AVERTISSEMENT

Les articles des différents auteurs publiés sur ce site, sauf avertissement spécial, ont été approuvés par l'éditeur de LA VIE ÉTERNELLE. Cela n’entraîne nullement l’approbation de toutes les publications écrites, audiovisuelles et en ligne de ces différents auteurs, lesquels ont pu momentanément ou définitivement verser dans des hérésies, de fausses doctrines ou dans l’égarement.

Par ailleurs, le comité rédactionnel de votre site n’entend nullement approuver les sites vers lesquels renvoient les liens présents dans ces articles.

( cf notre Politique de confidentialité)


lundi 10 décembre 2012

LA PRIÈRE DES FILS DE JONAS

Jean SCHWAB

La Parole de l’Eternel fut adressée à Jonas,
Tandis qu’il savourait, assis devant sa case,
L’ombre bienfaisante d’un palmier-dattier,
A la main, un bol de délicieux jus de cocotier.
— Ah, Seigneur, qu’il fait bon goûter tes bienfaits ;
C’est comme si en Eden, l’on se retrouvait ! …
—Papa, c’est demain que nous partons à Tarsis ?
Oui, Maman ce matin en déjeunant nous l’a appris ;
Quelles belles vacances en perspective ensemble !
—Oui, mais moi devant l’Eternel, je tremble…
Car Il vient de me parler de façon si incisive :
« Aujourd’hui, fais-toi un bagage et pars à Ninive !
Et dans toute cette immense ville proscrite,
Crie : Dans quarante jours, Ninive sera détruite ! 
—Oui mais Papa, et alors nos vacances ?
Nous n’allons pas pour y faire bombance !
—Jonas ! dit Maman, les enfants ont sûrement raison…
Et après cela, tu partiras accomplir ta sainte vocation !
Nos champs sont labourés et tous bien ensemencés,
Et l’Eternel par Sa bénédiction fera germer.
—Alors ensemble dirigez-vous toujours vers Tarsis,
Demain avant le soir, tous je vous rejoindrai,
Alors avec vous, je me reposerai et me réjouirai !
Mais hélas, l’Eternel n’accomplit point ces délices.
—Jonas ! L’obéissance vaut mieux que les sacrifices !
L’âme troublée, il se rendit à Japho et partit ;
Payant son billet de bateau,  s’embarqua pour Tarsis.
Mais l’Eternel fit se lever un vent très violent !...
—Prophète, que fais-tu là, Jonas, dormeur insouciant ?
A l’eau toute ta honteuse paresse et sa malédiction !
Mais Dieu en ses compassions infinies envoya un gros poisson
Qui le recueillit en son ventre transformé en étroite prison.
Là, après trois jours de captivité et de souffrances,
Jonas comprit  enfin que son salut était dans l’obéissance.
—O Eternel, délivre-moi, oui, je veux aller te servir à Ninive !
—Je ne prends point plaisir en la mort des pécheurs mais en une nouvelle vie !
—Seigneur, pardonne ma folie, toujours j’ai cherché à sauver ma propre vie !
Et Jonas partit, prêchant la repentance à tous les habitants de Ninive,
Lesquels se convertirent et recherchèrent la face de l’Eternel.
Ainsi fut sauvée Ninive du décret divin et de son destin si cruel.
Mon frère, ma sœur, notre Pays le sera-t-il par ta nouvelle consécration ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.