AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


lundi 15 avril 2013

SOLEIL, ARRÊTE-TOI SUR NOUS !




…Et le soleil s’arrêta au milieu du ciel presque un jour entier.

 Lire Josué 10. 12


 Qui ne connaît cet homme de Dieu remarquable qui dans son élan de foi et d’amour pour son Dieu ordonna au soleil de s’immobiliser pour lui permettre de vaincre ses ennemis avant que ne tombe la nuit où à la faveur de l’obscurité, l’ennemi aurait pu se regrouper et lui infliger une attaque-surprise, pour employer un terme courant de nos jours.

L’Éternel venait de révoquer de ses fonctions, Moïse, le grand serviteur de l’Éternel qui durant 40 ans dans le désert avait été le prophète et à la fois le chef du peuple d’Israël. Mais fatigué de lutter contre cet esprit contestataire, Dieu jugea bon de le recueillir auprès de Lui pour confier cette charge à un homme plus jeune mais également comme son prédécesseur rempli du Saint-Esprit et capable de mener à chef la conquête du Pays de Canaan. Tous ceux qui n’avaient fait que murmurer contre Moïse dans le désert étaient tombés et sous l’impulsion de Josué, un nouveau souffle de vie semblait traverser le peuple de l’Éternel. Tout permettait d’augurer que la prise du Pays promis ne serait qu’une marche victorieuse. 
Et voici que tôt après, deux graves fautes venaient briser ce nouvel élan ; l’un devant Aï et l’autre au Pays de Gabaon. Les anciens venaient par leur manque de vigilance de se laisser prendre par la ruse, contractant une alliance avec des ennemis déguisés ; (lire Josué 9. 14-19) alors que Dieu leur avait ordonné de vaincre et de dévouer par interdit tous les ennemis. Dieu ne leur avait-Il même dit que nul ne tiendrait devant eux ? Et voici devant l’ampleur de cette défaite, quel désespoir dans l’âme de Josué et du peuple jusqu’au moment où l’Éternel leur en révèle la cause : Un interdit ! Mais sitôt que l’incident fut classé, ce fut à nouveau la progression dans la victoire. Ils venaient de comprendre qu’il ne suffit pas d’avoir en soi la volonté de vaincre mais de vivre avec une bonne conscience en face des commandements de Dieu, dans une pleine soumission à Sa volonté pour pouvoir bénéficier dans une foi totale de toutes ses promesses reçues.
 C’est pourquoi, je dis souvent que s’il y a des faiblesses qui sont coupables, il en est d’autres qui sont permises de Dieu afin que nous soyons pleinement conscients de ce que nous sommes et n’ayons foi qu’en Lui.

L’Écriture nous dit que les choses qui leur sont arrivées doivent nous servir d’exemples afin que nous ne fassions pas les mêmes erreurs. Et pourtant, jamais la chrétienté n’a vécu dans une telle paresse spirituelle, une si effrayante nonchalance. Jésus dit concernant notre temps : 
« À cause du fait que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira ». Est-ce parce que jésus a prédit ce temps de décadence, que  nous devons être les victimes de ce courant de perversion qui marque notre génération ? Certes, non ! Puisqu’Il nous apprend que celui qui persévérera jusqu’au bout sera sauvé. Par la triple victoire de Jésus pour nous en Gethsémané et sur la croix comme au tombeau, Il nous assure aussi la victoire, puisqu’Il l’a remportée pour nous en nous laissant cette glorieuse promesse nous déclarant : « Parce que Je vis, vous vivrez aussi » ! Ainsi, nous devenons participants de cette victoire en passant par la mort avec Lui pour ressusciter avec Lui dans Sa Vie, celle qu’Il nous a donnée. (Jean 5. 24) Et que tout ce qui est mortel en nous soit absorbé par le Vivant. Comme au pied de la croix, nous avons trouvé la paix et le repos de nos âmes en nous soumettant à Sa volonté, en acceptant de mourir avec Lui sur la croix, nous ressuscitons avec Lui en nouveauté de vie, dans une plénitude de Vie découlant de Lui. S’il en est qui se retirent pour sauver leur propre vie, petit à petit, ils perdront ce qu’ils ont reçu pour retomber dans le labyrinthe d’une vie déréglée. Car si nous ne savons pas mettre en valeur les bénédictions reçues pour le service auquel nous sommes tous destinés, il est écrit : « Je maudirai vos bénédictions » ! 

Jésus n’a-t-Il pas Lui-même, en parlant du méchant qui fouit le talent reçu : « À celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a » (Matt. 13.12). Regardez la mer morte, pourquoi est-elle morte ? Il y coule pourtant le fleuve béni du Jourdain, mais malheureusement aucun affluent n’en ressort pour fertiliser et faire vivre. De même le chrétien qui conserve pour lui les grâces reçues devient semblable là la mer morte dans laquelle n’y a aucun poisson, ni arbre sur ses rives. (Ezéch. 47. 9-11). Mais là où coule le fleuve de Dieu, il y a la Vie abondante. Ici vivent les prémices saines et saintes qui honorent et glorifient leur Roi. Et si ces prémices sont saintes, la masse le deviendra aussi. Il est donc combien important que nous soyons imprégnés de Sa plénitude afin d’être des éléments faisant partie du corps spirituel dont Il est la tête, le cerveau duquel nous recevons les directives, les grâces et la Vie pour le combat que nous avons à mener pour accomplir notre vocation de racheté. Toutes ces injonctions, nous les recevons au travers de l’esprit de prière dont nous devons être pénétrés, sans quoi, il est impossible que nous soyons dans le courant de Vie ; pas plus que nous ne pouvons être dans Son plan en étant étranger à Sa pensée. N’est-il pas écrit que celui qui est uni au Seigneur devient avec Lui un même esprit. Les fils de prophète savaient le jour où Elie, leur maître de pensée serait enlevé parce qu’au travers de la communion du Saint-Esprit, ils avaient la révélation de Dieu les concernant.

Aujourd’hui, ce même Esprit, vu la gravité des temps, doit nous animer, nous les chrétiens bibliques, pour connaître les programmes de Son heure.
 Je me souviens, il y a quelques années, alors qu’une nuit j’étais en prière, d’une manière si impérative, le Seigneur m’avait demandé de prier par le Saint-Esprit pour l’Indonésie dont le glissement vers la gauche était toujours plus marqué, laissait entrevoir une prise de pouvoir par les communistes à plus ou moins brève échéance. Tous les jours, je suivais l’évolution de la situation avec attention et priais chaque jour avec plus de ferveur des heures durant et cela pendant 2 ans. Puis vint le jour où la presse et la radio nous apprenaient qu’un soulèvement venait de se produire pour renverser le pouvoir, et le même jour, ce fut comme une explosion du Saint-Esprit qui se produisit. Tandis que sur le plan militaire le président Soekarno était limogé et remplacé par le général Suartho, la rébellion, après quelques jours de combat, était mâtée et écrasée par les forces du peuple sur toutes les nombreuses îles formant le Pays. Simultanément, une puissante vague de réveil passait sur toutes les îles avec une conviction de péché inimaginable. Les chrétiens s'étaient littéralement jetés dans la poussière et criaient à Dieu pour le pardon sur leur vie sans réelle consécration et à l’heure qu’il est, ce feu continue de brûler, touchant également la Malaisie et est en train de remonter la presqu’île de Malacca pour atteindre la Thaïlande et les pays limitrophes ainsi que les centaines d’îles de l’Océanie, dont seront spécialement embrasées les Philippines, de même que la Russie et les pays satellites, jusqu’à influencer les structures politiques de ces pays à régime totalitaire dans lesquels un grand nombre de communistes de haut rang se repentiront et se convertiront.

Si l’on dit que l’histoire est l’accomplissent des prophéties, celles-ci sont l’expression de la sagesse et de la préscience de Dieu qui connaît le cœur des hommes et ses inclinations au penchant naturel sous la pression de l’esprit de l’époque et des temps. Il est donc également juste de dire que la foi peut changer le cours de l’histoire d’un peuple ou des peuples. C’est pourquoi, je dis avec conviction que Dieu peut faire échouer les projets communistes en Europe, dans les Amériques et ailleurs comme Il le fit pour la Suisse devant la persistance de la menace nazie en 1939-1945. Mais il est remarquablement clair que chaque fois que Dieu désire manifester un plan de salut pour un individu ou pour une nation, l’ennemi de Dieu et des chrétiens bibliques mettra toujours tout en œuvre pour chercher à empêcher cette réalisation ou au moins de la retarder autant qu’il peut. (lire Daniel 10.12-13) C’est donc en partie l’Église vivante, qui par le pouvoir que Dieu lui a conféré, déterminera le degré de réussite d’un plan de Dieu. Car Il a tout au long de l’histoire cherché à engager ceux qu’IL s’est acquis au travers du sacrifice de Son Fils pour en faire ses amis et ses collaborateurs dans Son action de sauvetage des humains. Comme nous sommes arrivés à la fin de l’économie de la grâce, Dieu veut que Son Église retrouve sa puissance offensive des premiers siècles pour démontrer d’abord à cette génération athée qu’Il n’est pas mort mais qu’Il vit pour ceux et par ceux qui font partie de Son corps. Ensuite, à cause de nous, les témoins fidèles des temps de la fin, pour nous prouver qu’Il est le Dieu fidèle pour sauver encore le plus grand nombre. C’est pourquoi, l’Écriture nous dit qu’il enverra la pluie de l’arrière-saison pour faire mûrir Sa moisson. Ce qui veut dire que la vie qui était dans la tige du blé va monter dans l’épi pour lui donner tout son développement de croissance et ensuite sa maturité. En langage spirituel, la tige de laquelle est sorti l’épi va devenir sèche, de la paille, et malheur aux chrétiens qui resteront dans la paille, car l’Écriture dit qu’elle sera brûlée au feu mais les chrétiens qui accepteront d’être fécondés par la Vérité et toute la mesure de grâce découlant du Calvaire deviendront l’épi, les grains de blé qui donneront naissance au pain de Vie que Dieu utilisera pour être la nourriture et la Vie des nations. (Si le grain de blé ne meurt, il restera seul et ne peut porter de fruits. Jean 12. 24)

           Il doit donc paraître clair à chacun que nous avons besoin de toute la connaissance de Dieu pour travailler en harmonie avec Lui. (Ce qui est caché appartient à l’Éternel mais la révélation est pour nous et nos enfants. Deut. 29.29) Quand l’apôtre Paul dit dans Colossiens 1. 24 qu’il achève en son corps ce qui manque aux souffrances de Christ pour Son Église, qui ne comprendra que l’intercession pour ce réveil du Saint-Esprit qui doit déferler sur le monde comme un raz-de-marée doit être un véritable travail d’enfantement semblable à une femme en espérance qui lutte pour sa délivrance. Pour cela, il est légalement écrit que la’’ femme ‘’ mettra au monde un enfant mâle qui gouvernera toutes les nations. (Apoc.12. 5) La plus belle et la plus noble image qui nous soit donnée en exemple, c’est le combat de Jésus en Gethsémané. Ésaïe nous le dépeint ainsi : « Après avoir offert Sa Vie en sacrifice, Il verra une nombreuse postérité ».

         Sommes-nous prêts à souffrir comme cette femme peu avant la guerre, à Bucarest qui avait compris que le salut des âmes était en partie le produit d’un processus de sacrifice et d’amour pour Christ. Le prédicateur américain James Stewart était attendu pour une campagne d’évangélisation et Dieu lui avait mis sur le cœur le fardeau des âmes et elle l’avait accepté avec amour. Ce fut par centaines et par milliers que se multiplièrent les conversions. Durant la campagne, elle s’était cachée dans un coin sombre sous la chaise pour souffrir avec ceux qui souffrent et lutter pour leur délivrance. Au bout de quelques jours, n’ayant pas bronché de sa place, un ancien lui dit : « Le Seigneur manifeste Sa victoire, rentrez à la maison pour vous nourrir et prendre un peu de repos ! » Celle-ci se retrouva et lui dit pour toute réponse : « Êtes-vous le Saint-Esprit ? » Par-là, nous voyons ce que représente pour Dieu la prière du juste ! (Jacques 5. 16-17) Quant à nous, je pense que nous n’avons pas encore acquis cette pleine connaissance de la valeur de l’intercession, cette agonie pour les âmes perdues qui ont le même droit que nous d’être sauvées comme nous le fûmes par le sacrifice d’abnégation d’un autre frère ou sœur que peut-être nous ne connaissons même pas, mais qui s’est trouvée là assiégeant pour toi le trône de Dieu jusqu’à la victoire de Jésus en toi. L’ignores-tu ?

Il est certain que lorsque l’amour vrai habite en nous, le mot  "sacrifice" prend une toute autre signification. Car tout devient une action d’amour pour Celui qui remplit notre cœur de Sa grâce. C’est un doux service que celui de vivre pour Lui et pour ceux pour qui IL mourut et donna Sa Vie en quittant le Ciel de gloire pour sauver des pécheurs tels que moi et vous. Si le Seigneur m’a contraint de vous écrire encore cette lettre, c’est qu’Il en connaît la grande nécessité pour mobiliser toutes les forces vives du peuple, celles qui sont prêtes à payer le prix de cette vocation à laquelle, Il vous convie en ce jour. Aussi, pour souligner cet impératif de Dieu, il faut que je vous fasse part de cette terrible vision par laquelle Il me fit passer. Puisqu’il est écrit que toute manifestation de l’Esprit est donnée en vue de l’édification de Son  Église. (1 Corinth.12.14) En aucun cas, je ne voudrais qu’il se trouve un seul d’entre vous, duquel il sera écrit dans le grand Livre : «Il se retira et ne marcha point avec l’Éternel ! » Cela afin que ceux qui ne sont pas encore dans le mouvement et la discipline de l’Esprit, aujourd’hui déposent les armes de la résistance et de la rébellion pour s’engager dans le chemin de l’obéissance pour échapper au jugement qui commencera par la Maison de Dieu. Car par nos paroles, nous serons soit jugés ou justifiés. Aujourd’hui est un jour de salut et de délivrance par Son sang !

C’était le 12 Février 1976. Je venais de me coucher après avoir longuement prié car je ne vais pas me coucher avant d’avoir la certitude de la victoire pour tous les sujets de prière confiés. Je m’étais endormi dans une si merveilleuse paix et voici que brusquement et brutalement je fus réveillé. Immédiatement, je réalisai que je me trouvais à la merci de puissances de ténèbres. C’est pourquoi, instinctivement et avec force, j’invoquai le sang vainqueur de Jésus. Tout se passa si rapidement que je dus recourir à toute la grâce du Seigneur pour reconstituer les faits et les écrire pour ne rien oublier vu l’importance de cette vision. Je vis un homme très corpulent, crâne rasé, veste sans manches, en cuir comme les pantalons, frappant une victime avec une trique de cordes fixées à un manche de 40 cm de long dont le tout mesurait 1,20 m. Un cadre métallique rectangulaire retenait en son aire par un très fort ressort dans chaque angle un matelas de treillis métallique de 2 m de haut sur lequel étaient fixées les victimes attachées au haut et au bas du cadre par de fortes lanières aux poignets et aux chevilles. Cet instrument de torture était là incliné contre un mur. En le regardant, je vis que les lanières se balançaient encore. Je vis aussi la brute dans un mouvement de force démoniaque déployée frappant sur le matelas de métal duquel le Seigneur venait de me défaire avant que le fouet du tortionnaire furieux ne me déchire les chairs. En réponse à mon cri de détresse je venais d’être délié, délivré par le Seigneur. C’est pourquoi, durant plusieurs jours, je souffris aux poignets et aux chevilles. Je compris comme jamais auparavant cette Parole : « Celui qui est en vous est plus puissant qui celui qui est dans le monde ».
Comme je reprenais pleinement conscience de ce qui venait de se produire, voici que j’entendis du Ciel une voix forte comme celle d’un roulement de tonnerre qui criait : 

     OUI ou NON ! Mon peuple, préféreras-tu subir les tortures de       toute la haine et de la rage des démons ou consentiras-tu plutôt comme je te l’ai proposé, à payer le prix de la consécration totale pour être rempli de toute ma plénitude pour me servir par le Saint-Esprit, selon mes desseins de miséricorde, d’amour et de paix. Je bénirai puissamment tous ceux qui par amour et obéissance à leur Sauveur et leurs frères au sein de Mon peuple se consacrant à Mon service en se livrant à l’intercession fervente d’une foi totale en faveur de Mon peuple d’Helvétie afin que dans un mouvement général d’humiliation, il revienne à Moi de tout son cœur en abandonnant la théologie morte et sans vie des fables religieuses du paganisme ancestral. Oui, si de tout ton cœur tu t’humilies, te convertis, je te bénirai au milieu de ton peuple que je te préserverai de la puissance des démons des ténèbres, afin que toi et ton peuple, tu demeures libre, selon qu’il est écrit dans Ma Parole : 

« L’Éternel anéantit les projets des nations mais Il accomplit les desseins qu’IL a formé ; Heureux la nation dont l’Éternel est le Dieu. Heureux le peuple qu’Il s’est choisi pour héritage ».

          C’est pourquoi, Helvétie, Mon peuple écoute-Moi : Durant des siècles, j’ai retenu le destructeur derrière tes frontières. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné la vivante flamme et tu t’es égarée loin de Moi par les princes du mensonge et tu as ainsi perdu la Vie d’En-Haut. Renonce donc à ce qui est vil à mes yeux et de tout ton cœur reviens à Moi et je te guérirai de ton mal, de ton péché. Renouvèle avec Moi une alliance de paix et d’amour et je te parerai de la vraie beauté, celle qui est chère à mes yeux et que ton cœur soit rempli de Ma joie, et que le fruit de tes œuvres soit comme un parfum de nard pur qui monte vers Mon trône. Oui, je t’ai appelé à une vocation parmi les peuples afin que depuis l’Occident jusqu’en Orient, l’on apprenne à me rechercher. Et je te le répète encore, si de tout ton cœur, tu t’attaches à Moi, le flot destructeur ne t’atteindra pas et ne passera pas sur toi. N’ayez donc aucune part avec ceux qui portent en eux le germe de la mort, l’esprit de Gog-Magog. Mais que vos prières de foi et d’amour, les enveloppent et que comme vous, ils trouvent le Chemin de la Vie. Oui, que Ma puissance puisse les briser au pied de la croix dans l’humiliation en reconnaissant la folie de leur égarement.

Quant à toi, la fille de Mon peuple, soit la force vive de la nation et que par la prière de ta foi, tous les plans de Satan soient déjoués et que Ma victoire soit votre victoire et que les montagnes de l’Helvétie soient comme un phare dans la nuit pour éclairer les nations. Oui, que Mon message de paix et d’amour retentisse parmi elles en puissance par tes messagers selon Mon Esprit que je vais répandre sans mesure dans tes vallées, dit ton Seigneur, ton Roi, l’Éternel !
  Amen, amen Seigneur !


Prière : 

     Seigneur Éternel, Dieu d’Israël et de toutes nations qui t’invoquent, je viens à Toi, si conscient de ma culpabilité. 
     Je m’humilie devant Toi jusque dans la poussière pour te demander de me pardonner ma nonchalance et ma coupable inconscience en face de mes responsabilités de racheté. 
     Tu m’as sauvé par un si grand prix et pourtant, il y a en moi si peu d’ardeur à te rechercher. 

     Je crois à Ta grande miséricorde, c’est pourquoi permets-moi et permets-nous au travers de Ta richesse en grâces de pouvoir racheter le temps qui s’est écoulé et durant lequel, Tu n’as pu m’utiliser et nous utiliser selon Tes desseins d’amour en faveur de nous et de notre peuple dont nous sommes responsables devant Toi. 

      Accorde-nous donc toute la mesure de foi et de Ton amour pour faire Ta volonté. 
      Comme Josué, de toute l’ardeur de nos âmes, nous voulons te demander que Tu suspendes sur nous la course du temps car à cause de notre manque de détermination, nous avons tellement gaspillé le temps loin de tes desseins à notre égard, craignant que la nuit des temps tombe sur nous comme sur un champ de bataille sans victoire. 

      Seigneur, que ce crépuscule ne descende point sur nous avant que nous ayons accompli ce que le Saint-Esprit nous a mis sur le cœur de faire pour Toi.
      En cette année 1976, Tu nous a parlé de bien des manières. Tu nous envoyas la sécheresse afin que nous apprenions que c’est Toi qui donne la pluie en chaque saison et que la pluie n’est pas un simple phénomène naturel.
      Apprends-nous donc à te prier et à te remercier pour tous tes bienfaits si nombreux. 

      Seigneur, visite tout notre peuple et que sa conscience endormie soit entièrement mise à nu devant Toi. Qu’il reconnaisse que c’est Toi qui es le Dieu souverain qui règne sur la terre et dans les cieux.
      Que le feu de Ton Esprit-Saint consume dans les cœurs les plus réfractaires ce qui te déshonore et porte atteinte à Ta gloire. 
      Donne-nous, ainsi qu'à notre peuple de retrouver les chemins anciens où Ta bénédiction, cette richesse de la vie puisée dans la méditation quotidienne de Ta sainte Parole qui doit être notre seule autorité devant laquelle nous ayons à nous incliner.

      Ainsi redonne à nos âmes et à note peuple, l’inspiration, le mode de vie dans les voies à suivre dans la crainte de Ton Nom. 
      Sois notre Dieu, notre Roi et nous instruis dans Ta connaissance en nous pénétrant de Ta pensée car nous avons soif de faire Ta volonté. 
      Que Ton Saint-Esprit descende sur nous pour nous rendre capable de marcher en nouveauté de Vie, remplis de Tes grâces dans la reconnaissance et toute la gloire qui te revient au Nom de            Jésus, notre Sauveur que nous aimons de tout notre cœur. 
      Amen ainsi soit-il, amen !

En Son Nom, votre frère : Jean Schwab


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.