AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


mercredi 2 janvier 2013

LE FAMEUX PRÉSERVATIF


©Dewis Goubié HILLAH
Tous droits réservés pour tous pays. Ne sont autorisées que les copies à usage privé. 



     Il se peut qu'il y ait encore sur cette terre des gens qui ne savent pas ce qu’est le Sida. Il est même certain que malgré toutes les campagnes de sensibilisation, tout le tapage médiatique, il y a encore des gens qui ne croient pas en l’existence effective de cette maladie. C’est bien dommage, car le S.I.D.A, Syndrome Immunodéficience Acquis existe bel et bien et tue.
Le SIDA est une maladie du sang ; il est l’étape finale de l’infection au VIH. Le VIH est un virus qui détruit les globules blancs, et de ce fait, laisse l’organisme sans défense contre toutes les autres maladies contagieuses qui, profitant de la déficience immunitaire, se développent aisément.
Ce virus d’année en année continue de se répandre dans le monde et en particulier au Bénin. Les chiffres sont éloquents :
Au Bénin, 0,28 % de la population étaient infectés par le VIH en 1992 ; ce pourcentage est passé en 1993 à 0,49 % puis à 1,46 % en 1994 pour atteindre finalement en l’an 2000, 4 % de la population. Ce pourcentage de 4 % équivaut à environ deux cent mille (200 000) personnes. Ces chiffres ne sont que des estimations. La réalité est pire. Les officiels du Ministère de la Santé Publique ont déclaré en Décembre 2003 que 1,9 % des femmes enceintes sont infectées. En Ouganda les ravages sont tels que des villages entiers sont dépeuplés et de nombreux enfants sont orphelins et sans soutien.
Le SIDA est la peste des temps présents. C’est une calamité mondiale. Il se transmet généralement, selon les médecins, de quatre manières :

  • par les rapports sexuels ;
  • par les transfusions sanguines faites avec du sang contaminé ;
  • Par les injections faites avec les aiguilles contaminées ;
  • Par le biais du placenta, de la mère au fœtus.
Mais ce qui est encore plus effrayant, c’est que jusqu’au jour d’aujourd’hui la communauté médicale internationale n’a trouvé aucun remède pouvant guérir cette maladie ; même pas un vaccin fiable pouvant empêcher de la contracter. Le sida est une maladie incurable. Aussi met-on l’accent sur les campagnes de sensibilisation au cours desquelles les conseils suivants sont donnés :

  1. Abstinence sexuelle pour ceux qui sont célibataires et qui le peuvent ;
  2. Fidélité au conjoint dans le cadre du mariage ou du concubinage ;
  3. Utilisation du préservatif ou condom si l’on a des partenaires multiples, si l’on a des doutes sur le partenaire (vagabond sexuel), ou si le partenaire est infecté ;
  4. Non-utilisation :

  • de la brosse à dents d’autrui ;
  • des aiguilles déjà employées par quelqu’un d’autre ;
  • des lames déjà employées par autrui ;
  • des seringues et aiguilles ayant déjà servi pour une injection.      
Malgré cet effort constant des autorités publiques, la maladie gagne du terrain, l’épidémie est dans une phase de croissance auto-entretenue. Pourquoi ?
Parce qu’on a fait croire aux gens que le préservatif, le fameux préservatif, cette petite poche en latex est une protection parfaite contre le VIH. Aussi chacun donne-t-il libre cours à ses instincts sexuels, dans un élan collectif de lubricité.
La foi au « sexe sans risque » a engendré un tel engouement pour le sexe, une telle licence des mœurs que toutes les barrières morales sont en train de céder. On va jusqu’à distribuer gratuitement le condom à de jeunes élèves des collèges et lycées !
Mais toute la vérité n’a pas été dite sur le PRÉSERVATIF :

 Le CONDOM n’est pas infaillible !

Il faut tout d’abord savoir que :

  1. Le condom peut se rompre au cours de l’acte sexuel. Cet accident peut vous être fatal ;
  2. Il faut savoir également que : « Le virus du SIDA est vingt-cinq (25) fois plus petit que le spermatozoïde et peut traverser facilement les canaux et interstices les plus petits du préservatif.
Les chercheurs qui font des tests sur les gants chirurgicaux en latex (le même matériel utilisé pour fabriquer les préservatifs) ont découvert « des canaux de cinq (5) microns qui traversaient l'épaisseur entière du gant ». Le virus du Sida ne mesure qu’un dixième de micron (0,1 micron NDLR) ! Il peut donc traverser le condom et vous infecter# ;

  1. Enfin « Une étude de couples mariés où l’un des partenaires est séropositif (infecté NDLR) a révélé que 17 % des partenaires qui utilisaient les préservatifs comme protection attrapèrent quand même le virus en moins d’un an et demi. »#.

Vous avez donc, scientifiquement parlant, 17 % de chance d’être contaminé chaque fois que vous avez des rapports sexuels avec une personne infectée. Si donc vous avez le malheur de tomber sur un porteur asymptomatique du VIH-SIDA, c’est-à-dire une personne infectée mais qui ne développe pas encore la maladie, après six (6) rapports sexuels avec elle, si Dieu ne vous préserve pas dans sa bonté, vous serez aussi séropositif.
          Le préservatif n’est donc pas efficace pour vous préserver du Sida. Ne mettez pas votre foi en lui, mais mettez plutôt votre foi en Jésus-Christ en pratiquant :

  • l’abstinence sexuelle, si vous êtes encore célibataire
ou

  • la fidélité conjugale si vous êtes marié.

Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu créateur du ciel et de la terre a créé le sexe non seulement pour la procréation (Genèse 1. 27, 28) mais aussi pour créer une profonde communion entre l’homme et la femme afin qu’ils deviennent une seule chair(Genèse 2. 24 ; Matthieu 19. 4-6 ; 1 Corinthiens 6. 16, 17). Cette union sexuelle selon le commandement de Dieu ne doit avoir lieu que dans le cadre strict du mariage. Aussi Dieu punissait-il de mort dans l’Ancien Testament les relations sexuelles qui sortaient de ce cadre :
Lévitique 20. 10 « Si un homme commet adultère avec une femme mariée, s’il commet adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort. » ;
Deutéronome 22. 13-21 « Si un homme, qui a pris une femme et est allé vers elle, éprouve ensuite de l’aversion pour sa personne, s’il lui impute des choses criminelles et porte atteinte à sa réputation, en disant : J’ai pris cette femme, je me suis approché d’elle, et je ne l’ai pas trouvée vierge, — alors le père et la mère de la jeune femme prendront les signes de sa virginité et les produiront devant les anciens de la ville, à la porte. Le père de la jeune femme dira aux anciens : J’ai donné ma fille pour femme à cet homme, et il l’a prise en aversion ; il lui impute des choses criminelles, en disant : Je n’ai pas trouvé ta fille vierge. Or voici les signes de virginité de ma fille. Et ils déploieront son vêtement devant les anciens de la ville. Les anciens de la ville saisiront alors cet homme et le châtieront ; et, parce qu’il a porté atteinte à la réputation d’une vierge d’Israël, ils le condamneront à une amende de cent sicles d’argent, qu’ils donneront au père de la jeune femme. Elle restera sa femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra. Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge, on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père ; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. »

     Les rapports sexuels entre deux personnes célibataires, même dans le cadre du concubinage sont un péché aux yeux de Dieu qui les appelle fornication, impudicité ou prostitution ; mais si l’un des partenaires est légalement marié, il s’agit alors de l’adultère.
Dieu punira du châtiment éternel les adultères et les fornicateurs, tout comme les idolâtres, les enchanteurs, les incrédules, les menteurs et les meurtriers (avortement, suicide, assassinat, haine…). Dieu les jettera dans l’étang ardent de feu et de soufre :
Hébreux 13. 4 « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. » ;
et encore :
Apocalypse 21. 8 « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. »
Que vous croyez au jugement dernier ou non (Apocalypse 20. 11-15), cela ne changera rien à la sanction que vous écoperez à votre mort ; Dieu vous jettera dans l’étang ardent de feu et de soufre pour cause d’adultère ou de fornication entre bien d’autres péchés que vous commettez dans le cadre de ces relations illicites :

  • mensonge ;
  • dissimulation ;
  • tromperie ;
  • fausses promesses ;
  • jalousie ;
  • avortement ;
  • méchanceté ;
  • abomination.

Repentez-vous et tournez-vous vers Jésus, Il vous donnera la force de résister à la fornication et à l’adultère. Criez à Lui et Il vous délivrera de la masturbation et de l’impureté sexuelle.
         Si vous êtes sincère, adressez-vous à Jésus-Christ votre Sauveur et demandez-Lui de vous pardonner vos péchés selon l’immensité de Sa Grâce.
Enfin il est bon de savoir que celui qui utilise le préservatif est un meurtrier aux yeux de Dieu, car il empêche par son geste la fécondation de la femme allant ainsi contre un commandement de Dieu : 
Genèse 1. 27-28 « Dieu créa l’homme à son image, Il le créa à l’image de Dieu, Il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. »
Ce qu’il fait est en abomination à Dieu. L’utilisation du condom même dans le cadre du mariage est un péché :
Cela équivaut au péché d’Onan ; c’est « se souiller à terre » ; car le liquide séminal, la semence n’est pas déversée dans la femme. Dieu hait suprêmement une telle pratique selon qu’il est écrit que :
Genèse 38. 6-10    «Juda prit pour Er, son premier-né, une femme nommée Tamar. Er, premier-né de Juda, était méchant aux yeux de l'Éternel ; et l'Éternel le fit mourir. Alors Juda dit à Onan : Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère. Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu’il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère. Ce qu’il faisait déplut à l’Éternel, qui le fit aussi mourir. »
Repentez-vous donc et cessez d’utiliser cet objet abominable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.