu,  rayonne  d’une  vie  divine. Mais  si  on  transgresse  un  des 
commandements divins, on ira au-devant d’un rayonnement négatif, c’est-à-dire d’une force satanique. 

        En  un  clin  d’œil,  ma  conception  athée  du  monde  fut  brisée.  Mes pensées  m’obsédaient :  Est-ce  qu’il  n’y  a  pas  un  Dieu  à  qui,  il  est possible d’adresser des requêtes par la prière ?  
        Ensuite,  je  me  tins  aussi  devant  la  face  du  Dieu  omniscient.  Le ridicule  de  mon  incrédulité  devint  toujours  plus  clair.  Parce  que  je voulais être sincère avec moi-même, je ne pouvais me fermer à cette vérité  pénétrante.  Ainsi  je  devins  un  disciple  de  Christ  qui  apprit  à croire en Jésus-Christ comme son Sauveur personnel. Aujourd’hui, je sais  que  l’auréole  que  les artistes ont  souvent  peinte  sur  la tête  de Jésus, n’est pas une fantaisie d’artiste, mais une réalité biblique.  
         Quelle  force  libératrice  sortait  jadis  de  Jésus,  mais  rayonne  encore aujourd’hui de Lui. Cette même force doit se manifester dans la vie des rachetés, car il a dit :  
    « Mais  vous  recevrez  une  puissance,  le  Saint-Esprit  survenant  sur vous, et vous serez Mes témoins. » (Actes 1. 8) 
       Dans  la  lutte  contre  les  puissances  des  ténèbres,  combien  avons-nous  besoin  de  cette  puissance  divine.   Je  remercie  Dieu,  comme ancien athée, qu’il m’ait rempli, moi l’indigne, de Son Saint-Esprit, de Sa force. » 

       Chère âme, comment réagirait pour toi l’aiguille de l’appareil ? Si tu sais qu’elle montrerait une force négative, je t’en supplie de venir à Jésus-Christ car Il a dit :  
         « Venez  à  Moi,  vous  tous  qui  êtes  fatigués  et  chargés,  et  Je  vous 
donnerai du repos. » (Matthieu 11. 28). 



                                                                                        Haut de page             Retour à Catégories 








25 QUESTIONS ET RÉPONSES  AU SUJET DU


SAINT-ESPRIT



1.    REÇOIT-ON LE SAINT-ESPRIT À LA CONVERSION ?
   
Non. Saint Paul écrivant aux Éphésiens dit au chapitre I v. 13 : « … après avoir entendu la Parole de la vérité, l'Évangile de votre salut, en Lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint- Esprit qui avait été promis... » Il écrit cela en se référant au passage des Actes 19. 1-6. Là, il rencontra quelques disciples et leur posa cette question : « Avez-vous reçu le Saint-Esprit lorsque vous avez cru ?  » Ils lui répondirent qu'ils n'avaient pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit. C'est pourquoi Paul les instruisit et les conduisit à l'expérience du Saint-Esprit avec le signe du parler en langues.
     Cela nous permet de réaliser que le baptême du Saint-Esprit est une expérience différente de la conversion.

2. REÇOIT-ON LE SAINT-ESPRIT AU BAPTÊME D'EAU ?

Non. Dans Actes 8. 14-16, il nous est parlé d'un groupe de chrétiens de Samarie qui s'étaient convertis sur la prédication de Philippe l'évangéliste et qui avaient pris le baptême d'eau. Les apôtres envoyèrent Pierre et Jean qui prièrent pour eux et ils furent remplis du Saint-Esprit.
Cela montre que nous ne recevons pas le Saint-Esprit au baptême d'eau mais généralement après (voir Actes 2. 38).

3. DOIT-ON PRENDRE LE BAPTÊME D'EAU APRÈS AVOIR REÇU LE SAINT-ESPRIT ?

      Oui. Dans Actes 10. 44, quand Pierre alla dans la maison de Corneille et prêcha la Parole, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient. Ceux qui étaient rassemblés dans la maison de Corneille se soumirent eux-mêmes à la volonté de Dieu et étaient disposés à « entendre tout ce que le Seigneur t'a ordonné de nous dire. »Actes 10. 33 Connaissant la sincérité de leur cœur, Dieu les remplit du Saint-Esprit avant le baptême d'eau, mais ils furent ensuite baptisés d'eau. Pierre dit :
« Peut-on refuser l'eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ? Et il ordonna qu'ils fussent baptisés au nom du Seigneur » Actes 10. 47-48
       Le baptême d'eau est donc indispensable, même lorsqu'on a reçu le Saint-Esprit.

4. LE PARLER EN LANGUES EST-IL LE SEUL SIGNE DU BAPTÊME DU SAINT- ESPRIT ?

  Oui. Tous les signes du croyant, cités dans Marc 16. 17-18, furent manifestés avant la Pentecôte, le parler en langues excepté. Il fut observé le jour de la Pentecôte quand le Saint-Esprit fut répandu, et fit d'eux des chrétiens accomplis. Dans les exemples cités dans les Actes des Apôtres concernant le Saint-Esprit (Actes 2. 4 ; 10. 46 ; 19. 6), le seul signe commun à tous les cas est le parler en langues. Nous pouvons donc conclure que le parler en langues est le signe du baptême du Saint-Esprit.
  
5. LE PARLER EN LANGUES EST-IL UN SIGNE POUR UN NON-CROYANT ?

Les langues sont un signe pour les non-croyants. Lorsqu'un non-croyant entend un homme parler en langues, il est convaincu de la manifestation de la présence et de la puissance de Dieu. C'est pour cela que nous lisons : «  Les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants. » 1 Cor. 14. 22

6. POURQUOI SAINT PAUL DIT : '' Tous parlent-ils en langues ? '' 1 Cor. 12. 30

   Dans 1 Cor. 12. 30, l'apôtre Paul se référait au DON des langues. Le signe du parler en langues est différent du don des langues. Bien que tous n'aient pas le DON des langues, tous doivent avoir le Signe du Saint-Esprit qui est le parler en langues.

7. AU JOUR DE LA PENTECÔTE, TOUS ONT-ILS COMPRIS CE QUI ÉTAIT PARLÉ ?

Non. Si tous avaient compris, pourquoi certains se seraient-ils moqués en disant :
« Ils sont pleins de vin doux !  » Actes 2. 13
Ceux qui comprirent s'étonnèrent : « Nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu ! »  Actes 2.11

8. DEVONS-NOUS TOUJOURS COMPRENDRE LORSQU'UN HOMME PARLE EN LANGUES ?

Non. La parole de Dieu dit : « Celui qui parle en langues ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est en esprit qu'il dit des mystères  »  (1Cor. 14. 2), mais dans certains cas, le parler en langues peut être interprété.

9. LE DON DE PROPHÉTIE N'EST-IL PAS PLUS GRAND QUE LE PARLER EN LANGUES ?

Le don des langues, le don de prophétie et le don d'interprétation sont des dons par eux-mêmes. Lisez 1 Cor. 14. 5. Il vaut mieux avoir le don de prophétie que d'avoir les langues sans l'interprétation. Mais les langues, lorsqu'elles sont interprétées, sont l'équivalent de la prophétie.

10. L'AMOUR N'EST-IL PAS PLUS GRAND QUE LE PARLER   EN LANGUES ?

L'amour est un trait du caractère de Dieu. Il est répandu dans nos cœurs par le baptême du Saint-Esprit (Rom. 5. 5). Alors que le parler en langues est une manifestation extérieure (bien qu'elle fasse également une œuvre intérieure : 1 Cor. 14. 4), l'amour est le caractère qui résulte de l'œuvre du Saint-Esprit. Il est plus grand que la foi, l'espérance, les dons, y compris les langues, parce qu'il est le seul à subsister jusque dans l'Éternité. Les différents aspects de l'amour sont vus dans 1 Cor. 13. 4-7.


11. JESUS PARLA-T-IL EN LANGUES ?

La Bible ne le dit pas. Mais étant Dieu aucune langue ne lui était inconnue.

12. LES SAINTS DE L’ANCIEN TESTAMENT NE PARLAIENT PAS EN LANGUES QUAND LE SAINT-ESPRIT VENAIT SUR EUX. POURQUOI DONC INSISTER SUR LE PARLER EN LANGUES DE NOS JOURS ?

Dans l'Ancien Testament, l'Esprit de Dieu venait sur diverses personnes à différents moments afin de leur donner la puissance nécessaire pour accomplir des tâches particulières ─ Ex : Gédéon, David, Marie. Mais le Saint-Esprit ne venait pas demeurer en eux. Cette expérience est uniquement pour les Saints du Nouveau Testament (Jean. 14. 17 ; 7. 38-39).

13. QUE SIGNIFIE CE PASSAGE : ''comme vous le voyez et l'entendez″ DANS 
ACTES 2. 33 ?                            

Le jour de la Pentecôte, ils virent les manifestations extérieures du Saint-Esprit. Ceux qui        l'avaient reçu donnaient l'impression d'être ivres (v. 13) : '' Et ils les entendirent parler dans leurs propres langues des merveilles de Dieu.'' Actes 2. 11

14. QUE NOUS APPORTE LE PARLER EN LANGUES ?

D'après Esaïe 28. 11-12, celui qui parle en langues éprouve un repos et un rafraîchissement. Dans 1 Cor. 14. 2-3, Paul dit : « Celui qui parle en langues ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est dans l'Esprit qu'il dit des mystères. » Il continue : « Celui qui parle en langue S'EDIFIE LUI-MÊME » 1 Cor. 14. 4

15. POUVONS-NOUS ÊTRE '' EN CHRIST '' SANS LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT ?

Non. Jésus, parlant à ses disciples, dit dans Jean 14. 17 : '' L'Esprit de vérité... demeure avec vous et il sera en vous. '' Il se réfère à une expérience future. Au verset 20, il continue : '' En ce jour-là, vous connaîtrez que Je suis en Mon Père, que vous êtes en Moi, et que Je suis en vous''. Il parlait d'un jour particulier où le Saint-Esprit serait donné. Ce jour, comme nous le savons, est le jour de la Pentecôte.
Sans avoir reçu le Saint-Esprit, il est donc impossible d'être '' en Christ.''

16. LE FRUIT DE L'ESPRIT N'EST-IL PAS LE SIGNE QUE NOUS AVONS REÇU LE 

SAINT-ESPRIT ?

Non. Le fruit de l'Esprit et le signe du Saint-Esprit sont deux choses différentes. Nous obtenons le signe du Saint-Esprit quand nous recevons le Saint-Esprit, mais le fruit de l'Esprit est le résultat de l'œuvre du Saint-Esprit. Comme la semence précède la plante et le fruit, de même le baptême du Saint-Esprit (avec le parler en langues) précède la croissance spirituelle et le fruit de l’Esprit qui en est le produit quand la vie est entièrement soumise à l'Esprit (Rom. 5. 5 et Ga. 5. 22-23).

17. LE SAINT-ESPRIT EST-IL VENU, LE JOUR DE LA PENTECOTE, POUR DEMEURER À TOUJOURS ?
   
Oui. Il est venu pour demeurer dans le cœur de chaque individu qui le reçoit (Jean 14. 16). L'apôtre Pierre dit aussi : '' Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur, notre Dieu, les appellera '' (Ac. 2. 39). Nous constatons ainsi que cette promesse est pour tous ceux qui sont appelés de Dieu même de nos jours. Aussi est-il nécessaire de réclamer cette promesse et d'en faire l'expérience.

18. POURQUOI S'ATTENDRE À DIEU POUR RECEVOIR LE SAINT-ESPRIT ALORS QU’IL EST DÉJÀ DANS LE MONDE ?
   
Jésus, parlant du baptême du Saint-Esprit, a dit : '' Votre Père céleste donnera le Saint-Esprit à ceux qui le Lui demandent '' Luc 11. 9-13. Avant de les quitter, Il ordonna à Ses disciples de rester à Jérusalem JUSQU'À ce qu'ils soient revêtus de la puissance d'En-Haut. Ceux qui Lui obéirent reçurent les bénédictions. Ce commandement reste valable pour tout disciple de tout temps.

19. CERTAINS GRANDS PRÉDICATEURS N'ONT-ILS PAS REÇU LE SAINT-ESPRIT ?

Tous les prédicateurs n'ont pas nécessairement reçu le Saint-Esprit. Nous en voyons un exemplaire dans la Parole de Dieu. Apollos était un homme éloquent, versé dans les Écritures, fervent d'esprit, annonçant et enseignant avec exactitude ce qui concernait Jésus. Il réfutait vivement les Juifs en public, démontrant par les Écritures que Jésus est le Christ (Ac. 18. 24-27). Cependant, il n'avait pas reçu le Saint-Esprit et ne savait rien de ce qui s'y rapportait.  Au verset 28, nous lisons qu'Aquilas et Priscille lui exposèrent plus exactement la voie de Dieu.
Lisez Actes 18. 26 à 19. 6.

20. EST-IL INDISPENSABLE DE RECEVOIR LE SAINT-ESPRIT POUR ÊTRE ENLEVÉ À LA VENUE DE CHRIST ?


Oui. Christ revient pour l'Église qui est Son corps (Éph. 5. 27 et 1. 22). Or, c'est par le baptême du Saint-Esprit que nous devenons les membres du corps de Christ (1 Cor. 12. 13)

21. EST-IL NÉCESSAIRE D'ÊTRE SANCTIFIÉ PAR LE SAINT-ESPRIT POUR ÊTRE PRÊT POUR LA VENUE DE CHRIST ?
    
Oui. Le Saint-Esprit fait une œuvre de sanctification dans nos vies (lire Romains. 15. 16 et
2 Thessaloniciens 2. 13). L'apôtre Paul écrit : '' N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption '' (Éph. 4. 30). Cela montre que nous devons obéir au Saint-Esprit pour être sanctifiés et préparés pour le jour de la venue de Christ.


22. JESUS N'A-T-IL PAS ÉTÉ RESSUSCITÉ PAR LA GLOIRE DU PÈRE ? (Romains 6. 4)
      
Oui. Dans Romains 8. 11, nous lisons que l'Esprit ressuscita Christ d'entre les morts. L'Esprit et la gloire du Père sont donc la même chose. Dans 1 Pi. 4. 14 il est dit : '' L'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu repose sur vous ''.


23. N'Y AVAIT-IL PAS D'ÉGLISE (ou corps de Christ) AVANT LA PENTECOTE ?
   
  
Non. Jésus fut ressuscité d'entre les morts et fut élevé à la droite de Dieu. Il reçut du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et Il l'a répandu comme vous le voyez et l'entendez, et Il devint la tête de l'Église (Actes 2. 33 et Éphésiens 1. 22-23).

24. Y-A-T-IL UNE DIFFÉRENCE ENTRE LE SAINT-ESPRIT ET L'ESPRIT DE CHRIST ?
   
Oui. L’Esprit de Christ révèle le caractère de Christ. Les Saints de l'Ancien Testament avaient en eux l'Esprit en Christ qui leur révélait les souffrances de Christ, mais ils n'avaient pas le Saint-Esprit qui est une expérience propre au Nouveau Testament (1 Pi. 1. 11-12). Chaque croyant, appartenant à Christ par la foi en Lui, possède l'Esprit de Christ mais non le Saint-Esprit (Rom. 8. 9). Le Saint-Esprit est la troisième personne de la Trinité bénie.


25. NE POUVONS-NOUS PAS TÉMOIGNER À MOINS D'AVOIR LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT ?
   
Si nous étudions attentivement Actes 1. 8, nous voyons que Christ ne parle pas de témoigner pour Lui, mais d'être un témoin, c'est-à-dire, révéler Christ par la vie. Le Mot ''témoin'' dans le texte original veut dire martyr. Aussi, après avoir reçu le Saint-Esprit, devons-nous devenir des martyrs. Les disciples témoignèrent de Christ même avant la Pentecôte, mais ne devinrent de réels témoins qu'après avoir reçu le Saint-Esprit.

Jean Schwab

                                                                                            Haut de page             Retour à Catégories   











VOICI, JE VIENS !


Seras-tu prêt pour le jour de l'Enlèvement ?







AVIS IMPORTANT !

Chers lecteurs, chères lectrices, comme l'heure de la Vérité a sonné pour le Peuple de Dieu et l'importance de ce texte que vous allez lire, de la part du Seigneur, je vous invite à Le prier pour Lui demander qu'Il vous donne la parfaite disposition de cœur, la sagesse et l’intelligence spirituelle pour pouvoir saisir toute Sa pensée ici exprimée pour le plus grand bénéfice de ceux qui résolument veulent se préparer pour le Grand Jour de Sa venue pour être trouvés prêts.

                                                                                              Jean Schwab



Il en est de même pour nous comme pour Élie, la préparation à l'Enlèvement passe par la consécration et notre mort avec JÉSUS sur la croix ! Hébreux 10. 36-37.




QUI VIVRA L’ENLÈVEMENT VERS LE SEIGNEUR ?



C'EST UNE QUESTION que chaque chrétien biblique se pose un jour ou l'autre. Car elle est d'une telle importance, vu que son échec sera tragique par ses conséquences. Il est donc impérieux d'être prêt pour éviter une telle tragédie (Jér. 9. 25 ; Matt. 7. 22-23 ; Matt. 24. 42).
Ainsi pour aider sincèrement ceux qui sont décidés à payer le prix, le Seigneur m'a fait passer par une si importante expérience il y a peu de temps, que j'aimerais sur Son ordre la décrire le plus fidèlement possible, avec le secours du Saint-Esprit. C'était au matin du 20 juin 1986. Il était 3 heures et je venais de passer une très bonne nuit, endormi dans la présence et la paix du Seigneur, ce qui est très important pour avoir un jour rempli de Sa bénédiction. Je fus brusquement réveillé et voici que, sur moi, descendait une telle Onction de la Sainteté de Dieu, comme je ne l'avais encore jamais expérimenté dans ma vie. Le Saint-Esprit agissait en moi avec une telle autorité. C'était tout à fait comme l'épreuve du feu décrite dans  1Corinthiens 3. 13 ; tandis que cette souffrance était pourtant mêlée à une intense joie céleste que je pleurais et riais, tout à la fois. J'étais devenu conscient de ce qui se passait. Réveillé par un bruit surprenant, indescriptible, je compris que c'était pour moi l'écho du cri dans la nuit dont parle le Seigneur dans Matthieu 25. 6. Tout en moi soupirait après cette plénitude de Christ en moi comme Vie, et qui était devenue en moi une si vivante et puissante réalité. Et c'est ainsi transformé par Sa Grâce et la puissance du Saint-Esprit que je fus enlevé dans les airs avec une telle force par le Seigneur et l'Esprit. Tout mon corps vibrait dans cette ascension vertigineuse et si rapide au contact de l'air. Après un moment, je suis arrivé dans une nuée étincelante et là brusquement et surpris, je fus arrêté. Je me trouvais en face du Seigneur, tout lumineux de Gloire. Il m'accueillit dans une telle expression indescriptible d'amour et de joie divine, que je ne pouvais Lui répondre que par une profonde adoration et un flot de larmes de reconnaissance et d'amour. J'étais si impressionné et heureux de Le voir ainsi dans cette Gloire, comme jamais jusqu'à ce jour Il ne s'était montré à moi. Il était enveloppé d'une telle Gloire et Magnificence, comme pour les disciples sur la montagne de la transfiguration selon Matthieu 17. Les mots me manquent pour décrire ce que je vécus en ce moment, que jamais je n'oublierai, jusqu'au jour de l'expérience définitive selon 1 Thessaloniciens 4. 17, qui sera le plus beau jour de la vie, en quittant cet ici-bas.

Puis le Seigneur me parla et me dit : ''Tu sais ce que tu viens de vivre. Mais ce n'est qu'en vision, mais c'est exactement ainsi que cela se produira et très bientôt ! Tu vas maintenant redescendre sur la terre pour continuer l’œuvre de préparation dans Mon Église, que Je t'ai confiée pour ce temps de la fin. Reste fidèle et tiens ferme tout ce que Je t'ai révélé et confié. Car Je t'ai fait vivre cet enlèvement, afin que tu saches expliquer aux chrétiens ce qu'ils doivent posséder en eux, et vivre, pour pouvoir réaliser ce que tu viens de vivre avec Moi. Je veux que tous ceux que J'ai appelés et que J'appellerai encore soient non seulement prêts pour cet enlèvement mais que Je puisse les trouver aptes à être les instruments entre Mes mains dans ce renouveau de vie que Je vais insuffler dans Mon Église, sans quoi, elle ne pourrait se présenter devant moi dans la Justice et la Sainteté selon Ma VÉRITÉ (Éphésiens 4. 20-24) au Grand Rendez-vous avec tous ceux qui auront accepté les souffrances de l'obéissance aux directives du Saint-Esprit. Rappelle à chacun, au près comme au loin, ce que Je t'ai dit et que sur Mon ordre tu as écrit.
Insiste que tout cela Je veux le trouver en chacun, car toutes ces choses sont la révélation de Ma pensée exprimée par Mon Saint-Esprit, comme dans Ma parole. Qui rejette ces révélations selon Ma Parole, rejette aussi Ma pensée. Mais Ma discipline vous entraîne à aimer ce que J'aime et à détester ce que Je n'accepte pas et n'accepterai jamais. Heureux donc tous ceux qui auront le courage de rechercher Ma face pour être libérés du raisonnement selon l'esprit humain et des illusions religieuses de cette époque troublée. Si souvent, c'est une foi faussée par une mauvaise interprétation de Ma Parole, donc interprétée par un esprit étranger au Saint-Esprit, cette Vérité que Je ne donne qu'à ceux qui se sont laissés dépouiller de tout ce qui est de la chair et de l'esprit humain, au travers duquel si souvent l'on cherche vainement à exprimer Ma pensée (Ésaïe 55. 9). C'est de cette manière que l’Église est tombée dans l'apostasie que Je vais purifier jusque dans les milieux qui se réclament du pur et plein Évangile.

Le don de sagesse et de révélation, selon Éph. 1. 17 ; 1Corinthiens 12. 9-10, est la clé de la sanctification, sans laquelle nul ne verra la face du Seigneur (1Thess. 3. 13). Le don de grâce de la sagesse découle pleinement de la visitation du Saint-Esprit, selon Actes 2. 14-19 ; 2. 32-39 ; 2. 4-19 ; Marc 16. 15-20. C'est aussi l'accomplissement d’Ézéchiel 36. 25-27 qui commence par la régénération, si bien exprimée par Romains 6. 4, qui est l'exacte définition du baptême d'eau dont Je parlais déjà à Nicodème. Car, sans ce baptême d'eau et du Saint-Esprit, il ne peut y avoir une réelle entrée dans la Vie de l'Esprit. Ceux qui donnent une autre interprétation de cette doctrine des baptêmes ne pourront se trouver dans les aptitudes exigées pour l’Enlèvement (Hébreux 6. 1-3). Car il n'y a que les morts avec et en Christ qui ressusciteront avec moi sur les nuées. Les vierges appelées folles, à cause de leur négligence, avaient pourtant compris que JÉSUS était mort à leur place. Elles avaient ainsi fait la connaissance de leur Sauveur et fait une certaine conversion, sinon je ne les aurais pas appelées des vierges. Mais elles sont restées là, à cette expérience primaire et superficielle. Tandis que les vierges sages ont éprouvé le besoin de grandir dans Ma connaissance et de se laisser conduire plus loin dans le chemin. Elles ont cherché et trouvé ce qu'à découvert aussi Paul lorsqu'il s'écrie : “Christ est ma vie !'' Phil. 1. 21 et Phil. 3. 10, où il exprime la plénitude dans laquelle Je pus le faire entrer, puis Phil. 4. 19 est le signe de Ma Victoire en lui comme pour tous ceux qui y aspirent. Comme aux vierges sages, Je révèle à chacun la possibilité de mourir avec Moi sur la croix, consentir à n'être rien, rien, plus rien, pour que Je puisse l'entraîner dans la Vie de résurrection avec moi, le Principe de Vie, la vie éternelle (Je suis la Résurrection et la Vie !) Jean 11. 25-26. -- Seigneur merci pour cette précieuse connaissance que nous pouvons découvrir en Ta présence, de Ta Vérité qui affranchit. --

Juste avant de vivre avec le Seigneur l'ascension merveilleuse, Il me souligna tout d'abord la grande signification du mot, VÉRITÉ (Je suis la Vérité dit JÉSUS, Jean 14. 6). Elle est donc la quintessence de JÉSUS transmise du Père et qu'Il nous révèle par Son Saint-Esprit. Puisqu'Il nous dit aussi que le Saint-Esprit nous conduira dans toute la Vérité (Jean 16. 13-15). Soyez remplis du Saint-Esprit (Éphésiens 5. 18-20). Soyez remplis de toute la plénitude de Dieu (Éphésiens 3. 19). Le Saint-Esprit nous conduira ainsi dans toute la réalité du Père, révélée en Christ qui nous engage dans le Chemin de Sa Vie. Il me montra comment cette Vérité doit pouvoir se traduire en nous, ceci en me citant le passage d’Éphésiens 4. 20-24. Ici, nous voyons clairement ce qu'elle produit en nous après l'avoir découverte par la révélation de Sa Parole (Jean 8. 32-36). Elle produit la Justice et la Sainteté. Donc, sans cette Vérité révélée en nous par le Saint-Esprit, il n'y a donc ni Justice, ni Sainteté, qu'à partir du moment où la puissance du Saint-Esprit les produit en nous, si nous acceptons cette conception et transmission de Sa Vie en nous et de cette discipline absolue. Cette Justice nous met en lumière la justification par l’Œuvre rédemptrice de Golgotha, la libération par le pardon des péchés commis et la délivrance de la puissance du péché, libération de l'esprit du monde qui est contre le Saint-Esprit. (N'aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde,... 1 Jean 2. 15-17). Il nous a, au travers des souffrances du Calvaire, délivrés du mode de vie de ce monde de péché, comme Pierre le dit en 1 Pierre1. 18, donc Il nous a délivrés de la folie de la mode, qui est à l'origine de tant de maladies, surtout chez la femme. Un Docteur croyant avec qui j'ai parlé de ce problème, m'a dit, en confirmant ce que déjà le Seigneur m'avait appris : ''Il y a tant de maladies chez la femme qui proviennent de cette diabolique habitude de ces talons hauts, et ce qui dépasse le talon de 3 cm. de haut est très nuisible à la santé. Depuis longtemps, je savais que c'était une abomination à Ses yeux. Tandis que la Sainteté en toutes choses, fruit de Sa Vérité, qui n'a aucun rapport avec ce que si souvent on appelle une vérité, mais qui doit être l'expression de la VÉRITÉ révélée par le Saint-Esprit et qui produit en nous l'Esprit de Vie et de Résurrection qui est en Christ (Jean 11. 26-27). Si nous nous sommes identifiés dans ou par une mort semblable à la Sienne, de même nous serons unis à Lui par une Résurrection semblable à la Sienne (Romains 6. 5). Et c'est cette puissance de Vie et de Résurrection en nous, habitant en nous, qui nous prépare pour l'Enlèvement sur les nuées à Sa rencontre lors de Son appel. Il nous purifie encore de tout ce qui subsiste du vieux levain adamique (1Corinthiens 5. 5-8 ; Col. 3. 1-17, etc.) afin d'être libre de tout ce qui pourrait encore nous retenir ici-bas, donc de tout ce que nous aimons plus que le Seigneur, le Christ JÉSUS. Et j'ai vu qu'il suffit de si peu pour faire obstacle à la colombe du Saint-Esprit. S’Il nous trouve vrais et sincères, Il nous donnera à tous la révélation de la croix et tout ce qu'Il a dû porter sur cette croix pour nous sauver du Jugement de la Sainteté de Dieu. Oui, Il est prêt à nous communiquer ce qui doit encore être transformé en nous, s'Il rencontre en notre cœur les dispositions d'âme et de franche volonté (Proverbes 28. 5). Si le grain de blé ne meurt, il ne peut porter de fruits qui puissent arriver à maturité (Luc 8. 14). Et celui qui voudra sauver quelque chose de sa propre vie se perdra (Matthieu 10. 39). C'est pourquoi, il est écrit que l'Esprit nous réclame avec jalousie (Jacques 4. 5-6 ; 1 Thessaloniciens 4. 8 ; 2 Chroniques 15. 12-15). Celui qui ne peut accepter cette discipline du Saint-Esprit attend en vain l'Enlèvement mais doit plutôt se préparer à subir les tribulations qui suivront cet Enlèvement. Le grand prédicateur Tommy Hicks nous raconte dans la vision que Dieu lui donna pour notre époque, que beaucoup trouveront le prix de la consécration trop élevé et se laisseront tromper par Satan, en acceptant des compromis et se laisseront entraîner par l'esprit religieux du siècle avec ses agréables mais tragiques formes.
Ce sont précisément ces choses-là qui ont amené la ruine spirituelle des vierges appelées folles, à cause de leur légèreté et de leur propre-justice. Quand le vent de la Sainteté souffla, leurs lampes s'éteignirent et elles ne supportèrent pas l’épreuve du feu purificateur. Et je me souviens que je fus comme terrassé par la Sainteté de ce souffle de Dieu. Chaque enfant de Dieu sait ce que représente la présence de l'amour de JÉSUS en son cœur. C'est ce que JÉSUS appelle la Gloire du Père transmise à Ses disciples (Jean 17). Et combien un chrétien est malheureux s'il lui arrive pour une raison ou une autre d'être privé de cet Esprit de Gloire qu'est la sainte présence de JÉSUS (Jean 15. 4a). Mais la présence de la Sainteté de Dieu est tout autre chose. C'est un feu dévorant qui tuait ceux qui sous l'Ancienne Alliance se trouvaient en face de l’Éternel, le Dieu trois fois Saint (Matt. 15. 13 ; 2 Samuel 6. 6-9 ; Nombres 16. 35 ; Lévitique10. 1-2).

Nous lisons que les vierges sages ont eu une autre réaction. Non seulement elles avaient compris que JÉSUS était mort pour elles, ce qui les avaient amenées à la conversion, mais tandis que le Seigneur les conduisait plus loin dans la connaissance, elles comprirent qu'elles avaient été crucifiées avec Lui sur la croix, mortes avec Lui sur la croix. C'est ce que la Parole appelle la nouvelle naissance par l'eau et l'Esprit (Jean 3. 3-8). Ce “nouveau-né” est devenu une même plante avec Lui (Romains 6). L'apôtre Paul nous dit d'ailleurs en 1 Cor. 6. 17 que celui qui s'unit au Seigneur devient avec Lui un même esprit. O quelle Gloire le Seigneur nous révèle par Sa Parole !
Il y a un mot que partout l'on entend dans tous les milieux et qui souvent vient figurer à l'ordre du jour de certaines rencontres évangéliques, c'est le mot de Réveil. Et même chacun prie pour un Réveil, sans bien savoir ce que l'on demande à Dieu. Alors qu'un Réveil est la véritable situation spirituelle d'une Église ou d'une Assemblée évangélique. Si ce n'est pas le cas, la vie de cette congrégation est une injure à la face du Seigneur et au monde, qui de l’Église attend pourtant quelque chose de concret qui devrait exercer une influence déterminante sur toutes les couches de la population. Si Dieu ne peut pas manifester cet état normal d'une église ou d'une Communauté nous devons sans tarder en rechercher les causes devant Dieu, dans l'humiliation sincère jusqu'à ce que nous ayons par la grâce de Dieu trouvé la sortie du labyrinthe (Apoc. 3. 16-22 ; 2Chroniques 33.12-13 ; Jean 9. 31). Et si souvent l'on entend raconter : ''Oh, nous avons vécu un vrai début de Réveil ! ” Mais pourquoi en est-il ainsi ? Tout simplement, s'il s'arrête, c'est qu'il est étouffé par l'homme qui veut toujours tout diriger et contrôler, au lieu de laisser au Saint-Esprit la direction en renonçant à toutes ambitions personnelles, humaines, de l'humanisme ou de la chair (1 Timothée 3. 14-15 ; 2 Timothée 3. 10-17). Le livre des Actes des Apôtres qui nous présente l’Église du premier amour doit rester notre seule ligne de conduite à tous égards. D'autant plus que nous devons savoir que la fin de toutes choses est proche. En constatant que le mal atteint son point culminant, l’Église de Jésus-Christ doit parallèlement atteindre le degré de développement qui, selon le Seigneur, doit être atteint pour vivre l'Enlèvement. Ce qui n'est pas du tout le cas. Dans cette bouleversante vision dont je vous ai parlé, Il me montra tout ce qui devait changer. Et je m’écrie : Malheur à moi, si je ne dis pas toute la Vérité, en tout ce qui m'a été montré et qui doit se réaliser dans ces jours de préparation que dans Sa Miséricorde Il nous donne encore. Car la préparation pour l'Enlèvement est aussi la préparation au Réveil  indispensable de l’Église. C'est une seule et même chose. Car il n'y a que le Réveil qui vient de Lui seul qui nous amènera dans la nouvelle figure et stature de l’Église-Épouse du Christ. Et c'est celle qui répondra au critère, Esprit et Parole, qu'Il viendra chercher. Un Réveil selon l'Esprit n'est pas autre chose qu'une nouvelle découverte de la réalité de Dieu, donc selon Sa conception. Que nous soyons donc non seulement décidés à faire peau neuve (Jérémie13. 23), mais à nous laisser dépouiller de nos vues et de nos crédos personnels, pour nous laisser, dans le jeûne et la prière, enseigner dans Sa sainte doctrine, Sa Parole révélée par le Saint-Esprit. Car jamais il faut oublier que nous ne pouvons et devons comprendre la Bible que par le même Esprit par lequel elle fut écrite (2 Tim. 3. 16 ; Jean 17. 17 ; Psaume119. 24, 130). Et durant tous les siècles, depuis la fondation de l’Église au jour de la Pentecôte, ce fut un incessant et perpétuel combat pour maintenir la Vérité (Galates 5. 24-25). Et quel exemple ne fut pas celui de l'Apôtre Paul à cet effet, une lutte constante entre les ténèbres et la lumière (Éphésiens 5. 8-14 ; 1 Pierre 3. 8 ; Gal. 2. 5 ; Tite 2. 15 ; Tite 1. 9 ; Gal. 2. 14 ; Gal. 1. 11-12 ; Phil. 2. 13. Etc.) Mais pourtant, comme JÉSUS est la VÉRITÉ incarnée, Sa Vérité est en nous si nous demeurons réellement en Lui. Et Il dit que celui qui L'aime, aime aussi Ses commandements (Jean 14. 15 ; 21. Psaume. 119. 35-37). Mais celui qui n'aime pas son frère parce qu'il a une autre compréhension de la Vérité que la sienne n'est pas un vrai disciple du Christ. 1 Jean 3. 15 nous apprend que si nous n'aimons pas notre frère, nous sommes meurtriers. Et pourquoi le sommes-nous ? Nous le sommes parce que nous détruisons par notre comportement une cellule ou un membre du corps de Christ. Car le corps de Christ ne peut s'édifier que si tous les membres sont présents et actifs sous l'impulsion du Saint-Esprit. Ainsi nous comprenons mieux, pourquoi le corps de Christ est si limité dans son action, dans sa vocation dans ce monde. Combien, nous devons donc prendre garde de ne pas un jour nous trouver dans les rangs de ces meurtriers, qui n'ont pas la Vie éternelle demeurant en eux (1 Jean 3. 15). Terrible et tragique réalité à éviter ! (Tite 3. 10-11 ; Galates 5. 20). Lorsque l’apôtre Paul dit aux Corinthiens (1. 10) de ne point avoir de divisions parmi eux mais d'avoir tous le même langage. Comment cela est-il possible, sinon, que si nous sommes tous animés de l'Esprit de Vérité qui seul peut et doit unir tous les vrais rachetés du Seigneur (Jean 17. 17). Comme il n'y a qu'un seul Dieu vivant et vrai, (1 Cor. 15. 1-2), il n'y a aussi qu'un seul Saint-Esprit qui donne à chacun Sa pensée et Son expression.

Si souvent, nous jugeons un frère parce qu'il n'a pas encore exactement les mêmes connaissances que nous et manquons de patience au lieu de prier pour lui. Pourtant chacun sait que nous ne devons pas nous ériger en juges de nos frères qui ne sont pas encore arrivés au degré de compréhension de ceux qui ont eu la foi et le courage de se laisser entraîner par l'Esprit de Vérité. Lorsqu'au début je parle de l'épreuve du feu, par lequel je dus passer, je dus aussi encore m'humilier d'avoir en moi une certaine amertume envers ceux qui m'ont calomnié et discrédité à la face de chrétienté. Absolument tout devait être purifié par la confession et le sang de JÉSUS, lors de cet ultime instant de préparation pour l'enlèvement, que par Sa Grâce il me fut donné de vivre (Matthieu 25. 7). Il est pourtant vrai que l’Écriture nous dit d'avertir ceux qui vivent dans le désordre, mais avec amour dans le but unique de les aider (1Thessaloniciens 5. 14 ;  2Thessaloniciens 3. 13-15). C'est justement par ce processus du dépouillement total accepté et pour lequel je ne donne Gloire qu'à Dieu seul, car c'est bien Lui qui crée en nous le vouloir et le faire pour Le suivre et Lui obéir (Phil. 2. 13). Tout en nous doit être sanctifié par l'Esprit de Vérité (Jean 17. 19). Et je pense que c'est pour cette raison que lorsqu'Il me dit que j'allais redescendre sur la terre pour continuer mon ministère, qu'il n'y eut en moi aucune arrière-pensée de tristesse de quitter cette Présence glorieuse de JÉSUS, le Sauveur et Fils du Père Éternel. Tout simplement que je désirais être là où Il voulait que je fusse. Ceci je dois souligner, ici tout n'était qu'amour ! Et quiconque ne sera pas trouvé dans ce bain de l'amour parfait de JÉSUS, ne pourra en aucun cas participer à Son Enlèvement. Aucune pensée étrangère ne peut être admise dans cette sainte Présence. C'est précisément cette position en Christ qui me permit de supporter l'épreuve du feu, lors du cri dans la nuit (1Thessaloniciens 4. 16-17). Nous ne pouvons donc pas vivre avec des illusions trompeuses. Car Dieu nous dit déjà dans l'Ancienne Alliance :
''Ton péché te trouvera !" Nombres 32. 23. Ce qui n'a pas été abandonné, nous barrera la route du Ciel. Et je vis que tous ceux qui seront enlevés sont ceux qui ont fait les œuvres qu'Il avait préparées pour eux, selon leur vocation (Éphésiens 2. 10 ; 1Corinthiens 2. 9-11). Dans les Proverbes, nous lisons au chapitre 25 verset 4 : Rejetez les scories et il en sortira un vase d'argent pour le fondeur. Oui, ceux qui cherchent l’Éternel comprennent toute la pensée du Seigneur (Proverbes 28. 5 ; Psaume 97. 10). Par la prière et la consécration, nous apprenons et découvrons quelles sont ces œuvres qu'Il a préparées pour que nous  les pratiquions. Car si souvent nos scories, comme dans un feu, empêchent le feu du Saint-Esprit de brûler en nous, Il faut absolument que le Saint-Esprit puisse produire en nous Ses œuvres et doit pouvoir accomplir en nous et par nous ce qui Lui plait, comme ce qu'Il juge bon pour réaliser Son programme d'amour et de salut (2Corinthiens 10. 5-6 ; 1Corinthiens 13 ; Philippiens 4. 7 ; Colossiens 3. 1-17 ; 1 Thessaloniciens 5. 23-24). JÉSUS a dit que le Saint-Esprit nous enseignera et nous mettra en mémoire tout ce qu'Il nous a dit (Jean 14. 26). Les enfants de Dieu sont l'ensemble des rachetés, mais les fils sont ceux qui auront été conduits par le Saint-Esprit selon Romains 8. 14, et qui  auront ainsi fait, sous l'inspiration, les œuvres pour lesquelles Il les a choisis. Ceux-ci sont candidats à l'Enlèvement. Il faut donc apprendre à ne travailler que sous l'inspiration du Saint-Esprit, ne rien faire qui ne soit pas le produit de l'action du Saint-Esprit, donc le fruit d'une saine conviction. Rien ne doit être fait approximativement, au hasard. Donc, seules les œuvres qu'Il produit en nous sont le fil du tissu, des œuvres de Son amour en nous, constituant la robe de fin lin qui sont les œuvres de justice des saints (Apoc. 19. 7-8 ; 14). Pour mieux arriver à cette compréhension, il faut que nous apprenions à comprendre la Bible selon la révélation du Saint-Esprit.  Car elle ne peut être comprise et interprétée que par le même Esprit qui l'a dictée, au travers de ceux qu'Il a choisis pour apporter Sa Parole de Vérité, car elle seule nous amène au point culminant de la Réalité de Dieu, Christ, Sa Vie en nous, Puissance de Résurrection. C'est ainsi que nous sommes sanctifiés par Sa Parole qui est Esprit et Vie (Jean 17. 17). C'est l'ouverture vers la Source qui passe en Golgotha et qui entraîne loin de nous tout ce qui est encore de notre vieille nature adamique (Éphésiens 4. 31). ''O Éternel, Tu es assis sur Ton trône en Juste Juge ! Tu réprimandes les nations et Tu fais périr les méchants. '' Psaume 9. 5-7

Et le Saint-Esprit tombe sur moi et je dois écrire sous Sa dictée, par  l'Esprit de prophétie : ''Si vous êtes le Temple du Dieu Vivant, laissez-Moi donc habiter en vous. Séparez-vous de tout ce qui est vil à Mes yeux. Détournez-vous de ce qui est mal devant Mon regard de Flamme de feu. Alors vous serez Mes fils et Mes filles (2 Corinthiens 6. 14-18). Et J'en veux à vous lorsque dans votre hypocrisie, vous dites : '' Dieu regarde au cœur !'' Oui, mais Je vois justement en ton cœur, que ta circoncision n'est que superficielle, puisque Ma sainteté n'a pas encore tout consumé en toi, tant que cette sanctification n'est pas visible jusque dans ton comportement de racheté mis à part pour M'honorer, et cela jusque dans ta tenue physique et vestimentaire. Si tu vis encore à ta guise, Ma Vie n'est pas en toi dans sa plénitude. Car celui qui n'a pas l'Esprit de Christ n'est, ne Lui appartient pas (Rom. 8. 9 ; 1Corinthiens 6. 20). Comment pourriez-vous libérer votre conscience si vous êtes en conflit avec Ma Parole invariable. Vous lisez pourtant dans Deutéronome 22. 5, Sophonie 1. 8,  Ézéchiel 23. 40, Galates 5. 24-26 et Ésaïe 45. 24 très clairement, mais par votre raisonnement humain et corrompu vous interprétez selon votre esprit, alors que Je vous ai fait la Grâce par JÉSUS-CHRIST d'obéir et de mettre en pratique Mes commandements qui ne changent pas. Ce qui fut péché sous l'Ancienne Alliance reste péché aujourd'hui. Mais JÉSUS est venu pour vous libérer de la puissance du péché. Ce qui en cette époque était une abomination l'est de même de vos jours. Mais malheur à vous si Je ne peux pas vous délivrer de l'esprit du monde perverti, de l'esprit de la Babylonie. Je vous jugerai non selon votre interprétation mais selon l'Esprit de Ma parole. Oui sachez-le ! Vous êtes pour la plupart sans vie réelle parce que vous vivez encore sous l'influence de l'esprit de mensonge du Prince de ce monde. Au Jour de Lumière que vous attendez, grande sera votre déception si vous n'acceptez pas la purification par l'obéissance à Mon Saint-Esprit. Condamnez donc non seulement, vous les femmes, le port du pantalon, mais aussi les cheveux coupés et votre barbouillage autour des yeux et de la bouche, comme de vos mains. Tout cela Satan vous l'a apporté par le démon de la mode dont vous avez accepté les suggestions perfides. Dans votre orgueil, vous aimez vous percher sur de hauts talons cupides et irraisonnables. Tout cela est aussi une abomination à Mes yeux. Et J'en veux aussi à vous femmes, qui sans honte venez en Ma Présence sans vous voiler, sans respect pour Ma Parole et Ma Sainte Autorité
(1 Corinthiens 11. 13). Et vous vous étonnez de ce que Moi aussi Je me moque de vous quand vous priez. Vous refusez de porter le signe qui vous protège contre les anges déchus et leur mauvaise influence. Vous avez tellement perdu les vraies notions de la bienséance, qu'il n'y a plus de frein en vous, plus de crainte respectueuse envers le Dieu-Créateur qui vous a formées avec tant de soins et d'amour pour Sa Gloire et même votre gloire, comme celle de l'homme –Et toi Jean, Mon fils, as-tu vu et remarqué, selon ta mémoire d'homme, que jamais la femme ne s'est coupée les cheveux si courts. C'est un des signes de sa perversion intérieure encore jamais atteinte par son éloignement du Créateur et de Ses lois élémentaires, comme de Son Esprit. De même aussi, jamais sa tenue vestimentaire n'a été d'une si outrageante excentricité, et sans en éprouver la moindre honte, elles tiennent entre le pouce et l'index, la braise du feu de la Géhenne qu'elles aspirent en consumant leur santé. Et vous qui invoquez Mon Nom, vous savez que Je suis un Dieu bon, mais sachez que jamais celui qui se moque de Moi et qui méprise le vrai sens de Ma Parole ne verra Ma Gloire lors de Mon avènement sur les nuées.
Et de même, vous les hommes qui aimez vous vêtir en tenue dite moderne, Blue-jeans, tenue indécente, vous osez même pousser l'audace de cette corruption en vous présentant ainsi dans les lieux de cultes. Je hais tout cela vous dis-Je, comme aussi vos longs cheveux qui vous retombent sur les oreilles et sur la nuque. Vous faites cela parce que vous ne vivez pas dans Ma Lumière, parce que vous n'êtes pas sous la discipline du Saint-Esprit. Et vous courrez çà et là comme des étalons bien nourris (Jérémie. 5. 7-9). Vous contractez des mariages sans Me consulter. Vous divorcez comme les païens de ce monde de péché. Vous ne savez et ne pouvez vous supporter parce que vous n'avez pas Ma Vie en vous. Vous devez comme Je vous ai appris, à vous porter les uns les autres dans la prière et dans la foi, vous supporter les uns les autres en vivant dans Mon amour et par Mon amour. La séparation est le signe de l'insoumission à Ma Parole, à cause de la dureté de vos cœurs rebelles (1Corinthiens 7. 16). Et tant de malades parmi vous à cause de la Sainte-Cène, ...

J'en veux aussi à vous tous qui gaspillez tant d'argent par votre concept de vie moderne. Vous pensez que l'argent que Je vous confie, vous pouvez le dilapider selon vos instincts non-sanctifiés, alors que Je dis dans Ma Parole : À Moi, sont l'or et l'argent dit le Seigneur (Aggée 2. 8). Jamais Je ne refuse pourtant ce dont vous avez réellement besoin. Mais sachez que Je regarde davantage à ce que vous gardez qu'à ce que vous Me donnez et parfois sans amour. Là où est ton cœur, là est ton trésor. Ce que vous croyez en droit de dépenser vous accusera dans le Ciel. Il faut que vous sachiez tout cela afin qu'aucune avarice et légèreté ne soient trouvées en votre cœur au Grand Jour devant Mon saint Trône ! (1Timothée 6. 10 ;
2 Corinthiens 8. 9).

Et Je vous le dis pour votre salut, soyez morts à tout ce que Mon Saint-Esprit condamne en vous, la tabacomanie de Satan et l'impureté, comme le mensonge, mépris de Mes lois. Ne vous bernez pas avec de fausses illusions mais sanctifiez vos cœurs en vous préservant contre tout endurcissement. Ceux qui vivent de Ma Vie ont en leur cœur Ma pensée, cette pensée qui exprime l'Esprit de Vérité qui vient du Père. C'est cette Gloire révélée à Mes disciples en Jean 17. 22 que Je veux aussi communiquer en ces temps de la fin à Mon Église pour la préparer dans Sa pureté et sans tache. Mais Je dois aussi vous rappeler que Mon Église-Épouse est un corps dont tous les membres doivent être unis les uns aux autres par le lien de l'amour, Mon amour en eux. Oui, ceux qui ne peuvent et qui ne veulent recevoir la Lumière de cette révélation ne s'attendent pas à participer à l'enlèvement. Mais ils doivent se préparer à subir les terribles jugements des tribulations qui commenceront droit après l'Enlèvement. Mais seule cette sanctification reçue apportera dans Mon Église la préparation pour le Réveil qu'attendent ceux qui vivent dans Ma communion. Ceux qui souffrent ainsi avec Moi (Col. 1. 24 ; Gal. 4. 19), sont les prémices que Je prépare pour être les canaux de l'effusion du Saint-Esprit, cette pluie de l'arrière-saison qui doit encore faire mûrir la moisson que Je veux encore rentrer avant l'orage du Jugement de la fin. Heureux ceux que Je vais trouver fidèles et pleinement consacrés, prêts à subir l'épreuve du feu de Ma sainteté. Daniel dit de Ma part dans le chapitre 12 versets 3 à 7 : ”Tous ceux qui auront été intelligents brilleront comme l'éclat du firmament, après l'épreuve du feu purificateur.Seuls ceux qui  se seront ainsi laissés briser et purifier recevront la mesure du Saint-Esprit pour l’Enlèvement (Actes 5. 32). Bienheureux ceux qui recevront ce message qu'en tous lieux Je donne en ces temps, pour sauver Mon Église qui vit encore dans le désordre que Satan a implanté durant son coupable sommeil. Mais l'heure est venue d'envisager toute la réalité de Ma pensée, de Ma Parole par la Lumière du Saint-Esprit, afin que s'accomplisse la prophétie donnée par Malachie 3. 16-18. ''Et ils seront comme des colonnes dans Mon Temple et ils n'en sortiront plus jamais. Amen, amen !''

Après cette glorieuse expérience qu'Il me donna de faire dans Sa Grâce infinie, je comprends mieux tout l'amour du Seigneur manifesté envers ceux qui dans leur obéissance ont souffert la persécution par ceux qui ont refusé de marcher dans Ses voies avec une bonne conscience devant Dieu et la révélation de Sa Parole. Il y en a tant aujourd'hui, qui, sans s'en rendre compte, ont dévié du droit chemin pour aboutir dans le désert spirituel, loin de Sa bénédiction (Ecclésiaste 7. 29). Et combien sera terrible le Jour où tout sera manifesté à Sa Lumière. Beaucoup, seulement à ce moment, se rendront compte qu'ils s'étaient enfermés dans le labyrinthe de leur propre raisonnement et que tout ce qui vient de l'homme n'est que mensonge. Aveuglés par l'esprit du monde qui les garda dans l'erreur, combien grande sera leur déception, quand ils verront l'Enlèvement sans leur participation. Quand on sait que toute la parole est divinement inspirée (2 Timothée 3. 16), combien il est bon d'en saisir toute la quintessence pour notre développement et notre croissance spirituelle. Il peut arriver que parfois il y ait des divergences de vue sur l’Écriture. Mais le Saint-Esprit vient à notre secours, pour tout élucider. C'est bien pour cette raison que l'Apôtre Paul disait un jour aux Corinthiens : ”Je le dis à votre honte, il y en a parmi vous qui n'ont aucune connaissance de Dieu. '' (1 Corinthiens 15. 34). Nous sommes donc coupables si nous sommes dans l'ignorance de la pensée et de la volonté de Dieu, notre Seigneur. Le don de sagesse et de révélation nous apporte la connaissance en toutes choses. Si lors de notre conversion, nous recevons les arrhes de l'Esprit, l'Esprit de Christ, le don du Saint-Esprit est accordé pour le combat de la foi que nous avons à mener contre toutes les machinations de Satan. Nous avons ainsi le témoignage de JÉSUS qui est l'Esprit de la prophétie (Apocalypse 19. 10). Celui-ci nous tient en état de Réveil, nous exhorte et situe l’Église dans son vrai contexte, lui évitant ainsi le déviationnisme qu'il est parfois si difficile à déceler si nous ne vivons pas pleinement dans Sa Lumière.

En lisant les Actes des Apôtres et surtout les épîtres de Paul, l'on voit là aussi ce combat incessant pour maintenir la Vérité du Saint-Esprit, en corrigeant et redressant ce qui était nécessaire. ''Je repris Céphas devant tous, ...” Gal. 2. 14. Et pourtant au verset 7, Paul considère Pierre comme une colonne dans l’Église. Ce qui veut bien dire que tout homme de Dieu devient vulnérable s'il n'est pas dans une constante vigilance. -- ''Et j'ai appris par des gens de la maison de Chloé qu'il y avait des divisions,... '' 1 Corinthiens 1. 11. -- ''Reprends avec sévérité ! '' Tite 1. 13, Tite 2. 15, '' avec une pleine autorité ! '' -- ''Résistez au Diable avec une foi ferme ! '' 1 Pierre 5. 7-8 ; Éphésiens 6. 10-12. Et ce qui est à souligner en cela est l'autorité de l'Apôtre Paul au travers de l'Esprit de Vérité dont il était si pénétré et qu'il aimait transmettre à tous ceux qui étaient prêts à payer le prix de la vocation céleste (Éphésiens 4. 1-3 ; Philippiens 3. 14 ; 2Thessaloniciens 1. 11 ; 2 Timothée 1. 9). Quelle conviction, quelle assurance, il faut avoir en Christ, aussi pour pouvoir affirmer : Nous, nous sommes la vraie circoncision ! (Philippiens 3. 3). ''Et si quelqu'un a un autre avis, le Seigneur vous éclairera !'' (Philippiens 3. 15). Il y a donc irréfutablement une unité de pensée qui doit se trouver en tous ceux qui sont dans la Vérité révélée par le Saint-Esprit (Rom. 2. 16 ; 2Corin. 10. 5 ; Phil. 4. 7 ; Hébreux 4. 12). En étant dans la discipline de l'Esprit, les divisions disparaissent, ne doivent pouvoir subsister (1Corinthiens 12. 25). Par là nous voyons combien l'Apôtre Paul a dû lutter à outrance pour que la révélation du Saint-Esprit soit reconnue, vécue et maintenue parmi les Frères de la primitive Église.'' Nous ne leur avons pas cédé un instant, en refusant leur interprétation pour que soit maintenue la pureté de l’Évangile.''(Galates 2. 5). Il doit donc par là devenir bien clair à chacun, qu'à partir du stade où chacun meurt ou consent à mourir à ses opinions personnelles, il n'y a plus de divisions mais l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Vérité peut unir dans l'amour et le respect, tous les membres du corps de Christ. Tout cela ne peut se concrétiser qu'au travers de la libération totale par la croix et l'œuvre du Calvaire. Ainsi, peut naître au sein du peuple de Dieu la glorieuse liberté des rachetés, fruit de la libération par l’Œuvre de JÉSUS sur la croix. Mais aussi longtemps que nous nous sentons culpabilisés par une de Ses Paroles ou par une interprétation du Saint-Esprit, comme cela peut être le cas au travers de ce message, la connaissance de la grandeur parfaite de l'Œuvre de Golgotha, salvatrice puissance, n'a pas encore pénétré dans tous les recoins de notre vie pour y déloger le vieux ''Moi'', à cause duquel JÉSUS a tant dû souffrir sur la croix pour nous libérer de toute la conception de nos principes adamiques. Pourtant là en Lui, en Sa chair, Il instaura la nouvelle création qui devint effective par Sa Résurrection. Ainsi les choses anciennes par la foi font partie du passé, parce que englouties en Sa mort. Alors seulement toutes choses peuvent devenir nouvelles (2 Corinthiens 5. 17 ; Galates 6. 15). Car la Vie de Résurrection ne peut naître qu'au travers d'une mort semblable à la sienne, donc en nous identifiant avec Lui sur la croix (Romains 6. 5-7). Par cette nouvelle Vie qui est devenue la nôtre, une vraie communion avec JÉSUS se manifeste et s'installe, une vraie vie de prière et de foi et là prennent fin les vains bavardages qui tuent la Vie de l'Esprit. Si souvent, l’on n’a pas remarqué d'où venaient tant de faillites : simplement par le fait que la langue exprimait trop haut ce qui dans le monde de la pensée n'avait pas été sanctifié (Proverbes 14. 12 ; 1Thessaloniciens 4. 3).

Et maintenant une nouvelle fois, je dois donner la Parole à l'Esprit de Révélation, pour nous permettre de mieux comprendre cette transformation qui doit se produire en nous : ''Mes enfants que J'aime et pour lesquels J'ai donné Ma Vie, Je désire vous voir tous entrer dans la Maison du Père préparée pour vous, si vous M'écoutez de tout votre cœur''. Et Je vous parle ainsi afin que vous rachetiez le temps et que vous n'atteigniez pas trop tard le but (Matthieu 25. 11). Je vous le dis, ne perdez pas de temps, car les temps sont mauvais, mais, en prêtant toute votre attention à ce que vous venez de lire et que vous allez encore lire de Ma part, vous serez heureux. C'est pourquoi, Je vous dis encore cela pour vous rappeler tout ce que J'ai souffert et enduré pour vous tous sur la croix, afin qu'il vous soit possible de triompher en toutes choses sur votre nature pécheresse  que J'ai vaincue pour vous sur la croix du Calvaire ! -- O merci Seigneur pour un tel amour pour nous ! -- Oui, c'est par Mon amour et Celui du Père que Je suis monté sur la croix pour le salut du monde. À votre place, Je me suis laissé condamner comme un vulgaire malfaiteur. Car à cause de vos nombreux péchés, vous étiez condamnés à mort et là J'ai pris votre place afin de vous gracier et vous rendre à la liberté, en payant la rançon (Ésaïe 53. 4-10 ; Colossiens 2. 14-15). Mais comprenez bien tout ce que J'ai dû endurer et pourquoi j’ai dû l’endurer pour vous tous. Mes mains percées étaient donc vos mains, qui avaient fait tant de mal (Michée 7. 3 ; Ésaïe 59. 3 ; Jacques 4. 8). Elles devaient être meurtries et condamnées. Mes pieds percés le furent parce que vos pieds allaient où ils ne devaient pas, dans les mauvais chemins du péché (Proverbes 1.15-16 ; Psaume 119. 101 ; Hébreux 12. 13 ; Romains 3. 15-18). J'eus le côté percé à cause de la méchanceté de vos cœurs qui n'avaient aucun amour pour leur Dieu, ce Dieu d'amour qui vous a tous tant aimés et ne recevant de vous que méchanceté, dureté et rébellion (Deutéronome 11. 1 ; Psaume 18. 2 ; 1 Cor. 8. 3 ; Jac. 1. 12 ; Deut. 32. 41 ; Jean 15. 23-24). Je dus porter cette douloureuse couronne d'épines sur Ma tête à cause de vos mauvaises et méchantes pensées que vous avez acceptées, suggérées par Satan et à cause des faux raisonnements que vous avez reçus de Satan, le Prince des ténèbres qui vous a pollué votre cerveau et vous n'avez pas refoulé ses injonctions perverses qui ont ainsi souillé votre raisonnement et votre âme (És. 1. 15 ; És. 1. 6). Je dus subir les 39 coups de la flagellation parce que vous méritiez la plus cruelle des corrections à cause de votre vie d'iniquité, cette grave culpabilité de la désobéissance et insoumission à la volonté du Père. Vous saviez que vous deviez avec amour répondre à Son amour. Vous saviez que vous deviez être soumis à Sa volonté comme fils et filles puisqu'Il vous a rachetés à un tel prix de souffrances, de la crèche à Golgotha en passant par l'agonie de Gethsémané. Le Père déjà vous avait appelés à marcher dans Ses voies d'amour pour être heureux en Lui et vous avez secoué le joug en vous rebellant contre le premier commandement et tous les autres. Mais vous avez tous préféré vos propres voies tortueuses et corrompues. Vous avez consulté des dieux étrangers et M'avez rejeté Moi et le Père. Vous vous êtes détournés du Dieu vivant et seul vrai Dieu et avez consulté les devins et les sorciers de ce monde corrompu. Vous ne vous êtes pas réfugiés en Moi lors de la tentation par vos penchants, vers l'argent, le sexe, la convoitise, le meurtre des enfants dans le sein de leur mère, la haine, le vol, le viol, et tout cet empire du péché, caché et connu de toutes créatures( Lévitique 26. 23-24 ; Job 5. 17-19 ; Proverbes15. 32 ; Proverbes 16. 20 ; Hébreux 12. 5-7).

Mais ce qui Me fit le plus souffrir, ce sont les crachats de la haine de ceux pour qui Je donnais Ma Vie pour les sauver (Jean 15. 23-24). Et ce mépris Je dois encore aujourd'hui le subir par tous ceux qui refusent de croire et de M'obéir dans la joie que pourtant J'y attache.
Et cette joie parfaite dont Je parle à Mes disciples, où est-elle pour tous ceux qui Me suivent sans réel amour, comme ceux qui marchent dans Mes voies à cause de la crainte du Jugement (Ésaïe 50. 5-7 ; Luc 18. 32-33). Si peu suivent Mon exemple d'amour devant la haine et le mépris. Mais oui, après avoir subi tout cela de la part des pécheurs, Je montai sur la croix pour mettre le comble à Mon amour en donnant Ma Vie pour vous tous, pour vous sauver de la mort et de l'Enfer. Je mourus aussi pour entrainer avec moi toute condamnation demeurée sur vous à cause de votre incrédulité. Et Je l'ai ensevelie loin de la face du Père dans les profondeurs de l’abîme (Michée 7. 19). Puis par Sa Gloire, Je ressuscitai afin que tous ceux qui acceptent de mourir avec Moi sur la croix puissent réellement revivre à une nouvelle vie avec Moi dans la puissance du Saint-Esprit que Je déverse sans mesure sur ceux qui vivent par Mon amour et pour Mon amour. C'est ici en Moi que vous avez en vous la Vie éternelle. Elle est pour vous en plénitude si de tout votre cœur vous vous engagez dans le Chemin, ce  Chemin de la Vie que J'ai tracé par Mon exemple sur cette terre (Jean 14. 3-6 ; Apoc. 17. 14 ; Apoc. 19. 6-8). Oui venez et goûtez combien le Seigneur est bon envers ceux qui L'aiment de tout leur cœur pour le temps présent et pour l’Éternité qui n'aura jamais de fin. Amen, Amen !



Yverdon, Décembre 1986. J. Schwab



P.S. : Comme je viens de terminer ce texte qui est certainement le plus important que j'eus à écrire de la part du Seigneur, le Seigneur vint vers moi et me dit : Ce jour est écrit en grand dans le Ciel à cause de l'importance de ce qui a été fait aujourd'hui pour Mon Église et sa préparation pour le Jour de Lumière qui est très près de vous car c'est ainsi comme tu l'as écrit sous Mon inspiration qu'il en sera. C'est ainsi que Je rencontrerai Mon Épouse pour la présenter au Père avant de l'introduire à la salle du banquet des noces de l'Agneau. Oui, c'est ainsi que Je la veux parée pour la grande Rencontre sur les Nuées étincelantes qui est pour très bientôt. Réjouissez-vous donc encore dans les souffrances que vous endurez pour Moi et pour votre salut éternel !



Jean Schwab
Mont-Tendre 3, CH-1400 Yverdon



Et pour ceux qui auront été trouvés fidèles, il en sera comme il est écrit dans Apocalypse 12. 11 : “ Ils l'ont vaincu par le Sang de l'Agneau et par la parole de leur témoignage ; ils n'ont point aimé leur vie, ils n'ont point reculé devant la mort.”


                                                                                            
 Haut de page             Retour à Catégories    









VU PAR LES ASTRONOMES


L'une des découvertes récentes les plus inspirées et les plus sensationnelles des astronomes, c'est la découverte d'un grand espace vide au nord de la nébuleuse de la constellation ORION. Les experts nous parlent d'une caverne si gigantesque que l'esprit de l'homme ne peut pas la comprendre? C'est d'une beauté si éclatante que les mots ne peuvent pas la décrire.

Ces révélations furent rendues possibles par de gigantesques lentilles. Celles-ci, plus de longues expositions de plaques photographiques, furent en outre agrandies. Ceci augmente la vision de l'homme d'une manière tellement énorme qu'il est capable de scruter dans les profondeurs de l'espace interstellaire et d'entrevoir l'étendue de l'infini lui-même.

Ce qui a été trouvé semble confirmer de gros morceaux de l'Écriture. Tous les astronomes modernes sont d'accord qu'il y a une immense percée dans Orion qui a, peut-être, plus de 16. 740. 000.000.000 miles de diamètre. Le diamètre autour de l'orbite de la Terre est de 186.000.000 miles. La distance      en elle-même est incompréhensible pour l'homme, et, cependant, la percée dans cette caverne d'Orion est 90.000 fois aussi large. En d'autres termes, nous pourrions mettre 30.000 systèmes solaires comme le nôtre, avec un soleil au centre de chacun d'eux, à travers l'entrée de la percée au nord et avoir encore de la place à épargner.

 Mais ce qui surpasse l'immensité de sa taille, c'est sa beauté exquise ; ses couleurs lumineuses ; il n'y a rien de semblable sur la terre. Le professeur Larkin de l'observatoire MT Lowe nous donne la description suivante :

''Ces photographies révèlent la percée et l'intérieur d'une caverne tellement prodigieuse que notre système solaire entier serait perdu dedans. Je l'ai regardée depuis les jours de ma jeunesse dans beaucoup de télescopes de différentes puissances, mais je n'ai jamais songé à ce que l'entière région centrale soit la bouche d'une caverne colossale. Le langage humain est impotent, la plume de l'écrivant et le pinceau de l'artiste sont sans vie et inertes dans tous leurs efforts pour décrire ce prodige.
Dans les profondeurs de la nébuleuse Orion, il y a des masses déchirées, tordues de verre brillant, des piliers et des colonnes de stalactites d'une splendeur étincelante et des stalagmites sortant du sol plissant. L'apparence est comme celle de la Lumière, brillante et rougeoyante derrière les parois herculéennes d'ivoire et de perles, constellées de millions d'étoiles qui brillent comme des diamants. Il doit y avoir une certaine raison pour laquelle cette grandeur est étalée à ce seul endroit dans les cieux. Les couleurs sont d'une teinte particulière à Orion et constellées autour de la percée, de sorte qu'elles apparaissent comme des pavés  de sable étoilé. Est-ce que cela serait en relation avec Apocalypse 21 : 10 : Et Jean vit la ville sainte descendre du ciel ?'' Ensuite dans Matthieu 25. 31; on nous dit que le Fils de Dieu viendra (de nouveau)  dans Sa gloire avec tous les saints anges. Pas étonnant que les astronomes (beaucoup d'entre eux sont athées) disent :

 Il nous semble être comme dans quelque puissante Présence quand nous scrutons cette partie des cieux. Nous devenons muets devant ce grand éclat de grandeur qui s'étend sur des trillions de miles.''

Je vous laisse donner votre propre interprétation de ces faits. Le cœur de l'homme de foi bondira avec grande joie quand il verra comment la science peut souvent confirmer sa foi qu'il chérit – la foi que la Bible est vraie – et que Christ reviendra, en temps voulu. C'est facile de reléguer le Paradis à un état d'esprit – d'en donner des explications suffisantes au lieu de croire ce qui est écrit réellement : qu'il y a un endroit défini au-dessus des étoiles où la Nouvelle Jérusalem existe déjà, prête à descendre sur Terre sous la Seigneurie de Christ, en son propre temps voulu.

Ceux qui se réjouissent d'une résurrection à la vie, à la venue de Christ peuvent reprendre courage. En tant que pèlerins, Ils ne sont pas de ce monde, mais ils en cherchent un autre, dans lequel la vérité habitera. Notre génération présente est tellement préoccupée par la puissance supposée illimitée de l'homme qu'elle ne veut pas croire que le seul être capable de réajuster le monde, c'est Dieu lui-même au travers de ma future seconde de venue de son Fils.

Il y aura des lecteurs qui seront confus de la façon dont le monde tourne. Ne soyez pas trompés. Attachez-vous fermement à ce que vous avez appris quand vous avez entendu pour la première fois la vieille histoire de l'Évangile à l'École du dimanche ou au Culte du dimanche. Le grand mal de cette époque, c'est que le réformateur social athée et le scientifique athée veulent mettre en doute les croyances qui vous ont été transmises par votre famille. Ils veulent vous ravir cette espérance qui soutient et qui est le fruit des Écritures.

Soyez sur vous gardes. Ne soyez pas tentés d'échanger les valeurs traditionnelles que maman nous a enseignées contre les philosophies douteuses de ces jours pervers et dangereux. Ne vous laissez pas séduire par des loups en vêtements de brebis. L'Église établie est criblée d'hommes d'église habiles qui ne croient plus à la divinité de Christ, à la souveraineté de Dieu et à la résurrection. Chaque dénomination a ses faux prophètes prêchant socialisme et émancipation des  hommes au travers de l'éducation et de la politique, et non au travers de la puissance de Dieu. Ne vous confiez pas à eux. Revenez à votre Bible.  
Nous aurons tous besoin de plus que la sagesse humaine pour survivre à la tempête qui approche.

Qu'est-ce que les Écritures enseignent ? Elles parlent d'un conflit à la fin de l'époque dans laquelle nous vivons. Elles disent qu'il y aura un temps de tourments comme il n'y en a jamais eu depuis que l'homme vint sur cette planète. Ça sera le produit final de la décadence humaine, du crime et de l'horreur. Seule la Bible nous donne une vue préliminaire de cet événement futur prodigieux. Après cela, Christ reviendra avec une grande puissance et une grande autorité et soumettra toutes les nations à la loi morale et devine. Quelle que soit l'heure de Sa venue – cela peut être au début du prochain siècle ou, peut-être, seulement à un battement de cœur. (Matthieu 24 : 1-35 ; Marc 13 : 14-37 ; Luc 21 : 20-36 ; 1 Thess. 4 : 13-18 ; 5 : 1-11).

Qu'est-ce qui nous sauvera de la dévastation de ces jours-là ? La GRÂCE. La faveur non méritée du Créateur. Ça sera la seule puissance au ciel et sur la terre pour nous sauver en ce jour-là. Comment ? La Bible nous enseigne que  cela est donné librement à tous ceux qui croient et qui ont foi dans l'efficacité du sacrifice de Christ. (Act. 2 : 37-47).
Quel réconfort d'avoir connaissance de la résurrection ! Quelle faveur pour l'esprit de demeurer dans cette espérance immense et glorieuse ! C'est l'entrée en la présence de votre Créateur, que nous devrons tous affronter à un certain moment dans l'éternité. Nous avons tendance à oublier qu'Il est un père qui aime ses enfants et qu'Il a l'intention (2 Pierre 3 : 8-10) que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Bientôt viendra le grand réveil... bientôt le déchirement de la tombe... ensuite la dispersion  de toutes les ombres... et la fin des peines et des ténèbres…

  (Extrait)  T. Barfram


                                                                       Haut de page             Retour à Catégories    








HELVETIE, mon Peuple : Debout !

Mais vers le soir, la Lumière se lèvera... ! Zacharie 14 : 7.

MOBILISATION POUR L'ACTION OFFENSIVE DE DIEU

Ainsi  parle le Seigneur à Son Église et à Son Peuple,

Par  l'Esprit de Vie de l’Église de prophétie et de révélation au travers de celui que j'ai aimé, que j'ai malaxé comme l'argile du potier en le faisant passer par la souffrance et l'épreuve afin de le former et de le rendre apte à exercer le ministère pour lequel, je l'ai destiné dès le sein de sa mère, dans le temps de la fin pour être un porte-parole auprès de Mon peuple et de Mon Église, par l’Onction de mon Esprit. Si je me plais d'utiliser les choses faibles pour confondre les fortes, n'ayez donc en vous aucun ressentiment, si j'ai trouvé dans ce fils du terroir, un homme selon Mon cœur. --Mon peuple, écoute-Moi car aujourd'hui, j'ai  à te parler. Parce que je t'ai aimé dès les temps anciens, mon œil es  ouvert sur toi. Mais comme avec Israël, j'ai un procès avec toi ! (Osée 4 : 1-2) Comme lui, tu as bâti des palais, au lieu d'habiter  dans des tentes et marchant  vers Canaan, le bâton de pèlerin à la main. Abandonnant la simplicité, tu es entré dans la servitude et les liens du modernisme et du conformisme. Et je te vois, confortablement installé sur des coussins. Avec indignation, je vois  ta mollesse, ta nonchalance, ta paresse spirituelle et tu te  plais dans cette faiblesse et tu es sans réaction devant cette marée du péché qui envahit tes portes. Tu vois l'apostasie se lever comme une tempête sur le monde et tu ne cries point à Moi parce que tu n'éprouves aucune détresse en toi. Tu te contentes de dire en ton cœur : ''Ce sont  les signes du temps de la fin''. Dans ton apathie, tu oublies même que je suis un Dieu saint, trois fois saint  et que je veux une épouse pure, sans tache, ni ride. Tu n'éprouves même pas le besoin d'intercéder afin que j'intervienne. IL y a 20-25 ans, un tel désir s'était manifesté mais sans cette détermination de vaincre à tout prix pour provoquer l'intervention et l'action de Mon bras pour une évolution  selon Mon grand plaisir. Tu t('es laissé prendre dans  le filet du Malin : Il a créé en toi la fatigue, la lassitude spirituelle et ton élan de foi et d'amour s'est effrité devant le mur de l'incrédulité du monde religieux, mou et indolent, incapable de vouloir ce que Dieu veut.
Mais maintenant mon peuple, je prends à témoin le Ciel contre  toi  pour condamner la culpabilité de ton indifférence. Jette loin de toi les coussins de luxe, de la légèreté, de l'égoïsme, de la propre-justice. Réveille-toi, toi qui dors ! Sors de l'ornière de cette corruption, de cette paresse et de cette indifférence envers les perdus. Brise en toi les liens de Satan. Dans le jeûne et la prière, recherche Ma face. Purifie ton cœur des œuvres mortes, afin que ce  qui est mortel en toi soit absorbé par le Vivant. Car tu es sans force et sans Vie triomphante en face de ce déferlement de puissances de ténèbres et de péchés. Tant de temps, tu as gaspillé devant Moi pour des futilités. Tant d'argent,n tu as gaspillé hors de mes desseins. Tant de capacités et de facultés, tu as gaspillées, soustraites à mes directives...  Réalise donc maintenant que le temps est court pour sauver le Pays.
C'est pourquoi, avec amour et fierté, considère ton emblème national... N'y vois-u pas l'expression de ta foi et le signe de ma victoire ? Enlève de cet étendard le signe de Ma victoire et l'expression de ta foi et que reste-t-il ? L'emblème de Gog et de Magog, signe de la haine et de la cruauté. A cause du temps qui désormais est court, je ne te propose pas mais parce que je te considère collaborateur partageant avec Moi ce plan de sauvetage, j'ordonne que partout, dans tout le le pays, vous constituez  des cellules et des groupes de prière et de foi pour la manifestation de salut dans ce pays et dans le monde. Que partout, de Genève à Romanshorn et au Tessin, monte jour et nuit votre intercession dans la supplication et l'action de grâce  pour l’œuvre que sans trader, je veux entreprendre en vous et au travers de chacun de vous. Cessez donc de ''prioter ''  selon vos vielles habitudes dans votre petit coin particulier. Mais par le Saint-Esprit, invoquez-Moi en vous appuyant sur Ma parole et principalement  sur la promesse consignée dans 2 Chroniques 7/ 14. Escaladez les barrières de votre confinité spirituelle. Aime-vous ardemment les uns les autres
afin que l'Esprit  de Vie puisse vous unir dans ce combat décisif que je vous commande. Priez et œuvrez afin que  la presse, la Radio et la T.V. Soient à Ma disposition pour propager au loin ce Souffle de        Vie.
Car voici, comme un vent  impérieux, je vais passer dans ce pays, comme un souffle emportant dans son courant de Vie ce qui est tourné vers Moi et qui soupire après une intervention du Dieu vivant et vrai. Mais je dis : Malheur à celui et çà ceux qui s’opposeront  ce Souffle de création et de guérison. Malheur à celui et à ceux qui ne seront pas pénétrés de ma pensée et de Ma connaissance de grâce et de miséricorde. Oui, malheur à celui et à ceux qui blasphémeront contre Mon plan d'amour et de grâce, je les jetterai dans la poussière comme Uzza, Acan, Ananias, Saphira, afin que l'on sache que je suis le Seigneur, l’Éternel et que l'on craigne mon Nom !
Si j'ai formé le projet de manifester Ma puissance au milieu de toi, mon peuple c'est non seulement  que tu sois ramené à  la Vie véritable mais afin qu'une fois de plus, l'Helvétie soit un refuge, un havre de paix dans la tourmente qui va fondre sur la terre et aussi afin qu'auprès comme au loin, tu sois comme les prémices d'une Église et d'un peuple  qui a retrouvé les chemins d'autrefois, là où Mon Esprit est à l'aise et à l’œuvre pour sauver encore dans ce monde ce qui peut être sauvé avant la nuit qui vient, après le grand Jour de Lumière que j'ai préparé pour ceux qui m'auront aimé en donnant  leur vie pour Moi. Dans cette attente, souvient-toi qu'il faut qu'en ton cœur et dans ta foi, la croix libératrice retrouve et conserve toute sa puissance de métamorphose pour l'action  offensive que sans tarder, je vais entreprendre. Si au pied de cette croix, tu restes attaché, le vivant symbole  que reflète sur ton étendard Ma victoire et ta foi, par ta consécration, tu préserveras le pays de l'emprise idéologique du communisme, de la puissance  de Gog-Magog qui va encore faire alliacée avec la Reine de la prostitution, assise sur les sept montagnes par l'intermédiaire des démons puissants et perfides du jésuitisme.
Oui, tous ces pouvoirs d'obstruction que Satan dresse dans le pays doivent être vaincus par prière la foi, comme je vous en ai ordonné l'exercice, afin que se réalise là déjà ma parole écrite dans Esaïe 59. 19 et 20. Oui, par Mon souffle puissant que rien ne peut arrêter, j'écraserai ces retranchements de ténèbres comme la poussière emportée par un vent impétueux en jetant la confusion par la destruction. C'est pourquoi, sans interruption priez, luttez avec ardeur par l'intercession pour l'engendrement et l'enfantement à la vie de ce que je désire faire  avec vous tous. Par la foi, remportez en votre cœur toutes ces victoires, pour que par Mon intervention, les desseins de Satan soient dévoilés et déjoués et que ma puissance  de Vie puisse couler comme un fleuve pour fondre les cœurs les plus durs, les plus endurcis sous l'action de Mon feu purificateur par lequel, je vais accomplir mes desseins , mon plan d'amour et de salut au sien de mon peuple/ C'est pourquoi, armez-vous de cet impératif, couvert sous le précieux sang de Jésus et dans la crainte qui Lui est due :

LE PRIX DU RÉVEIL, C'EST TON OBÉISSANCE !


  Amen Seigneur Jésus ! Maranatha !
                                                                                            
                                                                                         En Son Nom, le plus petit d'entre vous :
                                                                                                                                      J. Schwab
                                                                                                          Mont-tendre 31400-Yverdon


N.B. Après avoir été maintenant sous l'injonction de l'Esprit pour exprimer Sa pensée pour nous tous, je me sens si faible, si peu de chose, rien, mais c'est Lui qui est tout pour moi et comme Lui-même l'a dit à ses disciples comme Il le dit à  nous tous qui avons été rachetés par une immense, incompréhensible et inexprimable grâce,  lorsque vous aurez fait tout ce que je vous ai commandé, dites  que vous n'avez rien fait. Et c'est si juste car c'est Lui qui l'a fait en nous et par nous. Là,  est mon désir le plus ardent, l'être à Sa disposition, Lui que j'aime de tout mon cœur. C'est aussi la prière que je formule pour vous tous. Je connais certains d'entre vous, mais pour la plupart, je suis un étranger mais n’êtes pas des étrangers pour moi parce que je vous aime dans l'amour de  Jésus, en sachant que vous êtes ou serez au bénéfice  de la même grâce dans cette offensive d'amour qu'Il vient de nous révéler afin que tu devant lui, nous endossions nos responsabilités dans une consécration totale selon la pleine mesure de Son secours.
Votre frère, Jean Schwab

                                                                                             Haut de page             Retour à Catégories    







MARCHER AVEC JÉSUS


Cher frères et sœurs en Christ.
Je vous recommande de lire ce témoignage. Il vous aidera à marcher dans la vérité, à la suite de notre Seigneur Jésus-Christ. Pour marcher avec Jésus-Christ, il ne suffit pas d'avoir la Bible sous son bras, ou de porter sa croix, son chapelet, son Tash...
ou un insigne quelconque objet de représentation divine ; ce n'est pas ça.
Marcher avec Jésus-Christ, c'est l'avoir au fond de son cœur, présent dans nos habitudes, que ce soit dans le voyage, dans les hôpitaux, dans la prison, au travail, à l'école, au marché et où que vous vous dirigiez.
Nous constatons que même les féticheurs, les voleurs, les magiciens et tous ceux qui font le mal, utilisent la Bible, le chapelet, le tash.... quand ils commettent leurs forfaits. Inutile de dire qu'ils n'ont pas la vie éternelle.
Marcher avec Jésus, c'est le porter dans notre cœur en tant que croyant, comme Hénoc qui marchait avec Dieu et qui fut pris, (Gen.5. 24). De même Élie marchait avec Dieu et fut enlevé au ciel dans un tourbillon. (2 Rois chap 2). Pour avoir marché fidèlement avec Jésus, Étienne vit les cieux  ouverts et- le Fils de l'homme se tenant à la droite de Dieu. (Actes 7:36). De même, Daniel marchait avec Dieu et fut protégé dans la fosse aux lions, puis délivré. (Daniel 6/23)
C'est pourquoi, chers frères et sœurs en Christ, je rédige ce témoignage digne de foi. Je suis détenu à la prison centrale de Makala. Un jour, je fus frappé d'une forte fièvre. Je dus me rendre au dispensaire. J'étais livré à moi-même, sans soins. Un frère vint me déposer une enveloppe, laquelle contenait un traité intitulé ''Partout avec Jésus''. Après avoir lu ce merveilleux poème un changement radical c'est opéré en moi, la maladie dont je souffrais était disparue.  Je consultais les Saintes écritures et tombais sur le passage du Ps 27v. 10 qui dit : ''Quand mon père et ma mère m'abandonnerait, l'Éternel me recueillera.'' Je lus également en Romains 3/25-26 : '''est Lui que Dieu a destiné à être une victime expiatoire pour tous ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impuni les péchés  commis auparavant , au temps de sa patience, afin dit l'apôtre Paul, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière  à être juste en justifiant'' celui qui à la foi en Jésus.''
C'est pourquoi, chers frères et sœurs, je vus exhorte à demeurer en la foi de notre Seigneur Jésus-Christ et à tenir ferme jusqu'à sa venue.
A son retour, le Seigneur nous donnera la couronne de vie, qu'il a promise à ceux qui l'aiment.(Jacques 1/1) Puis également cette autre promesse d'Apocalypse 3/12) : ''Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu et il n'en sortira plus. J'écrirai sur lui le nom de mon Dieu et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nouveau nom.'' N'est-ce pas là une belle espérance ?
Il rest temps encore aujourd'hui d'être scellé du Saint-Esprit, signe de notre appartenance à Jésus-Christ. Ainsi, nous serons prêts pour le jour de son glorieux retour.
A tous ceux qui sont fidèles en Jésus-Christ, que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et de la par de son Fils bien-aimé.
                                                                                                                                  Kabasu-Babo


Rédempteur fidèle,
l'Église ici-bas,
Soupire et t'appelle,
Viens, ne tarde pas !
O divine étoile,
Que dans notre cœur
Nulle ombre ne voile
Ta sainte splendeur !



Céleste journées,
Bonheur des élus,
O foi couronnée !
Viens, ne tarde plus.
Alors ton Église
sera dans ce jour,
A jamais admise
Aux parvis d'amour !
Je n'ai pas honte de l'Évangile, car il est la puissance de Dieu en salut à quiconque croit.
   Romains 1, 16

 Haut de page             Retour à Catégories     














Cezar Bezamahouta (FRANCE)   
Samedi 23 -08- 87, à 5h.40.

CHERS FRÈRES, PASTEURS ET ANCIENS DES 

ÉGLISES,


J'ai la joie de vous transmettre le message d'avertissement que le Seigneur m'a donné le matin du 23-08-1987 à 5h 40 conformément à la Parole de Dieu : ''toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu dis écouter la Parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part. Quand je dis au méchant : Méchant, tu mourras ! Si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa voie, ce méchant mourra dans son iniquité, et je te redemandera son sang. Mais si tu avertis le méchant pour le détourner de sa voie, et qu'il ne s'en détourne pas, il mourra dans son iniquité, et toi tu sauveras ton âme. ''Ézéchiel 33. 7-9. Voilà la prophétie que le Seigneur m'a donnée :

''Vous devriez être les gardiens de Mon peuple, de Mes brebis, pour veiller sur elles, les soigner. Que faites-vous maintenant en travaillant par la chair ? Repentez-vous des jalousies, de l'activisme, de l'orgueil, des pensées perverses, des envies, des calomnies, des mensonges, de l'adultère et du despotisme. Prenez garde à Mon peuple que Je me suis acquis par mon sang. Les gardiens de Mon peuple doivent vivre dans l'amour et tout faire par amour. D'où viennent les rapines du milieu de vous ? Je déteste les œuvres de la chair. Qu'avez-vous fait de ma Parole ? Ceux qui me connaissent gardent tous mes commandements, demeurent en Moi et sont conduits par Mon Esprit. Comment annoncez-vous Ma parole et ne la mettez-vous pas en pratique ? Hypocrites que vous êtes, repentez-vous et revenez à moi. Que celui qui annonce ma Parole, parle par l'Esprit, et qu'il remplisse son ministère selon la force que Je donne, afin qu'en toutes choses Je sois glorifié et que mon peuple vive. Seul l'Esprit vivifie mais la chair tue. Repentez-vous des œuvres  de la chair car l'heure est venue où Je vais juger ceux de Mon peuple pour le purifier des œuvres de la chair. Mon Église doit vivre par mon Esprit et marcher par Mon Esprit. Purifiez-vous et marchez selon Mon Esprit dans l'amour pour paître Mes brebis et Mes agneaux. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. Avez-vous oublié que ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de Mon Père qui dans les cieux ? Vous direz Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par Ton Nom ? N'avons-nous pas  chassé des démons par Ton Nom ?  Et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par Ton nom ? Je vous dis aujourd'hui : repentez-vous des œuvres de la chair, ouvriers de l'iniquité. Soyez soumis à Mon Esprit et marchez par l'Esprit alors Je me révèlerai à vous de nouveau, vivez Ma parole dans toute Son intégralité et vous vivrez. Car l'heure des tribulations vient où vaincront seulement ceux qui sont saints dans toute leur conduite car tout ce qui est de la chair va s'ébranler. Je prépare Mon peuple à Mon retour afin que Mon épouse l'Eglise soit  sainte, glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable et irrépréhensible. N'ayez aucune  part avec l'iniquité et vous vivrez. Celui qui gardera Ma Parole et Mon Nom, Je le garderai aussi à l'heure de la tribulation, qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. A celui qui vaincra, Je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende et il vivra.''

''A Celui qui peut nous préserver de toute chute et vous faire paraître devant Sa gloire irrépréhensibles et dans l'allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen ! ''(Jude24 : 25)

Réf : Je 23. 1-8 ; Mt 7. 19-23 ; Ro 6. 8 ; Gal 5. 16 à 6. 1-10 ; 1 Ti 3. 1-13 ; 1 Pi 1. 13-25 ; 4. 11, 17 ; He 12. 25-29 ; Ap 2. 7 ; 3. 10 ; Jn 21. 15-17.     

                                                                                           Haut de page             Retour à Catégories    






LA FOI POUR DONNER




      Les amis de l'AMI écrivent. Leurs lettres nous encouragent toujours mais il arrive qu'elles fassent beaucoup plus et nous donnent une véritable exhortation par leur témoignage. C'est le cas de cette lettre que nous publions avec l'autorisation de son auteur. Puisse cette foi, que Dieu a honorée, être pour chacun de nous un vivant modèle qui nous entraînera sur le chemin où le Seigneur veut nous conduire.

                                                                                                                       A. Brisset


                        Très chers amis en Jésus,

       Je remercie le Seigneur pour la bénédiction par laquelle Il manifeste Sa présence dans toute l'œuvre missionnaire que vous représentez dans cette partie de ma chère Afrique.

       C'est avec beaucoup de joie que tous les mois, je puis vous envoyer quelques fruits de mon amour pour le Sauveur
      Pendant bien des années, JE N'AVAIS PAS COMPRIS LA GRÂCE QUI SE TROUVE DANS LA DÎME et je craignais de ne pas pouvoir ''tourner''. MAIS UN JOUR, J'AI FAIT UN ACTE DE FOI, celui que nous propose Malachie 3. 10, et j'ai dû constater combien cette promesse est vraie :

 « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes,
« Afin qu'il y ait de la nourriture dans ma maison ;
« Mettez-moi de la sorte à l'épreuve,
« Dit l'Éternel des armées.
« Et vous verrez si je n'ouvre pas pour vous les écluses des cieux,
« Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. »

Si bien que, MAINTENANT, JE PUIS GRÂCE À SA BÉNÉDICTION CONSACRER LES 30 % -40 % DE MON GAIN. J'en suis si heureux que j'ai demandé au Seigneur de pouvoir franchir cette année le cap des 50 % (Hébreux 13. 21).

Et j'aimerais par ces quelques lignes, encourager tous ceux qui doutent peut-être encore ou craignent de faire le pas décisif. Autrefois, avec peine, je soutenais 1-2 œuvres de Dieu ; aujourd'hui, avec Sa bénédiction, j'en soutiens 12. Et cela, c'est Son action merveilleuse. À lui soit toute la Gloire !

                                                                                                     Jean  Schwab  à Yverdon
          

                                                                                   Haut de page             Retour à Catégories





MES MEILLEURS VŒUX !


Shalon, Shalom ! Ainsi entre eux, les Hébreux se saluent ;
Ce qui veut dire : « Au nom du Seigneur, je te salue ! »
Comme les premiers chrétiens se disaient :  « A Dieu ! »
Se recommandant ainsi mutuellement à la grâce de Dieu.
Salutation qui est devenue en toute banalité,
Par la tradition, notre  « Adieu ! » sans vérité.
Une salutation, ne doit-elle pas être un désir exprimé,
Un vœu pour une personne très honnêtement formulé ?
A quelqu ‘un dis-tu sincèrement : « Bonjour ! »
Pour la personne, tu désires en ce jour,
La bénédiction d’En-Haut sans laquelle nul ne peut progresser,
Sinon celui qui, à l’Eternel, son sort a vraiment confié…
Le Psalmiste dit : « L’Eternel  accomplira tous tes vœux !
De ceux qui souffrent et crient à Lui, Il entend les vœux.
Paul, de toutes les profondeurs de son âme, désirait
En s’écriant : « C’est là mon vœu, qu’ils soient sauvés ! »
Oui, l’Eternel accomplit les désirs de ceux qui le craignent ;
Et Il arrache au danger, ceux que les ennemis contraignent !
N’a-t-Il pas dit : « Je suis l’Alpha et l’Oméga ! »
Je veille sur la vie de celui qui, sa vie me confia !
Si les dons et les appels de Dieu sont irrévocables,
Le secours de Sa grâce pour tous aussi restera immuable !
Car à chacun, Il nous demande d’exercer une sainte vocation ;
En son cœur, chacun doit connaître Sa personnelle vocation !
Dans Sa paix et Son repos, par la communion, tu sauras…
Pour toi, les plans d’amour de Celui qui pour Lui te sauva !
Car c’est Lui qui en nous crée le vouloir et le faire.
Il suffit de vouloir l’écouter en apprenant à se taire.
Oui, celui qui a bien prié a bien étudié,
Et ne verra aucun de ses problèmes non élucidé.
Regarde autour de toi, comme notre Pays est dévasté !
Pourtant, tous les jours, un évangile est annoncé,
Mais où sont les fruits de ceux qui s’y sont consacrés ?
Hélas, bien imprégnés de religiosité mais minés par le péché !
Tous retournons et nous retrouvons à la source de la primitive Eglise,
Là, avec les premiers disciples du Christ et de l’authentique Eglise !
Y apprenant à lutter, prier dans la foi, souffrant pour survivre.
Tous les jours, dans le sillage du Ressuscité, ils voulaient vivre ;
Pour l’amour de leur Sauveur, était le seul but de leur vie.
Tant que nous ne l’aurons pas compris, Christ n’est pas notre vie !

Le négliger, nous priverait sans aucun doute, de la « Couronne de vie ! »
Seigneur, pour t’obéir, par ton St-Esprit, viens et nous remplis de Ta Vie !


                                                                                                    Jean Schwab 

                                                                           Haut de page             Retour à Catégories    










JEUNESSE… ECOUTE-MOI !

Comme toi, j’ai un grave procès avec ce monde,
Où il n’y a de la vérité que son ombre.
On te reproche avec justesse ton émancipation ;
Car tu as en toi l’esprit de la contestation.
Fort heureusement, tu n’es pas parmi les satisfaits.
… Oui, donner à cette injustice un bon coup de balais !
Où la politique n’est qu’un bla-bla de mensonge !
Et l’on aime recourir à la religion comme à une éponge,
Pour cacher les saletés, quand un peu top criardes.
Et par-dessus tout cela, que vive la fanfaronnade!
Mais sachez bien que de toute cette comédie,
On est au dernier acte de cette vulgaire hypocrisie.
Comme remède, les gauchistes vous proposent leur idéologie ;
Du Diable, c’est bien la plus alléchante des liturgies !
Croyez-vous à un règne de paix échafaudé sur la haine ?
Renvoyez-les dans leur « paradis » avec ces balivernes !
Ils n’ont jamais exporté que des techniciens de la subversion et des armes.
Tandis que leurs peuples, trompés vivent misérablement, la mort dans l’âme.
Façonnés et endoctrinés par le parti comme des robots,
Et dépersonnifiés, ils ne sont qu’instruments de boulot.
Pour eux, penser honnêtement, mais c’est un crime !
Questionnez  vins, Rascol, Shakarow, lisez soljenitzine !
Il y a trente ans, s’effondrait d’Hitler le despotisme ;
Dans la nuit des temps tombait la folie de cet odieux racisme !
Pareillement, cette génération verra la spectaculaire chute
Du cheval roux, de toute son idéologie et son culte !
La parole immuable du Dieu de Vérité l’atteste !
Dans vingt ans, personne ne pourra dire : Je le conteste !
Et pour plus facilement faire tomber l’occidental hémisphère,
L’Orient, plein de charme vous envoie ses rusés émissaires,
Avec toute la panoplie de ses empoisonnantes drogues :
Ces religions embuées de Maryajana, tel qu’un dogme !
Alors que chez eux, sommairement  est puni de mort,
Qui absorbe de la drogue, hélas connaît son sort !
Jeunesse, Jeunesse, je t’en supplie, donc ouvre les yeux !
Depuis 1967, déjà est libre Jérusalem, ce Saint-Lieu,
Qui doit bientôt du monde, devenir le gouvernement de Dieu.
Car c’est de là que sortira la Parole du triomphe de Dieu !
Après qu’à Meggido, Il aura détruit tous ses ennemis,
Pour délivrer sur la terre tous les opprimés et peuples amis.
Car c’est Lui, JÉSUS, qui instaurera le règne de l’ordre nouveau,
Fondé sur l’Amour, la Vérité et la Justice. Oh que ce sera beau !
C’est pourquoi, Jeunesse, Il t’appelle, résolument lève-toi !
Car Celui qui a porté et expié tes péchés à la croix,
Désire que tu vives et agisses pour Lui dans la foi !
Oui que tu l’aimes comme Lui, qui t’a tant aimé,
Puisqu’Il t’a pardonné et effacé tous tes péchés !
Qu’attends-tu donc de te livrer entièrement à Lui ?
Puisque de la vie, toutes les réalités sont en Lui !
Alors vous connaîtrez Celui dont le Nom est : JE SUIS !
Renonce au péché de ce monde corrompu et à ses pompes !
Reçois Son Esprit comme un fleuve qui vous inonde !
Sors en délaissant les églises de la grande Babylone !
Et joins-toi à celle qui adore JÉSUS et son frère !
Car voici,  Il  va au  milieu de toi confirmer toute Sa Parole,
Afin que le monde sache que seule est Vérité, Sa Parole !
Je sais que tu soupires et que tu as soif de cette Vérité !
Moi seul, dit-il, «  Je suis cette précieuse et vivante réalité ! »
Moi seul, puis répondre à tes sécrètes et profondes aspirations,
Et combler le vide de ton cœur par Ma présence et Ma bénédiction !
Tu peux compter sur Moi ! Et Moi, puis-je compter sur toi ?
Regarde vers Moi et sans tarder, sincèrement réponds-Moi !!!

Jean SCHWAB

                                                                                      Haut de page             Retour à Catégories    





LA PRIÈRE DES FILS DE JONAS


La Parole de l’Eternel fut adressée à Jonas,
Tandis qu’il savourait, assis devant sa case,
L’ombre bienfaisante d’un palmier-dattier,
A la main, un bol de délicieux jus de cocotier.
— Ah, Seigneur, qu’il fait bon goûter tes bienfaits ;
C’est comme si en Eden, l’on se retrouvait ! …
—Papa, c’est demain que nous partons à Tarsis ?
Oui, Maman ce matin en déjeunant nous l’a appris ;
Quelles belles vacances en perspective ensemble !
—Oui, mais moi devant l’Eternel, je tremble…
Car Il vient de me parler de façon si incisive :
« Aujourd’hui, fais-toi un bagage et pars à Ninive !
Et dans toute cette immense ville proscrite,
Crie : Dans quarante jours, Ninive sera détruite ! 
—Oui mais Papa, et alors nos vacances ?
Nous n’allons pas pour y faire bombance !
—Jonas ! dit Maman, les enfants ont sûrement raison…
Et après cela, tu partiras accomplir ta sainte vocation !
Nos champs sont labourés et tous bien ensemencés,
Et l’Eternel par Sa bénédiction fera germer.
—Alors ensemble dirigez-vous toujours vers Tarsis,
Demain avant le soir, tous je vous rejoindrai,
Alors avec vous, je me reposerai et me réjouirai !
Mais hélas, l’Eternel n’accomplit point ces délices.
—Jonas ! L’obéissance vaut mieux que les sacrifices !
L’âme troublée, il se rendit à Japho et partit ;
Payant son billet de bateau,  s’embarqua pour Tarsis.
Mais l’Eternel fit se lever un vent très violent !...
—Prophète, que fais-tu là, Jonas, dormeur insouciant ?
A l’eau toute ta honteuse paresse et sa malédiction !
Mais Dieu en ses compassions infinies envoya un gros poisson
Qui le recueillit en son ventre transformé en étroite prison.
Là, après trois jours de captivité et de souffrances,
Jonas comprit  enfin que son salut était dans l’obéissance.
—O Eternel, délivre-moi, oui, je veux aller te servir à Ninive !
—Je ne prends point plaisir en la mort des pécheurs mais en une nouvelle vie !
—Seigneur, pardonne ma folie, toujours j’ai cherché à sauver ma propre vie !
Et Jonas partit, prêchant la repentance à tous les habitants de Ninive,
Lesquels se convertirent et recherchèrent la face de l’Eternel.
Ainsi fut sauvée Ninive du décret divin et de son destin si cruel.
Mon frère, ma sœur, notre Pays le sera-t-il par ta nouvelle consécration ?



                                                                             Jean Schwab
 
                                                                                         Haut de page             Retour à Catégories    









La BIBLE

Ce livre merveilleux contient les intentions de Dieu, l'état de l'homme, le chemin du salut, la punition du pécheur non repentant, la sainteté des croyants. Ses enseignements sont saints ; ses
prescriptions nous engagent ; ses histoires sont vraies, ses ordonnances irréfutables.                 

Lis-la pour être sage. Vis d'après ses enseignements pour ton bien et pour la gloire de ton  Dieu. Elle est la lumière qui t'éclairera et te conduira. Elle est la nourriture pour te soutenir,
la consolation et le rafraîchissement dans tes épreuves. Elle est la carte routière du voyageur,
le bâton du pèlerin, la boussole du capitaine, l'épée du guerrier, la bannière du croyant. Là, avec d'autres, tu y découvriras un nouveau paradis, le ciel t'y sera grandement ouvert et les portes de l'enfer resteront fermées à cause de ta foi en l'œuvre rédemptrice de Golgotha.

Christ est la plus noble personne de ce livre, le salut un don divin, la gloire de Dieu son but final. Elle doit pénétrer ton être, occuper ta mémoire, régir ton cœur et diriger tes pas.
Lis-la lentement, avec prière et avec foi et le Saint-Esprit te la fera comprendre. Elle est une source de richesse, un fleuve de joie divine. Elle te récompensera pour le plus petit comme pour le plus grand travail que tu auras accompli pour ton Maître. Hélas, elle condamnera tous ceux qui n'auront pas pris au sérieux ses enseignements. On ne se moque pas de Dieu., ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera.    Galates 6.7


Édité par :     GROUPE ÉVANGÉLIQUE, Case postale 16, CH-1350 Orbe

                                                                                                     



Ta parole est la vérité.                                                                                             Jean 17. 17

Le ciel et la terre passeront mais mes PAROLES ne passeront point.                        Matth. 24. 35
La PAROLE ….... qui peut sauver vos âmes.                                                           Jacques  1. 21
Les PAROLES que je vous ai dites sont Esprit et vie.                                                Jean 6. 23
Je me confie en ta PAROLE.                                                                                  Psaume 119. 42
Ta PAROLE est une lampe à mon pied et une lumière sur mon sentier.                        ''    119. 105
La révélation de ta PAROLE éclaire, elle donne de l'intelligence aux simples.                ''     119. 130
J'ai de la joie en ta PAROLE comme celui qui trouve un grand butin.                            ''     119. 162
Tes PAROLES ont  fait la joie et l'allégresse de mon cœur.                                        Jérémie 15. 16
Vous avez été régénérés..... par la vivante et permanente PAROLE de DIEU.            1 Pier. 2. 23
Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner                 1 Jean 1. 9
Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché.                                          1 Jean 1. 7

Distribué par Mission Maranatha 1400-YVERDON Suisse

 Haut de page             Retour à Catégories    










     UNE VAGUE DE MOUVEMENT ŒCUMÉNIQUE



      Une nouvelle entente vient d'être signée entre Protestants et Catholiques. Cette
fois-ci c'est l'église Luthérienne qui a signé un accord avec l'église catholique. (Cité
du Vatican, 11 juin 1999)
Dans les dernières années nous avons été témoins que plusieurs églises ont signé
des accords avec l'église Catholique romaine afin de s'approcher les unes d'avec
les autres. Des dénominations telles que l'église Anglicane, l'église Ménomite,
l'église Presbytérienne des ÉU., l'église Unie de Christ, l'église Épiscal, les disciples
de Christ
...
Suivies aussi par une vague d'évangélistes qui à leur tour ont signé des ententes
avec l'église catholique. Des personnes célèbres comme : Chuck Colson, Bill Bright,
Pat Robertson, Billy Graham, Franklin Graham, Bill Hybels, Robert Schuller, Gerald
Coates, Max Lucado, James Dodson
...
Des organisations telles que : Le Conseil œcuménique des églises (World Council
of Churches), Le Conseil canadien des églises (Canadian Council of churches), The
Atlantic Ecumenical Council, AD 2000, Promise Keepers, Campus Crusade for
Christ, United Religion Initiative, La Société biblique canadienne, l'Alliance biblique
universelle, toutes ces organisations ont de sérieux lien avec l'église Catholique
romaine.


      L'évènement appelé ''La marche pour Jésus'', rejoint toutes les dénominations qui se
déclarent chrétiennes telles que les Mormons, l'église de Dieu, les Anglicans, les
Pentecôtistes etc.
Dans ce genre de mouvement peu importe la doctrine, l'église Catholique n'en tient
pas compte, ce qui compte pour elle c'est de rassembler le plus de personnes
ensemble sous sa domination subtile, car tous ceux qui y participent deviennent
partenaires avec l'église Catholique romaine.
Une vague de mouvement 
œcuménique entoure notre planète et tous ceux qui s'y
opposent sont catalogués de fondamentalistes , de cancer, de personnes sans
amour et sans tolérance.
Pourtant la Parole est tellement claire à ce sujet, tout enfant de Dieu qui participe
soit directement ou indirectement à ces organisations ou évènements 
œcuméniques doit sortir du milieu d'elles afin de ne pas participer à ses plaies.
(Apocalypse 18)

      En tant que chrétiens, nous qui avons reçu la vérité, nous qui sommes la lumière
dans ce monde nous devons nous lever et faire face à tous ceux qui s'opposent à la
vérité. Nous devons prêcher tout le Conseil de Dieu et non pas ce qui nous plaît
seulement. Prendre position contre les choses qui sont contraires à la Parole.
Cessez de faire l'autruche et commencez à dénoncer le danger qui s'abat dans nos
églises présentement.
Le Seigneur a dit:
Mais quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? Luc 18: 8

Toute l'adoration de ces personnages célèbres ou de ces organisations ne plaît pas
et ne se rend pas à Dieu. Car Dieu est esprit et il doit être adoré en esprit et en VÉRITÉ. Jean 4:24

Deux personnes peuvent-elles marcher ensemble sans être en accord (Amos 3:3) ?
Nous ne pouvons marcher , adorer, ou évangéliser avec quelqu'un ou avec un
organisme qui enseigne un autre évangile, car tôt ou tard quelqu'un devra faire un
compromis et ce n'est pas le malin qui va se compromettre.
      Si quelqu'un vous dit, pour se justifier, que personne n'est parfait, alors rappelez-lui,
que seulement des pécheurs repentants hériteront de la vie éternelle et que les
rebelles n'entreront pas dans le Royaume de Dieu.

Claude Lamontagne


Les versets bibliques sont tirés de 'La Bible' version d'Ostervald Révisée; Édition de 1996
                                                                               
                                                                                      Haut de page             Retour à Catégories 














FAITES VOUS PARTIE DU MOUVEMENT ŒCUMÉNIQUE?


       Claude Lamontagne


      Vous trouverez ici une liste d'organisation 
œcuménique et une liste de leurs membres. Votre église fait peut-être partie de ce mouvement sans que vous le sachiez. La Parole est claire que dans les derniers temps Satan réunira toute les religions du monde pour recevoir toute l'adoration. La parole nous met en garde contre ceux qui ne s'en tiennent pas à l'enseignement de notre Seigneur Jésus-Christ.

"Ne vous mettez pas sous un même joug avec les infidèles; car qu'y
a-t-il de commun entre la justice et l'iniquité? et quelle union y a-t-il
entre la lumière et les ténèbres?"
--2 Corinthiens 6:14--

"C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et vous séparez, dit le
Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai."
--2 Corinthiens 6:17--

"Frères, nous vous recommandons aussi, au nom de notre Seigneur
Jésus-Christ,de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre,
et NON SELON LES ENSEIGNEMENTS QU'IL A REÇUS de nous."
--2 Thessaloniciens 3:6--

"Bien-aimés, ne croyez point à tout esprit; mais éprouvez les esprits,
pour savoir s'ils sont de Dieu : car plusieurs faux prophètes sont
venus dans le monde."
--1 Jean 4:1--
Ayant l'apparence de la piété, mais en ayant renié la force.
Éloigne-toi aussi de ces gens-là."
--2 Timothée 3:5--

"Car il viendra un temps où les hommes ne souffriront point la saine
doctrine, mais où, désireux d'entendre des choses agréables, ils
s'amasseront des docteurs selon leurs convoitises, Et fermeront
l'oreille à la vérité, et se tourneront vers des fables."
--2 Timothée 4:3-4--

"Nous connaissons en ceci que nous aimons les enfants de Dieu,
c'est que nous aimons Dieu, et que nous GARDONS SES
COMMANDEMENTS. Car ceci est l'amour de Dieu, c'est que nous
GARDIONS SES COMMANDEMENTS; or, ses commandements ne
sont pas pénibles."
--1 Jean 5:2-3--

"Mais quand nous-mêmes, ou un ange du ciel vous annoncerait un
évangile différente de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit
anathème."
--Galates 1:8--

"Ce n'est pas tout homme qui me dit : Seigneur! Seigneur! qui
entrera dans le royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de
mon Père qui est dans les cieux."
--Matthieu 7:21--

Conseil œcuménique des Églises (World Council of Churches)

        Le COE est une communauté fraternelle de 330 Eglises membres dans plus de 120 pays sur les cinq continents. Ces Eglises représentent presque toutes les traditions chrétiennes.

Les membres au Canada :
Eglise anglicane du Canada
Eglise chrétienne (Disciples du Christ) [Canada]
Eglise évangélique luthérienne de Lettonie en exil [Canada]
Eglise évangélique luthérienne d'Estonie [Canada]
Eglise évangélique luthérienne du Canada
Eglise orthodoxe d'Amérique Eglise presbytérienne du Canada
Eglise unie du Canada

**Le Conseil canadien des Églises (Canadian Council of Churches)
Les membres :

L'Armée du Salut

British Methodist Episcopal Church*
La Conférence des évêques catholiques du Canada
La Convention baptiste de l'Ontario et du Québec
Council of Christian Reformed Churches in Canada
Le diocèse canadien de l'Église orthodoxe arménienne
L'Église anglicane du Canada
L'Église catholique nationale polonaise
L'Église chrétienne (Disciples du Christ)
L'Église éthiopienne orthodoxe tewahedo du Canada
L'Église évangélique luthérienne au Canada
L'Église orthodoxe en Amérique
L'Église orthodoxe copte du Canada
L'Église orthodoxe ukrainienne du Canada
L'Église presbytérienne au Canada
L'Église réformée en Amérique
L'Église unie du Canada
La métropole grecque orthodoxe de Toronto (Canada)
La Réunion annuelle canadienne de la Société religieuse des Amis

The Evangelical Fellowship of Canada (EFC)
Les membres :

Apostolic Church of Pentecost of Canada Inc.
Associated Gospel Churches
Association of Vineyard Churches in Canada
Atlantic Canada Association of Free Will Baptists
Baptist General Conference of Canada
Baptist Union of Western Canada
Brethren in Christ Churches
Canadian Conference of Mennonite Brethren Churches
Canadian Fellowship of Churches and Ministers
Christian and Missionary Alliance in Canada
The Church of God (Anderson, Indiana) in Canada
Church of God in Canada
Church of the Nazarene Canada
Council of Christian Reformed Churches in Canada
Evangelical Free Church of Canada
Evangelical Mennonite Conference
Evangelical Mennonite Mission Conference of Canada
Evangelical Missionary Church of Canada
Fellowship of Christian Assemblies
Fellowship of Evangelical Bible Churches
Foursquare Gospel Church of Canada
Free Methodist Church in Canada
North American Baptist Inc. Canada
Pentecostal Assemblies of Canada
Pentecostal Assemblies of Newfoundland
Pentecostal Holiness Church of Canada
Regional Synod of Canada Inc./Reformed Church in America
The Salvation Army
United Brethren Church in Canada
The Wesleyan Church of Canada/Central Region
Worldwide Church of God

Le "Evangelical Fellowship of Canada" fait partie du" World Evangelical Fellowship (WEF)"
Les membres  :

ACMC, Inc.
AD2000 and Beyond Movement
Africa Inland Mission International
Alliance for Saturation Church Planting
American Leprosy Missions
Arab World Evangelical Ministers Association
Arab World Ministries
Asia Missions Association
Asia Theological Association
Associación Evangélica de Educación Teológica en América Latina (AETAL)
Baptist General Conference
Barnabas International
Bethany Fellowship Missions
Bible Literature International
Brethren in Christ World Missions
Campus Crusade for Christ International
CB International
Cedar Fund, Ltd.
Chinese Coordinating Centre of World Evangelization
Christian and Missionary Alliance
Christian Business Men's Committee International
Christian Camping International
Christian Communications, Ltd.
Church of God World Missions
Compassion International
COMIBAM - Iberoamericana
Daystar University College
Evangelical Free Church Mission
Evangelical Mennonite Church International Ministries
Evangelical Presbyterian Church
Every Home for Christ International
Finnish Lutheran Overseas Mission
Food for the Hungry, Inc.
Free Methodist Church, Department of World Missions
General Baptist Foreign Mission Society
Global Mapping International
Global March for Jesus
Harbour Evangelism Mobilisation Society
InterDev
International Aid, Inc.
International Bible Society
International Friendship Evangelism
International Institute for Christian Studies
International Needs
International Teams
InterServe
Jews for Jesus
Kids Alive International
Latin America Mission
Life Ministries
Luis Palau Evangelistic Association
Middle East Media
Mission Aviation Fellowship
Mission Covenant Church of Norway
Missionary Internship
Navigators
National Council of Evangelical Pastors of Nicaragua
Norsk Luthersk Misjonssamband (Norwegian Lutheran Mission)
Norwegian Santal Mission
Nurses Christian Fellowship International
OC International
The Orebro Mission
OMS International
Open Doors with Brother Andrew
Operation Mobilisation
Overseas Council for Theological Education and Mission
Overseas Radio and Television
Partners International
Pentecostal Assemblies of Canada
Pioneers, Inc.
Presbyterian Church in America, Mission to the World
Project Partner with Christ
Ravi Zacharias International Ministries (RZIM)
Scripture Union International Council
Send International
Society for International Ministries (SIM)
South America Mission
The Evangelical Alliance Mission
The Salvation Army
The Sentinel Group
United States Center for World Mission
United World Mission
Vietnam Ministries
WEC International (USA)
Wesleyan Church, Department of World Missions
World Concern
World Mission Prayer League
WorldTeam
World Thrust International
World Witness
Youth for Christ International

 D'autre organisation œcuménique au Canada :

The Atlantic Ecumenical Council, surpporté par :

Anglican
Armée du Salut
Baptiste
L'Église Catholique Romaine
L'Église chrétienne (Disciples du Christ)
L'Église évangélique luthérienne au Canada
L'Église presbytérienne au Canada
L'Église unie du Canada
douze Conseils des Églises locale
trois Collèges Théologique
un Institut Pastorale (NB)
The Atlantic Ecummenical Justice Network

Conseil œcuménique des Chrétiennes du Canada

Armée du Salut
African Methodist Espicopal
Fédération Baptiste du Canada
L'Église anglicane du Canada
L'Église chrétienne (Disciples du Christ)
L'Église évangélique luthérienne au Canada
L'Église presbytérienne au Canada
L'Église unie du Canada
Mennonite Central Committee
Religious Society of Friends
Roman Catholic

Les versets bibliques sont tirés de 'La Bible' version d'Ostervald Révisée; Édition de 1996

   
                                                                                             Haut de page             Retour à Catégories 















20 RAISONS
POURQUOI JE NE PARTICIPE PAS AU MOUVEMENT
ŒCUMÉNIQUE

     Claude Lamontagne

1) Ne vous mettez pas sous un même joug avec les infidèles  car qu'y a-t-il de commun entre la justice et l'iniquité? et quelle union y a-t-il entre la lumière et les ténèbres? Quel accord entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle? Et quel rapport entre le temple de Dieu et les idoles? Car vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit : J'habiterai au milieu d'eux et j'y marcherai; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai; Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant. 2 Corinthiens 6:14-18

2) Bien-Aimés, ne croyez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour voir s'ils sont de Dieu; car 
plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. 1 Jean 4:1

3) Je m'étonne que vous abandonniez si promptement celui qui vous avait appelés à la grâce de Christ, 
pour passer à un autre évangile; Non qu'il y en ait un autre, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent pervertir l'Évangile de Christ. Mais quand nous-mêmes, ou un ange du ciel vous annoncerait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème Comme nous l'avons déjà dit, je le dis encore maintenant : Si quelqu'un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème! 
Galates 1:6-9

4) Car il viendra un temps où les hommes ne souffriront point la saine doctrine, mais où, désireux 
d'entendre des choses agréables, ils s'amasseront des docteurs selon leurs convoitises, Et fermeront l'oreille à la vérité, et se tourneront vers des fables. Mais toi, sois vigilant en toutes choses, endure les afflictions, fais l'oeuvre d'un évangéliste; remplis complètement ton ministère.  2 Timothée 4:3-5

5) Ayant l'apparence de la piété, mais en ayant renié la force. Éloigne-toi aussi de ces gens-là.  
2 Timothée 3:5

6) Un peu de levain fait lever toute la pâte. Galates 5:9


7) Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c'est à cause de ces choses que la colère de 
Dieu vient sur les enfants rebelles. N'ayez donc point de part avec eux. Car vous étiez autrefois ténèbres, mais à présent vous êtes lumière dans le Seigneur; marchez comme des enfants de lumière; Car le fruit de l'Esprit consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur. Et ne prenez aucune part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais bien plutôt condamnez-les. Éphésiens 5:6-11

8) Cependant, je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales 
contre la doctrine que vous avez apprise, et à vous éloigner d'eux. Car de telles gens ne servent point notre Seigneur Jésus-Christ, mais leur propre ventre; et par des paroles douces et flatteuses ils séduisent le cœur des simples. Romains 16:17-18

9) Si quelqu'un vient à vous, et n'apporte point cette doctrine, ne le recevez point dans votre maison, et 
ne le saluez point. Car celui qui le salue participe à ses mauvaises œuvres.
 2 Jean 10-11

10) Frères, nous vous recommandons aussi, au nom du Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout 
frère qui vit dans le désordre, et non selon les enseignements qu'il a reçus de nous. 2 Thessaloniciens 3:6

11) Bien-aimés, plein de zèle pour vous écrire touchant notre salut commun, j'ai jugé nécessaire de le 
faire, pour vous exhorter à combattre pour la foi qui a été donnée une fois aux saints. Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps; des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient Dieu, le seul Dominateur, et Jésus-Christ, notre Seigneur. Jude 3-5

12) Puis j'entendis une autre voix du ciel, qui disait : Sortez du milieu d'elle, mon peuple; de peur que, 
participant à ses péchés, vous n'ayez aussi part à ses plaies. Apocalypse 18:4

13) Ce n'est pas tout homme qui me dit : Seigneur! Seigneur! qui entrera dans le royaume des cieux;
mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Matthieu 7:21

14) Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

 Apocalypse 3:16

15) Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, car vous courez la mer et la terre pour faire un 
prosélyte; et quand il l'est devenu, vous le rendez enfant de la géhenne deux fois plus que vous.  Matthieu 23:15

16) Tes ordonnances me rendent intelligent, c'est pourquoi je hais toute voie de mensonge.

 Psaume119:104

17) C'est pourquoi j'estime droits tous tes commandements, et je hais toute voie de mensonge.

 Psaume119:128

18) En effet il est écrit : Soyez saints, car je suis saint. 1 Pierre 1:16


19) Nous connaissons en ceci que nous aimons les enfants de Dieu, c'est que nous aimons Dieu, et que 
nous gardons ses commandements. Car ceci est l'amour de Dieu, c'est que nous gardions ses commandements; or, ses commandements ne sont pas pénible. 1 Jean 5:2-3

20) Or, voici, je viens bientôt, et j'ai mon salaire avec moi, pour rendre à chacun selon que ses 
œuvres auront été. Je suis l'Alpha et l'Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville! Apocalypse 22:12-14

Les versets bibliques sont tirés de 'La Sainte Bible' version d'Ostervald Révisée; Édition de 1996

                                                                                              
                                                                                           Haut de page             Retour à Catégories