AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


mardi 5 février 2013

O NOTRE DIEU, TES COMPASSIONS ! …


 Jean Schwab

            Je viens de rentrer d’une réunion où il y eut particulièrement de la résistance à l’Esprit de Dieu. J’en fus si attristé,… au point de tomber malade. J’ai pleuré devant le Seigneur à cause de cette lamentable et désastreuse situation. Mais, après avoir prié et tout apporté au Seigneur, je retrouvai pourtant Sa paix dans mon cœur, et suis allé me coucher. À peine endormi, je fus réveillé par une affreuse vision et par un vacarme infernal. Je regardai par la fenêtre et vis sur la route passer des immenses colonnes de gigantesques tanks, étrangers, ainsi que des véhicules porte-fusées en grand nombre et d’autres étaient très petits. De petits avions robots passaient en rase-mottes comme l’éclair. Je fus pris de panique, et entendis alors une voix comme le tonnerre qui criait :

 « Puisque Je ne puis  parvenir à Mon but par les voies de Mon amour, Je vais dire à Mes intercesseurs, retirez-vous de devant Moi pour que Je puisse ouvrir les portes à l’envahisseur que vous craignez ; afin que l’on apprenne l’obéissance par les grandes souffrances et les terribles privations ».

 Et je vis que des camions allaient de maison en maison, dépouillant les gens des montres, bijoux, bagues, habits, carnets de banque, voitures, radios, etc. Je voulus intervenir mais le Seigneur me dit : « Non, écarte-toi d’ici et laisse agir Ma colère afin que l’on apprenne à se soumettre à Ma discipline ». Comme pour justifier cette décision, comme un film qui passait devant moi, Il me montra à nouveau toute la coupable et nonchalante mollesse des chrétiens, lesquels se préoccupaient davantage de jouir des bontés et des bienfais que Dieu leur offre pourtant dans Son amour, au lieu de rechercher la face du Seigneur et Sa volonté pour y obéir, de tout leur cœur. Et Il me cita cette Parole « Comme Israël, ils s’assirent pour se divertir au lieu de briser leurs cœurs dans le jeûne et la prière ». Il me rappela aussi et souligna le passage de Nombres 14. 17-23 où l’on voit que Dieu ne peut passer à côté de Sa justice. Dans mon âme en détresse, j’implorai Sa grâce souveraine et Son amour, Le suppliant que Lui veuille, par Sa puissance, intervenir en brisant les cœurs endurcis et changer les dispositions de cœurs et d’esprit (Col. 1. 21-22). Après avoir crié à lui et intercédé, je réalisai un certain calme et Sa paix.

                Et voici qu’une 3e vision se fit jour devant moi. Je me trouvais subitement devant une immense assemblée, dans la prière et l’adoration. Une atmosphère  de paix et d’amour m’envahit avec une présence si puissante de l’Esprit de sainteté. Ce qui me frappa  au premier coup-d’ œil fut que toutes les sœurs sans exception avaient la tête couverte d’un petit châle blanc. Pas une sœur, n’était en pantalon. Aucune n’avait des cheveux coupés ni talons hauts. Toutes avaient des robes ou des jupes couvrant bien les genoux. Et le Seigneur me fit aussi remarquer qu’aucun frère n’avait les cheveux longs mais des  nuques propres et aucun ne portait des blue-jeans ou un blouson. Tout respirait tellement la pureté et la sainteté. Aucun cantique n’était interprété sur un rythme moderne mais tout était sous une absolue inspiration. Et le Seigneur qui était là à côté de moi me dit :

 « Voici l’Épouse, telle que Je la veux pour le grand jour de l’Enlèvement, sanctifiée dans tout son être, esprit, âme et corps jusque dans la tenue extérieure qui Me glorifie. Conformez-vous donc à Ma Parole interprétée par Mon Saint-Esprit et non selon l’hypocrisie de vos faux-prétextes car c’est Elle qui vous jugera selon Ma Vérité. Ceux que Je viens de te montrer M’adorent vraiment en Esprit et en Ma Vérité. Et parce que tout leur cœur et leur vie sont sur l’autel, Je vais pouvoir en faire des flammes de feu par lesquelles, Je vais encore une fois  remuer le monde et l’embrasser de mon amour. Veillez donc, afin que quant à cette Parole, Apocalypse 22.18 ne vous condamne.

            Car vous êtes encore en état de rébellion contre moi, le Seigneur. Pourquoi M’appelez-vous Seigneur alors que Je ne le suis pas pour vous, puisque vous n’avez pas encore  accepté Mon joug. Vous faites ce que vous voulez ou pensez être bon. Mais votre justice ne dépasse pas encore celle des pharisiens. Vous agissez ainsi parce que vous ne connaissez pas Ma Justice. Vous nettoyez uniquement le dehors, le côté visible du plat que vous M’offrez et négligez la purification de l’intérieur. Et vous êtes encore à vous demander pourquoi Ma bénédiction s’est retirée de vous, et pourquoi vous êtes presque tous malades. Vous vous comportez comme si c’était à votre jugement que Je devrais me conformer. Vous cherchez sans cesse à interpréter Ma Parole pour y trouver une justification de votre fausse conception de la vie, selon votre hypocrisie parce que la mesure de Mon amour n’est pas en vous, Vous dites M’aimer et pourtant vous ne M’aimez pas par-dessus tout, parce que Mon amour ne règne pas en vos cœurs. Vous n’aimez que ceux qui vous aiment et satisfont vos désirs propres. Vous idolâtrez ce que Je vous ai confié mais ne M’aimez pas plus que toutes autres choses. Certes vous devez apprécier tout ce  que dans Mon amour je vous accorde mais pourquoi ne voulez-vous pas Me recevoir en votre cœur comme Maître et Seigneur ? Vous refusez Mon joug que vous trouvez dur, mais il ne l’est que pour ceux qui veulent ainsi sauver leur vie et la perdre ensuite dans le labyrinthe de leur cœur incirconcis. (Deut. 11.13-14, Tite 2. 14, 1 Corinth. 6. 15-20)

            Et voici, J’en veux à vous qui vous opposez à ceux que Je vous ai envoyés. Vous refusez d’écouter ceux à qui J’ai parlé. Vous les évitez parce qu’ils vous apprennent des choses qui déplaisent à vos oreilles. Et vous ne voyez pas que c’est votre orgueil qui vous fait vous détourner de celui qui vous parle en Mon Nom.  C’est ainsi que votre péché subsiste, oui, votre satanique orgueil de pharisien. Car eux aussi n’écoutaient que ceux de leur milieu mais refusaient d’écouter ceux que Je leur envoyais. Voilà pourquoi votre cœur est devenu insensible à la détresse de ce monde, où votre Lumière n’est devenue qu’une ombre ténébreuse. Vous laissez les hommes périr dans le péché. Si je voulais les secourir sans vous, Je pourrais ; mais par décret, J’ai décidé de sauver cette génération avec et par vous. C’est pourquoi déchirez et brisez vos cœurs enflés, endurcis par le péché (Tite 1. 15-16). Au pied de la croix, retrouvez-vous, rejetant vos coupables, nonchalantes habitudes et votre paresse spirituelle, en abandonnant vos illusions trompeuses et restez dans le jeûne et la prière jusqu’à ce que Ma Vie et Mes pensées soient incrustées en vous pour votre salut et celui des autres. Et lorsque par amour pour moi et ceux qui se perdent, vous commencerez ainsi à intercéder pour le salut de la nation, il Me sera donné d’intervenir par Mon bras puissant. Tandis que toute autre interprétation n’est que mensonge devant Moi, le Dieu Saint.

            Ne vous ai-Je pas donné l’exemple en donnant Ma Vie, en la donnant entièrement. Je vous ai tout donné, voilà pourquoi Je suis mort, mais le Père a glorifié le Fils en me ressuscitant d’entre les morts. « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce  à lui-même et se charge de sa croix et Me suive » Matth. 16. 21-25. Ceux-là ressusciteront avec Moi au grand jour de ma venue, sur les nuées étincelantes. Oui, c’est le chemin glorieux que pourtant J’ai tracé en vos cœurs. Marchez donc avec moi comme de dignes fils de la Lumière. Et si vous faites tout ce que Je viens de vous communiquer, Je Me laisserai une fois encore fléchir par mes anges intercesseurs en retenant derrière vos frontières les accablantes menaces que J’ai dans Mon indignation proférées contre vous.» (Job 34. 23-25) Amen !

       Dans Tes compassions infinies, Seigneur, viens à notre aide par le puissant secours qui se trouve dans l’œuvre libératrice de Golgotha. Que selon  Ta parole, tout soit transformé par cette grâce libératrice dans nos cœurs et nos vies si misérables. Et que Tu puisses être glorifié par ceux que tu as rachetés à un si grand prix, signé de Ton sang. Amen ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.