AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


lundi 8 décembre 2014

SORTEZ DE BABYLONE, MON PEUPLE ! (CHAPITRE III )

SORTEZ DE BABYLONE, MON PEUPLE !
 (Apocalypse 18. 4)
Ou
La communion spirituelle avec le Diable


©Dewis Goubié HILLAH
Tous droits réservés pour tous pays. Ne sont autorisées que les copies à usage privé


CHAPITRE III : SORTEZ DU MILIEU D’ELLE

     Les différentes observations résultant de l’étude du catholicisme à la lumière des chapitres 17 et 18  d’Apocalypse nous prouvent surabondamment qu’il est Babylone la grande dont la Bible parle.
La religion-État a le plus grand nombre d’adhérents : plus du milliard.
Politiquement elle dispose dans la plupart des pays du monde d’un réseau de fidèles occupant des postes stratégiques dans l’administration et dans le gouvernement tant et si bien que le chef de gouvernement qui voudrait l’affronter aura à combattre de l’intérieur et s’expose à une résistance populaire, voire à une rébellion. Cette puissance du catholicisme, sa capacité à soumettre les dirigeants des autres religions (lamaïsme, vodou, christianisme céleste, protestantisme, pentecôtisme, islam, bouddhisme, taoïsme, shintoïsme, Église orthodoxe grecque . . .) vient de la bête sur laquelle il est assis.
À ce propos il est écrit dans Apocalypse 17. 3 ceci :
« Et je vis une femme assise sur une bête écarlate pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. »
La bête sur laquelle la religion catholique est assise ressemble au diable (Apocalypse 12. 3, 9) et à l’antéchrist (Apocalypse 13. 1-8). Mais si l’on considère Apocalypse 17. 8 :

« La bête que tu as vue était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s’étonneront en voyant la bête, parce qu’elle était, et qu’elle n’est plus, et qu’elle reparaîtra. »
On se rend compte qu’il ne peut s’agir du diable car au moment où l’apôtre Jean recevait cette révélation, le diable (le grand dragon rouge) était toujours en liberté ; d’ailleurs les Écritures précisent qu’il ne sera enchaîné que juste avant le règne millénaire de Christ sur la terre (Apocalypse 20. 1-3).
La bête sur laquelle le catholicisme est assis est donc l’antéchrist, la bête qui monte de la mer (Apocalypse 13. 1). Cette certitude est soutenue par le fait que la bête sur laquelle le catholicisme est assis a les mêmes caractéristiques que l’antéchrist ou la bête qui monte de la mer :
        -            les noms de blasphème (Apocalypse 13. 1 ; Apocalypse 17. 3) ;
        -            adoration par tous ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé (Apocalypse 13. 3, 8 ; Apocalypse 17. 8) ;
        -            persécutions des saints (Apocalypse 13. 7 ; Apocalypse 17. 14) ;
        -            Les dix rois correspondent aux dix diadèmes (Apocalypse 13. 1 ; Apocalypse 17. 12).
L’antéchrist avait la royauté sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation tout comme la bête sur laquelle le catholicisme est assis :
Apocalypse 17. 12, 13 « Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête. »
La bête sur laquelle le catholicisme est assis fut roi dans l’Empire romain (Apocalypse 17. 11). Ce roi (était un démon venu en chair) faisait partie des sept rois dont parlait l’apôtre Jean. La clé pour les trouver se trouve dans Apocalypse 17. 10 :
« Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu il doit rester peu de temps. »
Connaissant que le roi qui existait à Rome au moment où il écrivait, était Domitien on peut facilement énumérer ses prédécesseurs et son successeur :

1er     Galba      (8 juin 68 – 15 janvier 69 ; soit 7 mois et quelques jours)
2eme Othon      (15 janvier 69 – 16 avril 69 ; soit 3 mois )
3eme Vitellius   (17 avril 69 – 20 décembre 69 ; Soit 8 mois et quelques jours)
4eme Vespasien(1er juillet 69 – 24 juin 79 ; soit 9 ans et quelques mois)
5eme Titus        (24 juin 79 – 13 septembre 81 ; soit 2 ans et quelques mois)
6eme Domitien (14 septembre 81 – 18 septembre 96 ; soit 15 ans et quelques jours) 
7eme Nerva      (18 septembre 96 – 27 janvier 98 ; soit 1 an et quelques mois) [1]


Tous ces rois se sont illustrés d’une manière ou d’une autre dans la persécution des Juifs et des chrétiens ; mais aucun ne surpassa en férocité le général Titus qui, avant de devenir empereur en l’an 79 après Jésus, fut envoyé pour mater la rébellion des Juifs en Palestine. En l’an 70, il prit Jérusalem et la rasa au milieu de crimes atroces. Il accomplit à ce sujet l’avertissement que le Seigneur Jésus-Christ donnait à ses disciples dans Matthieu 24. 14-22 :

« Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.
C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, — que celui qui lit fasse attention ! — alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ; que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. »
Cet avertissement ne faisait que confirmer :

Daniel 8. 9-14 : « De l’une d’elles sortit une petite corne, qui s’agrandit beaucoup vers le midi, vers l’orient, et vers le plus beau des pays. Elle s’éleva jusqu’à l’armée des cieux, elle fit tomber à terre une partie de cette armée et des étoiles, et elle les foula. Elle s’éleva jusqu’au chef de l’armée, lui enleva le sacrifice perpétuel, et renversa le lieu de son sanctuaire. L’armée fut livrée avec le sacrifice perpétuel, à cause du péché ; la corne jeta la vérité par terre, et réussit dans ses entreprises.  J’entendis parler un saint ; et un autre saint dit à celui qui parlait : Pendant combien de temps s’accomplira la vision sur le sacrifice perpétuel et sur le péché dévastateur ? Jusqu’à quand le sanctuaire et l‘armée seront-ils foulés ? Et il me dit : Deux mille trois cents soirs et matins ; puis le sanctuaire sera purifié. »

Daniel 9. 24-26 : « Soixante-dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser les transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquité et amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints. Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à celui où un chef sera oint, il y a sept semaines ; dans soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les soixante-deux semaines, un oint sera retranché, et il n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre. »

Daniel 11. 31 : « Des troupes se présenteront sur son ordre ; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l’abomination du dévastateur. »
Et Daniel 12. 11 « Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours. »

Dans tous ces passages Dieu annonce la destruction de Jérusalem par un chef venu du Septentrion (Empire romain) ; mais, fait digne de remarque, ce chef est présenté sans aucune transition comme l’antéchrist, la petite corne qui en s’élevant abaissera trois rois (Daniel 7. 8, 11, 21-27 ; Daniel 8. 9).
De plus d’un point de vue typologique, le temple de Jérusalem est l’Église d’aujourd’hui ; qui d’autre ravagera avec la plus grande méchanceté les chrétiens, si ce n’est le même qui s’est acharné sur Jérusalem et sur le Temple ?
Selon Apocalypse 17. 8, cet ange déchu (Titus) remontera de l’abîme où il est prisonnier (comparer à Jude 6 ; 2 Pierre 2. 4 ; Apocalypse 9. 1-11 ; Apocalypse 11. 1-7 ; Apocalypse 20. 1-3) pour s’incarner à nouveau dans le monde en naissant comme bébé chez une fille d’Ève. Que cela ne vous choque pas ; il vous suffit de lire Genèse 6. 1, 2 pour commencer par comprendre cette chose surprenante.
Apocalypse 13. 5, 6 nous donne la preuve qu’il paraîtra physiquement :

« Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ; et il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent le ciel. »


Le grand dragon, le diable, en donnant à l’antéchrist sa puissance, son trône et une grande autorité, fait de lui le numéro deux du royaume du diable. Quoiqu’il soit jusqu’à un passé récent retenu dans l’abîme[2], le chemin de l’antéchrist est préparé par de nombreux autres démons qui distillent leurs enseignements blasphématoires sur la divinité de Christ :
1 Jean 2. 18-23 « Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c’est la dernière heure. Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres ; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils. Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. »

Ces démons sont appelés antéchrists par le Saint-Esprit parce qu’ils préparent la voie à la bête qui est montée de la mer (Apocalypse 13. 1), [3] la petite corne (Daniel 7. 8, 11, 21-27) qui est l’antéchrist au sens absolu. L’esprit d’antéchrist est un esprit d’erreur qui ne confesse pas Christ venu en chair. On le voit ouvertement à l’œuvre dans des religions telles que l’islam, le bouddhisme, le branamisme, la fraternité blanche universelleles témoins de Jéhovahla foi bahaïla rose croixéckankarunity school of christianityla science chrétiennela scientologie, les enfants de Dieu, le taoïsme, le confucianismel’association pour l’unification du christianisme (A.U.C.M) de Moon, les mormons, le christianisme céleste et apparentées, l’église de la science religieuse d’Ernest Holmes. . .
Par contre dans des religions telles que l’adventisme du 7jour ... et le catholicisme, il agit subtilement en véritable séducteur avec le dessein inavoué de conduire les hommes à rendre un culte à Satan au travers de l’adoration d’un faux Christ.
C’est sur cet esprit impur, cet esprit d’erreur, que le catholicisme, Babylone la grande, est assis. C’est lui qui dirige et organise le culte que rend l’Église romaine. Il est arrivé à séduire des élus et des non-convertis en leur offrant une contrefaçon de la véritable adoration de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Après l’enlèvement, cet esprit donnera la pleine mesure de sa méchanceté en massacrant les chrétiens authentiques :

Apocalypse 13. 7 « Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue et toute nation. »
Daniel 7. 21, 22 « Je vis cette corne faire la guerre aux saints, et l’emporter sur eux, jusqu’au moment où l’Ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume. »

Pour l’heure il s’organise afin d’amener toutes les nations de la terre, toutes les tribus, tous les peuples à s’unir sous sa direction pour l’adorer et adorer le diable (Apocalypse 13. 3-8). C’est ce pourquoi depuis quelques temps on entend souvent parler du Nouvel Ordre Mondial qui est un plan de réorganisation du monde dans les domaines politique, économique, culturel, écologique, éducatif, moral, religieux. . . afin de le rendre meilleur, stable, juste, paisible et économiquement prospère pour tous. Le Nouvel Ordre Mondial est une promesse des lendemains meilleurs formulés par les agents conscients et inconscients de l’antéchrist afin de lui paver la voie.
Sur le plan politique le n.o.m. se traduit par la mise en place d’un embryon de gouvernement mondial avec la mise sur pied de l’Organisation des Nations Unies. Les buts qu’elle poursuit officiellement sont mentionnés dans l’article 1er de sa charte :
        -            maintenir la paix et la sécurité internationales ;
        -            développer entre les nations des relations amicales ;
        -            réaliser la coopération internationale ;
        -            être un centre où s’harmonisent les efforts des nations vers ces fins communes.
Depuis 1945, date de sa création, l’ONU renforce d’année en année son emprise sur le monde. Ses institutions spécialisées réglementent non seulement la coopération entre États, mais aussi la vie des populations. Ainsi il est presque impossible de voyager sans la carte de vaccination de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui, du reste, est une sorte de ministère de la santé à l’échelle du monde. Les autres institutions spécialisées, de même, sont comme de super ministères à l’échelle du monde. La présidence de l’ONU est assurée par le conseil de sécurité de 15 membres, l’Assemblée Générale de 159 membres (en 1985) fait figure de Parlement et le secrétaire général est une sorte de Premier ministre. L’ONU est une nébuleuse politico-religieuse collaborant activement avec l’association pour l’unification du christianisme mondial de Moon, la foi bahaï, le catholicisme romain et bien d’autres. En fait elle éprouve de la sympathie pour toutes les sectes pernicieuses qui prônent une religion mondiale unique. Ce qui se passe est dramatique. 
Beaucoup de chrétiens ne se rendent pas compte que l’ONU est une organisation abominable aux yeux de Dieu parce qu’elle viole ses commandements et qu’elle travaille uniquement pour la venue de l’antéchrist. Ne criez pas trop tôt à l’exagération ! Voyez-vous-mêmes. Que fait par exemple le FNUAP ?
Il s’occupe de la planification des naissances. Comment ? Par la promotion des méthodes contraceptives : ligatures des trompes de Fallope de la femme, pilules contraceptives, le stérilet, le diaphragme, le préservatif, etc. Tout chrétien sait que ces choses sont des meurtres aux yeux de Dieu.
L’UNICEF, quant à elle, compte parmi ses pourvoyeurs de fonds des organismes catholiques, des organisations musulmanes, [4], la foi Bahaï.
Êtes-vous sûrs que cela n’indispose pas Dieu de voir ses enfants participer à la bonne marche de l’ONU ou de bénéficier des œuvres de ses institutions spécialisées ? Et si l’ONU était l’image de la bête ? Faites preuve de sagesse divine mes frères bien-aimés dans le Seigneur. Une organisation politico-religieuse qui a du sang sur la main, et qui est en train de dresser le lit de l’antéchrist ne peut plaire à Dieu. Tout ce qu’elle a à offrir est souillé.
Faut-il parler encore de l’UNESCO, le super ministère de l’éducation, de la science, de l’information et de la culture ? Cette institution élève au rang d’art des objets et des pratiques occultes. Ne le savez-vous pas ? Oh ! Peuple de Dieu, sort de ta légèreté ! (Osée 4. 6)
Faites vous-mêmes vos recherches.
Sur le plan religieux l’antéchrist se sert de la religion romaine pour promouvoir l’union des religions au travers d’instruments tels que le Conseil Œcuménique des Églises, le dialogue inter-religieux. . .
C’est dans ce cadre-là qu’il faut placer la journée de prière pour la paix organisée par le pape Jean-Paul II à Assise le 27 Octobre 1986.  Au cours de cette réunion les représentants des « grandes religions » de ce monde (animistes et autres) ont invoqué ensemble Dieu[5] afin qu’il y ait la paix. Cette tendance à la fusion de toutes les religions en une s’est manifestée fortement au congrès du Conseil Œcuménique des Églises à Cambera (Australie) du 7 au 20 février 1991.

Le journal The Australian du 11 février 1991 rapporte que :
« Le COE a poussé l’œcuménisme jusqu’à ses limites ultimes ce week-end, en suggérant que les musulmans, les hindouistes et d’autres accomplissent leur salut de la même manière que les chrétiens. Il a mis en garde ces derniers contre l’étroitesse d’esprit. »

Le fait de déclarer que « les musulmans, les hindouistes et les autres accomplissent leur salut de la même façon que les chrétiens » signifie que Mahomet, les innombrables gurus de l’hindouisme et les nombreux démons des animistes
(1 Corinthiens 10) sont les égaux de Jésus-Christ, le créateur du ciel et de la terre ! Cela signifie aussi que le salut par le sacrifice expiatoire de Jésus à la croix est une vaste blague, un montage d’égarés qui ont déclaré Dieu un simple homme ! Cela signifie encore que le Seigneur Jésus-Christ n’est pas le seul chemin pour aller au Père (Jean 14. 6) ! Quel blasphème !
C’est cela l’apostasie. Toutes les dénominations chrétiennes qui collaborent avec le catholicisme, ou qui sont membres du Conseil Œcuménique des Églises (COE), d’AD 2000, Promise keepersDenverlink, ou qui collaborent avec ceux qui fréquentent l’institution catholique romaine sont des filles de Babylone la grande.
Le catholicisme Romain ne se repentira jamais de ses péchés (Apocalypse 18).[6] C’est une séduction que de croire qu’il est possible de le reformer. L’histoire de l’Église est là pour nous prouver qu’il s’est toujours opposé à la doctrine de Christ. Le catholicisme est mauvais, dangereux et mortel. Quiconque est catholique, ou fréquente l’ « Église » catholique, ou collabore avec elle, même au travers d’une organisation évangélique (Maisons d’éditions, sociétés bibliques, librairies, radio, télévision, école biblique, journal) n’ira pas au ciel, car il participe à ses péchés ; la Bible est formelle là-dessus :

Apocalypse 18. 4 « Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, Mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. »
Si quelqu’un participe à un culte ou messe catholique qu’il sache qu’aux yeux de Dieu, il se livre à des rites magiques (Apocalypse 18. 23) bien plus dangereux que la magie noire (Apocalypse 17. 3-5).  Il est criminel de ne pas dénoncer le catholicisme romain ; comment voulons-nous que ceux qui s’y sont égarés soient sauvés ? Il est diabolique de croire qu’on n’est en rien souillé par son contact, par ses dons, par la collaboration directe ou indirecte avec elle, par les études dans ses écoles, collèges et universités, par les soins  dans ses hôpitaux, par l’usage de ses centres de conférence et d’hébergement, ou par tout travail qu’il peut offrir.
Le catholicisme romain est Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre : c’est la grande prostituée. Quiconque s’attache à elle, c’est-à-dire collabore avec elle dans une œuvre spirituelle ou dans une œuvre séculière, participe à ses péchés : il se livre à l’impudicité spirituelle avec elle. Il devient spirituellement uni à elle, c’est-à-dire devient un membre de son corps ; selon qu’il est écrit que :

1 Corinthiens 6. 15-18 « Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée ? Loin de là ! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec Lui un seul esprit. Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. »

Celui qui touche à ce qui est catholique devient immédiatement, aux yeux de Dieu, un catholique. Si quelqu’un collabore avec celui qui frotte avec les catholiques, il devient aussi un même corps que l’institution catholique.

Les versets qui précèdent (1 Corinthiens 6. 5-18) contrairement à ce que vous pouvez penser ne sont pas exclusivement valables pour l’impudicité sexuelle ; mais ils le sont également pour l’impudicité spirituelle. Au demeurant 2 Corinthiens 6 vient lever tout équivoque au sujet de la collaboration spirituelle avec les non-croyants :

2 Corinthiens 6. 14-18 « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y-a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et Je marcherai au milieu d’eux ; Je serai leur Dieu, et ils seront Mon peuple. C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas à ce qui est impur, et Je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour Moi des fils et des filles, dit le Seigneur Tout-Puissant. »

     Babylone la grande est impure ; tout ce qu’elle a produit eu égard à son origine diabolique, à ses œuvres criminelles, et à ses pratiques religieuses blasphématoires contre Dieu est impur. Si l’on analysait charnellement, superficiellement, on pourrait argumenter et défendre l’importance et l’utilité de l’œuvre humanitaire de l’institution catholique romaine : hôpitaux, universités, écoles, centres de formation, centres d’accueil, dons, œuvres de bienfaisance[7]. . .
Mais en regardant attentivement à l’origine non divine de tout cet élan de générosité, on comprend aisément qu’il n’est pas question de jouir de toutes ces choses offertes par le diable. Toute autre manière de voir relève de la séduction pure et simple. Beaucoup d’enfants de Dieu au lieu de se référer à la Bible pour juger et discerner « quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » s’appuient sur leur intelligence limitée. C’est l’une des causes essentielles de l’égarement que nous observons en ce temps d’apostasie. Il est honteux que des dirigeants évangéliques ne prennent pas au sérieux la parole de Dieu au sujet du catholicisme romain. Ils sont devenus si sages qu’ils pensent que c’est en compromettant, c’est en usant d’amour charnel qu’ils vaincront Babylone la grande.
Que ceux qui, remplis de connaissance, et qui savent discerner les fanatiques crient au fanatisme. Que ceux qui ont de la connaissance pour déceler l’orgueil où qu’il se cache crient à l’orgueil. Mais qu’ils sachent que les mots que j’utilise pour dénoncer le catholicisme sont faibles par rapport à ce que le Seigneur Jésus-Christ a utilisé dans le livre d’Apocalypse. Ce n’est que par amour pour les fidèles catholiques et par amour pour les évangéliques qui se fourvoient avec catholicisme que ce qui précède est écrit.  Ayant été catholique moi-même, je connais la mentalité des catholiques.

Amis catholiques, rassurez-vous ; je vous aime profondément. S’il était possible de sacrifier ma vie pour que vous échappiez à la perdition éternelle, à l’étang ardent de feu et de soufre, je le ferai sans hésiter ; mais cela n’est pas possible. Ce qui est en revanche possible, c’est que le cœur ouvert vous demandez à Dieu, au Nom de Jésus-Christ de vous éclairer. Faites-le vite. N’attendez pas. N’écoutez pas les évangéliques renégats qui voudront vous maintenir à Babylone. Ce sont vos ennemis, les ennemis de vos âmes. Ce sont des traites à l’alliance de leur Dieu. Ils ont la bouche remplie de paroles trompeuses et de calomnies. Le moment venu la punition de Dieu les atteindra.  Sortez de Babylone, sortez ! Le temps est à la préparation pour l’enlèvement. Malheur à ceux qui resteront sur la terre après le départ de l’épouse de Christ,[8] malheur à eux. Malheur aussi à ceux qui perdront leur salut en frottant avec le catholicisme romain.
Que personne ne vous séduise : le salut se perd.[9]  




[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_empereurs_romains
[2] Les débuts d’accomplissement d’Apocalypse 13. 11-18, de même que de multiples indices nous laissent penser que l’antéchrist s’est déjà incarné quelque part sur cette terre. Cela peut ne pas être vrai.
[3]
[4]
[5] De quel Dieu s’agit-il ? Satan ou l’Éternel des armées 2 Corinthiens 6. 14-18

[6]
[7]
[8] L’épouse de Christ est l’ensemble des vainqueurs  Apoc12, Apoc14.1-5, Apoc15
[9]Annexe : Que personne ne vous séduise


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.