AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


dimanche 8 septembre 2013

TÉMOIGNAGE D'UNE RESCAPÉE DE GENEVE GUÉRIE EN 1976


      J’ai été atteinte d’une maladie très grave et mortelle. Les médecins étaient impuissants de me guérir, et ma santé s’en allait impitoyablement. Néanmoins, mon mari me faisait des piqûres toutes les 48 heures pour essayer de me maintenir en vie, mais en vain. Pendant 30 ans, sans pouvoir sortir de mon appartement, j’ai vécu ainsi entre la vie et la mort. Étant quand même fidèle au Seigneur, j’ai reçu un jour, de Sa part, la révélation de la guérison. Saisissant Sa promesse par la foi, j’ai osé abandonner les piqûres et me voilà maintenant complètement et miraculeusement délivrée.
      Pour glorifier la bonté de Dieu, il fallait témoigner de Son intervention. Je me suis mise alors courageusement à l’œuvre et répandais ici et là les bienfaits de l’Éternel. Cependant, ma déception fut grande. Je m’aperçus bien vite de l’indifférence des personnes et, de ce fait, je ne voulus plus parler de mon expérience. Je m’étais promise de ne plus rien dire.
      Mais, un jour, j’avais porté à la blanchisserie du quartier 4 fourreaux blancs jaunis par le temps que je n’avais jamais mis. Très attentivement, j’avais inspecté auparavant dans tous les sens, s’il y avait éventuellement une marque du magasin où je les avais achetés. (C’était en 1976)
      Lorsque j’ai voulu reprendre ces 4 fourreaux, la patronne de la blanchisserie s’est mise à rire en me harcelant de questions :
- Vous les avez achetés quand ? Pourquoi ne les avez-vous pas mis ?
J’étais obligée d’avouer que j’avais été malade ; puis :
- Qu’avez-vous eu comme maladie ? Et qui vous a donc guérie ?
Là encore, j’étais contrainte de dire que c’était Jésus qui m’avait guérie.
     Le Seigneur m’avait aveuglée malgré toute mon inspection minutieuse. Une étiquette du commerce était restée cachée avec le prix et la date de l’achat. Cette circonstance avait dévoilé ce que je ne voulais pas confesser, le Seigneur m’avait ainsi obligée de rendre témoignage.
On ne résiste vraiment pas avec la volonté de Dieu.

                                                               J. W



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.